Betty Page

 Avertissement

 Cette rubrique a pour but de délivrer une information pertinente et pédagogique. Certaines de ces informations et illustrations ne sont pas appropriées pour les jeunes enfants. Les parents doivent s'assurer que ces pages conviennent à leur(s) enfant(s) avant de leur en autoriser l'accès.

 Sensible à la protection des mineurs et afin de vous aider dans cette démarche, je vous invite également à utiliser des logiciels spécialisés de filtrage des contenus accessibles sur Internet, tels que : Netnanny, Cyberpartrol, Internet Watcher 2000, Internet Security 2001, Edunet, ...

2-127.jpg

Mince brune aux courbes sensuelles, affublée de sa frange et sa coiffure caractéristique et d'un sourire à la fois candide et charmeur, son image a constamment était reprise par d'autres jusqu'à nos jours, inspirant tour à tour photographes et illustrateurs.

1-133.jpg

 Elle est née Betty Mae Page (son vrai prénom s'orthographie Betty et non Bettie) le 22 avril 1923 à Kingsport, juste à côté de Nashville, dans le Tennessee. Elle fut le deuxième enfant d'un total de six, de Walter Roy Page et Edna Mae Pirtle.

28-22.jpg

Betty petite et à l'école

19-34.jpg

La famille est pauvre aggravée par la crise économique de 1929 et doit souvent déménager jusqu’à être mis à la porte de chez eux. Les choses ne se passent pas très bien entre un père qui la violente et une mère qui ne veut pas d'elle. Le père vole involontairement la voiture du shérif et va en prison jusqu’en 1931. La famille vit pendant l’incarcération du père chez la grand-mère paternelle.

13-48.jpg

14-47.jpg

Ses parents divorcent, son père ayant mise enceinte une jeune fille de 15 ans. Sa mère tente de maintenir à flot les finances de la famille mais doit se résoudre à mettre Bettie et ses deux sœurs à l’orphelinat pendant deux ans. En 1934, le père revient et loue une chambre dans la cave de la maison familiale mais il abuse sexuellement de Bettie. Celle-ci se réfugie dès lors dans les études.

29-21.jpg

30-21.jpg

31-21.jpg

32-23.jpg

33-19.jpg

34-20.jpg

Betty et sa mère

15-43.jpg

Avec ses deux sœurs, elles vont fréquemment voir des films et elle apprend à poser en imitant les actrices de l'époque qui apparaissent dans les magazines et les journaux. Elle essaie ainsi constamment de nouvelles coiffures et de nouveaux maquillages.

"J'ai été une mordue de cinéma toute ma vie. C'est comme ça que j'ai commencé à poser, quand mes sœurs me demandaient d'imiter les Stars que nous voyions dans les magazines et les journaux."

Issue d'une famille religieuse, elle fréquente la paroisse locale ou elle apprend à coudre, ce qui lui permettra plus tard de créer ses propres tenues de modèle.

16-41.jpg

Elle obtient son diplôme le 6 juin 1940, et s’engage au College Peabody, afin de devenir enseignante.

Elle tente d'enseigner mais ses élèves sont plutôt agités !

"Je n'arrivais pas à contrôler mes élèves, et particulièrement les garçons !"

18-40.jpg

L’automne suivant, elle essaie les arts dramatiques, espérant devenir une star. Elle gagne ses premiers salaires en dactylographiant les manuscrits d’Alfred Leland Crabb. Elle obtient le BA en 1943.

Betty part vers San Francisco où elle travaille comme secrétaire en espérant devenir actrice et être modèle. Son look bien particulier lui vaut d'être remarqué e souvent mais lors d'un casting à la 20th Century Fox, elle est coiffée et maquillée d'une manière qui la rendent méconnaissable. De plus, elle a toujours son accent Sudiste que Hollywood déteste. Elle préfère s'en aller quand un producteur lui propose un film contre des faveurs sexuelles.

Howard Hughes lui fait également des avances et prétexte des séances photos pour l'approcher, mais elle ne répond plus aux coups de fils de son équipe.

Elle épouse Billy Neal, compagnon de lycée, mais il la quitte pour un service actif durant la Seconde Guerre mondiale.

Les studios Warner Bros lui offrent une seconde chance pour un essai, mais elle ne répond pas au télégramme car elle a d'autres préoccupations : son mari Billy Neal revient du Front du Pacifique et elle veut tenter de sauver son mariage mais ils finissent par divorcer en 1947. Son refus de tenter un nouvel essai demeura toutefois pour elle son plus grand regret.

3-3.gif

Bettie à New York en 1949, elle a 26 ans.

Elle monte à New York et en 1950 alors qu’elle marche le long du rivage de Coney Island. Là, elle rencontre un policier, Jerry Tibbs, sur la plage, qui lui suggère de garder sa coiffure comme « marque de fabrique » et, comme il s'adonne à la photographie durant ses loisirs, lui propose de composer son premier Port-Folio.

Tibbs est noir et Betty vient du Sud, ce qui pourrait supposer une certaine incompatibilité (c'est encore l'époque des établissements interdits aux Noirs et des divers affrontements entre Ku-Klu Klan et Noirs) mais elle s'en moque.

« J'étais généralement contente de poser, et cela semble se voir sur les photos. Personne ne l'a jamais su mais j’imaginais que le gars à l'appareil photo était mon petit ami et que je lui faisais l'amour. Je m'amusais alors à exciter le photographe jusqu'à ce qu'il soit en syncro avec l'humeur dans lequel j'étais. »

Elle accepte et son port-folio lui permet de devenir modèle pour tout un tas de revues où son physique, sa bonne humeur et son charme candide remporte un grand succès.

17-41.jpg

4-100.jpg

5-89.jpg

À la fin des années 1940 et au début des années 1950, des clubs tentent de s’affranchir des restrictions légales sur la photo de nu, en promouvant des « photos artistiques » à la limite de l’érotisme. Page devient rapidement un modèle populaire dans ce milieu et en 1951 apparaît dans des magazines comme Wink, Titter, Eyefull et Beauty Parade.

Bientôt ses photos s'affichent partout et elle devient un modèle très connu.

6-75.jpg

7-71.jpg

8-67.jpg

9-62.jpg

10-65.jpg

11-59.jpg

12-53.jpg

Elle rencontre le photographe Irving Klaw en 1952 et devient grâce à lui, l'étoile montante de l'érotisme underground. Elle apparaît dans des mises en scène bondage et sadomasochistes en noir et blanc.

20-32.jpg

21-30.jpg

22-30.jpg

23-26.jpg

24-25.jpg

25-25.jpg

26-24.jpg

27-22.jpg

L'un des photographes de Bettie était une femme, connue pour être la « pin up photographe de pin-up » parce qu'elle était modèle elle-même. Il s'agit de Bunny Yeager.

38-18.jpg

« Je n'ai pas la moindre idée du nombre de photos que Bunny a pu faire de moi. Elle en prenait à tour de bras, des fois si vite que je n'avais même pas le temps de poser. Elle a du en gâcher de la pellicule ! »

En 1953, un passionné de pin-up, un jeune homme du nom de Hugh Hefner, crée son propre magazine qu'il nomme Playboy. Sa première « playmate » du mois est Marilyn Monroe, le nombre de ventes est fracassant et permet la pérennité de la jeune publication.

Bunny Yeager vend des photographies à Hefner et Bettie Page est propulsée, sans le savoir, Miss Janvier 1955.

« Je ne savais même pas que ma photo allait être publiée dans Playboy. Un ami m'a un jour téléphoné et m'a dit que j'étais sur le dépliant central du magazine... »

Bunny Yeager raconte : « J'avais fait poser Bettie à coté d'un arbre de Noël, sans but précis, espérant vendre cette photo à une société d'édition de calendriers. C'est alors que j'entendis parler de ce tout nouveau magazine pour hommes appelé Playboy. J'ai décidé de leur envoyer le cliché. Hugh Hefner m'a répondu illico et m'en a offert cent dollars. J'ai accepté et, du coup, Bettie et moi faisons partie de l'histoire de Playboy. »

39-16.jpg

Miss January 1955

Bettie Page pose pour Bunny Yeager près d'un sapin de Noël. La photo devient le dépliant central du Playboy de janvier 1955.

« C'était très excitant de travailler avec Betty Page, pas seulement parce qu'elle avait un corps fantastique, mais aussi parce qu'elle avait une grande facilité à prendre des poses et avait un beau visage expressif. J'ai travaillé avec elle souvent, prenant un peu plus de 1000 négatifs d'elle sur la période 1954-1955 »

40-15.jpg

Bettie Page et Bunny Yeager

A l'époque où une certaine Norma Jean Baker fréquente les cours de l'Actors Studio à Manhattan, Bettie Page fait de même aux studios de Herbert Berghof.

« Je ne voulais pas devenir actrice mais seulement voir si je pouvais jouer un rôle ou non ». 

L'acteur Robert Culp a participé à plusieurs cours et pour lui c'était sans appel : 

« Elle était gentille mais elle n'était pas une actrice, et si elle avait continué dans cette voie, son fort accent du Sud l'aurait desservi dans sa carrière. »

Elle participe à l'émission télévisée alors célèbre du « Jackie Gleason Show ».

« Jackie Gleason était un tyran. Il méprisait tout le monde sur le plateau […] Je n'ai jamais vu quelqu'un hurler comme ça. Certain pense que je suis folle mais vous auriez du voir ce type en action... même s'il a été charmant avec moi ! »

Bettie n'essaie même pas d'utiliser sa renommée pour devenir danseuse ou strip-teaseuse mais elle apparaît dans trois films :

  • Strip-O-Rama en 1953
  • Varietease en 1954
  • Teaserama en 1955

Elle a également à son actif nombre de petits films tournés en 8 mm et 16 mm de quelques minutes diffusés en Peep Show ou vendus sous le manteau.

Bettie continue à fréquenter les cours de théâtre, ayant, semble t'il, toujours un petit espoir de faire une carrière de comédienne. Espoir jamais concrétisé...

La plupart de ces petits films étaient tournés et diffusés par Irving Klaw et sa sœur Paula de Movie Star News à New-York. C'est là qu'elle apparaît dans des scènes de bondage.

41-16.jpg

42-15.jpg

43-13.jpg

« C'était inclus dans mes arrangements avec les Klaw. Si je voulais que ma séance de pose normale soit payée, je devais leur accorder une heure de pose dans des scènes de bondage. »

Bettie se demande comment elle aurait pu prendre ces séances de manière sérieuse alors que pour elle, aucunes de ces poses ne sont vraiment sexy.

« Honnêtement, qui pourrait prendre cela sérieusement ? Je n'ai jamais compris qui pouvait trouver ces poses sexy. Être attachée ? Je ne comprends pas. »

Et pourtant ! Les ventes prouvent le contraire et elle devient l'un des modèles les plus photographiés au monde. La légende « Bettie Page » a débuté et elle devient le top-model des Klaw.

Bettie Page est partout, il n'y a pas un étalage de vendeur de journaux où elle n'apparaisse sur au moins une couverture. Cet étalage de charme féminin dérange les bien-pensants de l'Américaine puritaine des années 50.

Le sénat enquête sur les Klaw, accusé de propager du matériel pornographique qui serait nuisible à la jeunesse. Elle est assigné à comparaître devant un tribunal de Capitol Hill, présidé par le sénateur (et espoir présidentiel) Estes Kefauver, mais n'a jamais été appelé à témoigner réellement. Elle cesse sa collaboration les Klaw en 1956.

Plusieurs milliers de photos de Betty Page sont détruites après l'enquête, celles qui nous sont parvenues n'en sont qu'une partie et quelques fois même ne s'agit-il que de copies de qualité médiocre. Quand on voit ce qu'il reste, on peut imaginer la quantité énorme de clichés qui a été faite durant la petite dizaine d'années d'activité de Miss Page!

44-13.jpg

45-13.jpg

  "Teaserama", film couleur réalisé avec Bettie Page et Tempest Storm en 1955. 

En 1958, Bettie disparaît soudainement. Personne ne sait ce qu'il advient d'elle. En fait, pour beaucoup, Bettie Page est un mystère car elle n'a jamais accordé d'interview et s'est toujours montrée assez discrète. Certains ne savent même pas comment s'écrit réellement son nom! (On peut même voir marquer "Betie Paige" sur des couvertures). Ses fans avancent toutes sortes d'hypothèses; est-elle morte? A t'elle eut un accident? Est-elle partie dans un autre pays? Les années passent et Bettie Page devient un mythe, comme James Dean ou Marilyn Monroe.

En fait, la réalité ne fut connue que beaucoup plus tard. En lutte avec ses démons intérieurs, Bettie Page a simplement fuit New-York pour la Floride. Revenant aux bases de son éducation familiale, elle se consacre à la religion pendant une trentaine d'années. On peut facilement conclure que son éducation était en perpétuel conflit avec sa carrière de modèle, mais son séjour très long dans une communauté religieuse n'a fait qu'empirer les choses.

Pendant ce temps là, elle reste à l'écart du monde et ne se doute même pas qu'elle est devenue un sex-symbol des années 50, ayant des millions de fans de par le monde et que tout un marketing s'est créé autour de son image.

46-12.jpg

En 1979 elle s’installe en Californie où elle subit une sévère dépression. On lui diagnostique un état schizophrénique et elle passe 20 mois dans un hôpital psychiatrique à San Bernardino.

Après une nouvelle altercation avec son propriétaire elle est placée sous tutelle pendant huit ans.

35-19.jpg

Pendant cette période, elle a tenté de se remarier mais ce fut un échec. Elle est de plus en plus victime de dépressions ou de troubles psychologiques. Ce n'est qu'en 1992 qu'elle reparait, à sa sortie d'un hôpital, ou elle était soignée pour schizophrénie paranoïde. Elle découvre alors toute l'industrie qui s'est créée autour de son image de pin-up et sa popularité internationale.

Elle rencontre pour la première fois Hugh Hefner qui l'invite à la projection du film « Rocketeer » (la petite amie du héros, Bettie, est un sosie de Bettie Page) qui est donné dans sa célèbre demeure, la « Playboy Mansion » en 1995.

47-12.jpg

Dans la BD originale de Dave Stevens, la petite amie du héros s'appelle Betty et elle est le clone de Betty Page !

48-12.jpg

Hefner propose alors à Betty de lui présenter un avocat qui s'occupe des droits de grandes personnalités du cinéma, souvent disparues, comme James Dean ou Marilyn Monroe, afin qu'elle puisse défendre ses droits sur les objets à son effigie diffusés dans le monde entier.

Ainsi l'avocat, Roesler, devient son agent et l'aide à la sortir de ses problèmes financiers et lui permet, sans doute, d'obtenir une confortable retraite. Sortie de l'anonymat dans lequel elle était restée tant d'années, Bettie Page découvre ses fans dans les années 2000 et a du mal à réaliser le véritable culte dont elle fait l'objet.

"Les jeunes femmes m'écrivent un nombre incalculable de lettres. Elles se tournent vers moi et me remercient de les aider à voir comment elles peuvent être elles-mêmes, ou comment elles peuvent se réinventer, s'affirmer, perdre leurs inhibitions, et sortir de leurs coquilles. Bien sûr, en posant pour des photos je n'ai jamais eut l'intention de faire cela, mais je suis heureuse de voir que ce que j'ai fait il ya si longtemps signifie quelque chose pour tant de gens."

Hugh Hefner ajoute:

"Elle est devenue, avec le temps, une icône américaine, son sourire et sa personnalité pétillante apparait dans chaques poses. Une touche coquine a été ajoutée par Irving Klaw avec les photos de fessées, de fétichisme et de bondage, qui sont devenues une part de la mystique Bettie Page, il s'agissait de parodies ludiques qui sont désormais perçues comme la source d'inspiration même des excursions de Madonna dans le royaume de la perversion sexuelle." 

Bettie découvre également ce que les artistes ont fait de son image : Rocketeer, les illustrations de Olivia de Berardinis, sans doute ne l'a t'elle pas su, mais elle apparait également dans la BD de Yann et Berthet "Pin-up", sans compter toutes les œuvres des dessinateurs amateurs anonymes, fans de la pin-up.

49-12.jpg

50-1.gif

En 2005 sort un film retraçant la vie de Bettie Page, "The Notorious Bettie Page" avec Gretchen Mol jouant le rôle de Bettie et Sarah Paulson dans celui de Bunny Yeager. Je ne saurais quoi en dire, je ne l'ai pas encore vu mais quel qu'en soit la qualité, tout fan fan de la Miss se doit d'avoir le DVD sur son étagère, donc!...

51-11.jpg

Si sa vie fut empreinte de malchance et d'occasions manquées, elle passa les dernières années de sa vie entourée de beaucoup d'attention. Elle participait à des soirées privées organisées par Hugh Hefner et fut une invitée de marque pour les 50 ans de Playboy (ci-dessous, Betty a 80 ans, elle est encadrée par Anna Nicole Smith et Pamela Anderson). Elle allait parfois à la "Mansion" pour assister à la projection de vieux films et aimait également rester chez elle pour passer des heures devant la télé.

52-12.jpg

Début décembre 2008, Betty Page a une attaque cardiaque et reste plongée dans le coma. Elle meurt d'une pneumonie une semaine plus tard, le 11 décembre. Elle avait 85 ans.

Elle s'en est allée rejoindre Marilyn Monroe, Jayne Mansfield et d'autres sex-symbols des années 50, des femmes à la beauté si remarquable et si unique. Adieu Miss Page et merci!

53-11.jpg

36-1.png

37-19.jpg

« J'ai l'impression de l'avoir vue toute ma vie, dit Mark Braun, qui édite l'un des innombrables sites Internet qui lui sont consacrés. Son image se déclinait à l'infini. Magazines, calendriers, boîtes d'allumettes, cartes postales... En Floride, elle posait avec un alligator [la mascotte de l'Etat, NDLR]. Dans des revues de troisième zone, avec des hommes déguisés en gorille... J'ai mis longtemps à réaliser que sur toutes ces photos il s'agissait de la même fille. »

kgrhqfhjbefeiiggb75brmlkncdwq-60-57.jpgt2ec16vhjgwe9n-ytekubrjy4nf-ow-60-3.jpg

On dit qu'elle fut la jeune femme la plus photographiée de tous les temps. Elle posait, en studio ou dans les bois, pour des clubs de photo amateurs comme le Concord Camera Circle (8 dollars de droit d'entrée, 25 dollars la journée pour Bettie). Pour des professionnels tels Bunny Yeager ou le célèbre Weegee, qui lui proposait de se déshabiller lui aussi pour la photographier dans une baignoire. Bettie Page, qui transgressait en toute légèreté les codes moraux de l'époque, éblouissait ses admirateurs par un mélange d'érotisme et d'invraisemblable candeur, un charme à rendre dingue et qu'elle contrôlait mal, une émouvante beauté, un éclat tranchant, quelque chose qui ne pouvait pas durer. Elle a d'ailleurs « disparu » à la fin des années 50.

http://marksbettiepage.wordpress.com/ 

Pendant des années, le mystère de cette femme-silhouette, dont on ne savait rien, dont on ne connaissait pas même la voix, a frappé l'imagination d'un cercle d'Américains qui ne désertaient pas sans mal les rivages de leur adolescence. Des admirateurs fétichistes, collectionneurs de tout poil, se retrouvaient, aux quatre coins de l'Amérique, dans les foires et les brocantes pour s'échanger les images plus ou moins rares, les clichés kitsch ou les poses sadomaso (auxquelles la jeune femme consentait, malgré elle, pour que son mentor Irving Klaw daigne lui payer son cachet journalier). « La quête de Bettie est surtout nostalgique, dit Mark Braun. L'époque a disparu avec elle. Et c'est à ça que ses photos font rêver. » Son absence l'a laissée intacte, dans la fraîcheur rayonnante de sa jeunesse. La Bettie Page adulte n'existait pas. Il n'y avait qu'une icône des insouciantes fifties dupliquée par les modes rock, immortalisée en personnage de BD dans Rocketeer, de Dave Stevens (adapté par Disney), imprimée sur les tee-shirts, fétichisée, copiée... « Un peu partout, des filles s'habillent, se coiffent comme elle, participent à des concours de sosie », dit Nico B., qui vient de réaliser un long métrage sur ses années mannequin. « On en voit partout, renchérit Mark Braun. Les gentilles Bettie et les anges noirs... »

06-bettie-page-frase-famosa-06.jpg555.jpg

Parmi les fans, il y a ceux qui pensent qu'on devrait en rester là. Et ceux qui se sont réunis des années pour échanger des bribes d'information et tenter de décrypter l'énigme. Dans les années 60, la rumeur donnait parfois Bettie Page pour morte. Ou juste mariée, retirée au secret de son Sud natal. On la disait aussi enfermée dans un couvent. On sait aujourd'hui qu'elle a vécu en recluse à Los Angeles. Qu'elle a fêter ses 80 ans. Qu'elle s'est protégée des curieux et des photographes. Les collectionneurs gardent précieusement la bande d'une interview radio où la solitaire Bettie se confie à Karen Essex, devenue sa biographe officielle. Avec un fort accent du Sud, dans l'écho étrange de la communication téléphonique, la « reine des pin-up » explique qu'elle s'est donné le but de vivre centenaire et lit tout ce qu'elle trouve sur la longévité. Elle parle aussi des nuits qu'elle passe à regarder des vieux films. Et de ses fantasmes échoués depuis longtemps à Hollywood : « J'aurais voulu jouer avec Errol Flynn ou Burt Lancaster... Etre une star de cinéma. J'ai eu une opportunité avec Jack Warner, mais je l'ai laissé filer... »

666.jpg777.jpg

Voilà ce qu'on apprend quand Karen Essex publie, au mitan des années 90, The Life of a pin-up legend (« La Vie d'une légendaire pin-up ») : Bettie Page a rêvé de cinéma toutes ces années où elle posait pour des inconnus dans un studio new-yorkais de la 14e Rue. Elle a fréquenté avec assiduité les salles de Nashville, le Paramount, le Vendome... mais son enfance fut rudement bercée par les années de la « grande dépression ». De ville en ville, à la remorque d'un paternel fauché, dans les campagnes du pauvre Sud... Cette enfance telle qu'elle la raconte a été plombée par les attentions plus que pressantes que lui prodiguait son père. Devenue prof d'anglais, actrice de théâtre amateur, Bettie a fui le Sud dès qu'elle l'a pu pour tenter sa chance...

888.jpg999.jpg

Cette Bettie Page qui ressort enfin de l'ombre pour conter une histoire au passé lointain ne dit rien des années récentes, même si, en 1992, pour sa première réapparition publique, elle se décrivait « fauchée et monstrueuse ». Elle sortait alors d'un hôpital psychiatrique où elle avait passé dix ans après une double tentative de meurtre. Personne n'en aurait rien su si un de ses admirateurs, le journaliste Richard Foster, n'avait décidé de se lancer dans une longue enquête pour fausser compagnie à « la Bettie que des générations ont protégée en gardant son image sous leur matelas comme une précieuse lettre d'amour ». Foster s'est lancé sur la piste de Bettie Mae Page, « celle qui a vécu et vieilli pendant que circulaient ses photos ».

1212.jpg2525.jpg

La femme dont il a trouvé la trace n'est pas revenue sans mal de sa gloriole de mannequin et de ses rêves soldés. Après sa « disparition », à la fin des années 50, elle a trouvé la foi et renié son passé. Foster a parcouru l'Amérique pour remonter sa piste dans différentes communautés religieuses, au côté de l'évangéliste Billy Graham ou dans des cours de catéchisme de Nashville ou de Chicago. Au fil des rencontres avec ceux qui ont partagé sa vie, il l'a vue sombrer peu à peu dans la folie. A la fin des années 70, Bettie Page vénérait sept dieux, s'en pensait la prophétesse et enregistrait ses prêches sur un magnétophone. Elle devenait une menace pour les enfants de son mari, qu'elle obligeait à contempler une image de Jésus sous la menace. Puis pour ceux qu'elle a fini par poignarder dans un accès de démence : les propriétaires d'une caravane où elle avait échoué et une femme qui l'avait engagée comme infirmière.

21482betty-xmas.jpgimg-0002.jpg

Nombre de fans n'ont pas supporté la démarche de Foster et ce qu'il dévoilait subitement - notamment les photos d'identité judiciaire d'une Bettie Page dévastée, en couverture de son livre. Bettie Page fait, elle, comme si rien n'était vrai mais aucune action en justice n'a été engagée depuis la publication du livre, en 1999. Plusieurs films sur sa vie sont annoncés - dont La Ballade de Bettie Page, par la réalisatrice d'American Psycho, et un projet de Scorsese avec Liv Tyler qui tient plus de l'Arlésienne. Glamour ou tragédie ? Comme Bettie Page n'a jamais rien contrôlé de son image, elle ignore tout de ce qu'on verra d'elle à l'écran maintenant que Hollywood se penche sur son cas.

januarybettie.jpglook.jpg

Betty Mae Page, en quelques dates.

Années actives en tant que modèle: environ 1949 (26 ans) - 1957 (34 ans)

 

22 avril 1923 : Naissance du second enfant de Edna et Roy Page à Nashville, prénommé Betty.

1937/38 : Mort de Roy Page

1937-1940 : Scolarité à Hume-Fogg High School, Nashville.

1940-1944 : Scolarité à Peabody College, Nashville (fait maintenant parti de Vanderbilt University). Obtient un diplôme en anglais.

1944 : Elle travaille un moment comme professeur d'anglais. Part à San Francisco ou elle fait quelques essais pour le cinéma.

1947 : Déménagement à New-York.

Fin des années 40 : Début de sa carrière comme modèle sexy

1951-52 : Rencontre avec le frère et la sœur Klaw.

1953 : Bettie est le modèle numéro 1 des Klaw. Réalisation de « Strip-o-rama ».

1954 : Réalisation de "Varietease" avec Bettie Page et Lily Saint Cyr. Durant des vacances avec sa sœur en Floride, elle rencontre Bunny Yeager.

1955 : Bettie devient la Miss Janvier de Playboy, devenant ainsi la treizième playmate du nouveau magazine. Réalisation de "Teaserama". Début de l'enquête du Sénat sur les Klaw.

1957 : Dernière année en tant que modèle.

1958 : Betty Page part en Floride.

1978: Troisième mariage mais échec.

1992: Elle sort du Patton State Hospital de San Bernardino

1995: Rencontre avec Hugh Hefner à la "Mansion"

2003: Participation à la grande fête donnée par Hugh Hefner pour les 50 ans de son magazine "Playboy".

11 décembre 2008: Décés de Betty Page à l'hôpital, à 85 ans. 

Sources

  • Bettiepage.com
  • Le livre des Playmates (Playboy, 1996)
  • Bunny's Honeys – Bunny Yeager, Queen of Pin-up photography (Taschen 1994)
  •  Betty Page, Queen of Pin-up (Taschen 1993)
  • http://www.somethingweird.com/

 

Filmographie

Striporama (1953)

54-11.jpg

Varietease (1954)

55-10.jpg

Teaserama (1955)

56-10.jpg

Irving Klaw Bondage Classics, Volume I (London Enterprises, 1984)

57-9.jpg

Irving Klaw Bondage Classics, Volume II (London Enterprises, 1984)

58-10.jpg

Bettie Page: Pin Up Queen (Cult Epics, 2005)

59-9.jpg

Bettie Page: Bondage Queen (Cult Epics, 2005)

60-10.jpg

100 Girls by Bunny Yeager (Cult Epics, 2005)

61-10.jpg

Bizarro Sex Loops, Volume 20 (Something Weird Video, 2008)

62-11.jpg

Biopics

Bettie Page: Dark Angel, Cult Epics, 2004

63-10.jpg

The Notorious Bettie Page (2005)

64-10.jpg

Bettie Page Reveals All, 2009 par Mark Mori

65-8.jpg

Culture populaire[

Elle a beaucoup influencé l’imagerie du new burlesque avec notamment Dita von Teese.

66-9.jpg

La première version du personnage de DC Comics Poison Ivy est inspirée par Bettie Page.

67-8.jpg

Le luxueux droïde BD-3000 dans Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith est aussi inspiré par Bettie Page.

68-7.jpg

Elle apparaît dans la série de bande dessinée Pin-Up.

69-8.jpg

Le destin croisé de Betty Page et de Linda Lovelace est le sujet du roman graphique Coney Island Baby (220 pages) de Nine Antico, paru chez L'Association en 2010.

70-7.jpg

Le personnage de Xena princesse guerrière, interprété par Lucy Lawless, icône féministe est aussi un vibrant hommage au symbole érotico-libertaire qu’elle représente encore aux yeux de nombreuses générations.

71-7.jpg

Elle inspire aussi le personnage de Clara dans la revue espagnole El Jueves.

72-7.jpg

Liens externes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.