La frontière américaine

Une fois l’avion posé sur le tarmac, vous vous dites : « ouf, ça y est, je suis arrivé ». Mais non, il faut encore passer l’épreuve de l’immigration et de la douane. Si tout se passe bien, vous sortirez de l’aéroport dans une bonne heure. Sinon, dieu seul le sait …

Le passage de la frontière a lieu au moment où vous arrivez aux Etats-Unis : si vous avez une correspondance, vous devrez rendre le formulaire des douanes au premier aéroport. Policiers et douaniers sont accueillants ; certains même prononcent quelques mots de français.

N'essayez pas de forcer la file pour gagner du temps, même si vous vous sentez en retard à une correspondance : c'est mal vu. Demandez à ceux qui vous précèdent de vous laisser passer en leur expliquant pourquoi. Comme beaucoup sortent du même avion que vous, il y a toutes les chances pour qu'ils parlent français.

Sachez cependant que, depuis le 12 janvier 2009, tous les ressortissants des pays membres du Programme d’exemption de visa (VWP) doivent obtenir une autorisation de voyage électronique au moins 72h avant de partir pour les États-Unis. Vous devez donc vous enregistrer via le site https://esta.cbp.dhs.gov/

Malheureusement, cette autorisation électronique ne vous garantit pas l’entrée sur le territoire américain et il vous faudra encore passer par les anciennes formalités, à savoir :

1ère étape : les formulaires

Vous les trouverez à l’aéroport mais il est plus que probable que le personnel de bord vous les aura déjà distribués dans l’avion afin que vous puissiez les remplir tranquillement à votre aise et qu’ils soient prêts à votre débarquement. Alors, de quoi s’agit-il ? Vous en aurez deux à compléter. Un vert, pour le service d’immigration dans lequel on vous posera des questions aussi diverses et farfelues que : « souffrez-vous de maladies contagieuses, de troubles physiques ou mentaux? Consommez-vous des drogues ou stupéfiants ou êtes-vous toxicomane ?  » ou encore « Avez-vous été par le passé ou êtes-vous actuellement impliqué dans des activités d’espionnage ou de sabotage; des activités terroristes; un génocide; ou avez‑vous participé aux actes de persécution commise par l’Allemagne nazie entre 1933 et 1945 ? »

1 367

Le questionnaire pour la douane est quant à lui blanc et pose les traditionnelles questions de ce que vous avez à déclarer. A noter que les américains sont mieux lotis que les européens quant aux montants de cadeaux qu’ils peuvent rapporter sans être taxés. Vous devez aussi déclarer si vos bagages contiennent des marchandises interdites. Pour plus d’informations sur ce que vous pouvez emporter au États-Unis, le site de l’office du tourisme Américain vous renseignera.

2ème étape : arrivée à l’aéroport : l’immigration

Après être sorti de votre avion, ce qui vous a déjà pris un certain temps, vous suivez le troupeau, euh la masse des gens qui voyageait avec vous au travers d’un dédale de couloirs et d’escaliers jusqu’à la salle où vous pourrez passer le célèbre contrôle de l’immigration. Là, c’est le choc, car généralement la salle est remplie par les voyageurs de plusieurs avions qui viennent d’atterrir et une employée vous crie où vous devez aller et ce que vous devez avoir comme documents. C’est ça l’Amérique : rapidité et efficacité. Vous en aurez pour entre 30 minutes et une heure pour arriver face au fonctionnaire qui décidera si oui ou non vous serez accepté à entrer sur le territoire américain.

2 329

Vous arrivez enfin face à celui dont votre sort dépend. Et vous, dont l’imaginaire était peuplé de tous ces redoutables fonctionnaires américains qui allaient vous maltraiter, vous demander si vous comptez assassiner le président des États-Unis ou faire un attentat, faites finalement face à un sympathique jeune homme, souriant, qui a un mot gentil pour chacun de vous ou face à une jeune fille, pas vraiment agréable mais qui a tout simplement l’air de s’ennuyer.
Après avoir vérifié votre passeport, si vous ressemblez à la photo, vous avoir demandé la raison de votre séjour, il vous sera demandé de poser pour la photo et vos empreintes digitales seront prises. Et oui, pas question de rentrer incognito sur le territoire ! Merci le patriot act ! Peut-être que la prochaine fois, on prélèvera votre ADN ?
Une fois ces formalités passées, vous êtes admis sur le territoire ! Reste à récupérer votre valise et passer la douane !

3ème étape : la douane

3 285

Après avoir récupéré vos valises, la dernière étape avant de pouvoir enfin sortir respirer l’air américain est le passage de la douane. C’est-à-dire un fonctionnaire qui vous regarde à peine et auquel vous donnez votre formulaire blanc. Si vous n’avez rien à déclarer, il vous fera un vague signe de tête vous indiquant qu’il est temps de dégager le passage. Mais toujours sans prononcer un mot !

J’avoue n’avoir jamais assisté à une fouille de bagages mais j’imagine que cela ne doit pas être rigolo !

Mais bon, pas de panique, nous voilà enfin prêt à aller visiter les Etats-Unis et il est inutile de s’attarder plus longtemps dans l’aéroport ! Surtout qu’on est encore loin de notre lieu de résidence et la route peut encore être semée d’embûches pour y arriver !

En résumé

  • A la sortie de l'avion, suivez les panneaux "Immigration" ou "Foreign Citizens" (citoyens étrangers) ou, tout simplement, vous vous contentez de suivre les autres passagers de l'avion. A la douane, attendez votre tour derrière la ligne jaune tracée au sol jusqu'à ce qu'on vous appelle, le plus souvent par next ("suivant").
  • Vous remettez à l'agent fédéral des douanes votre passeport ainsi que les formulaires remplis dans l'avion. L'agent examinera les documents de voyage, tels que les passeports (et éventuellement visa), et vous posera des questions au sujet de leur séjour aux Etats-Unis : durée, but du voyage (répondre vacations pour "vacances"), ... avant de tamponner les documents.
  • Depuis septembre 2004, les Etats-Unis exigeaient des étrangers entrant dans leur pays de remettre les empreintes digitales de deux doigts ainsi qu'une photographie. Cette procédure, entrant dans le cadre du programme US Visit, mis en place suite aux attentats du 11 septembre, est désormais renforcée. En effet, le 29 novembre 2007, les autorités douanières américaines de l'aéroport Dulles de Washington ont installé les premiers scanners permettant de relever les empreintes des dix doigts. Depuis le début de l'année 2008, neuf autres aéroports internationaux - Atlanta, Boston, Chicago, Detroit, Houston, Miami, New York (JFK), Orlando et San Francisco - seront également équipés de ce type de scanners. D'ici à fin 2008, le relevé des empreintes digitales des dix doigts devrait être obligatoire dans les 211 postes frontière des Etats-Unis.
    Le lecteur d'empreintes digitales sans encre est d'un emploi facile. Il est demandé au voyageur de placer les doigts sur une plaque de verre qui enregistre électroniquement les empreintes digitales. Il est aussi demandé aux voyageurs de se tourner vers un appareil qui les prend en photo.
  • Une fois ces formalités effectuées, vous pouvez aller récupérer vos bagages (suivre le panneaux "Baggage claim").

N.B. : A l'enregistrement des bagages, il convient de répondre avec sérieux et précision aux questions qui vous sont posées par les employés et d'éviter toute plaisanterie sur le contenu de vos bagages, de très sérieux ennuis avec les services de sécurité (pouvant aller jusqu'à l'incarcération) étant susceptibles de résulter de toute attitude prêtant à équivoque.

Les questions sont généralement les suivantes :

    • Vos bagages ont-ils toujours été sous votre surveillance ? (à la douane américaine : "Did you pack your own luggage and has your luggage been within your sight at all times ?")
    • Un inconnu vous a-t-il demandé de transporter un bagage ? (à la douane américaine : "Has anyone unknown to you asked you to carry a bag ?")

Par ailleurs, dans le cadre du renforcement de la sécurité aux aéroports, les autorités américaines peuvent soumettre les voyageurs à des contrôles approfondis. Il est vivement recommandé aux voyageurs de s'abstenir, en toutes circonstances, de tout mouvement d'humeur ou de tout propos critique ou ironique en raison de leurs conséquences possibles : peine d'amende, détention et interdiction de revenir sur le territoire américain.

Lors de votre enregistrement, vous serez tenu de communiquer à la compagnie aérienne votre lieu de résidence aux USA en précisant les éléments suivants (numéro et nom de la rue, ville, état et code postal). Dans le cas d'un séjour itinérant, c'est l'adresse du premier hôtel qui faudra préciser. L'embarquement pourra être refusé à tout passager qui ne pourra fournir ces informations.

Chaque adulte a le droit d'introduire l'équivalent d'un litre de boisson alcoolisée et 200 cigarettes (ou 50 cigares). Les cadeaux ne supportent pas de droits de douane jusqu'à concurrence de 100$. Les sommes ou valeurs de plus de 10.000 Euros doivent être déclarées (renseignements sur http://douane.gouv.fr).

L'importation de certains articles est interdite : produits pharmaceutiques (se munir d'une ordonnance médicale traduite en anglais en cas de traitement et vous trouverez les médicaments dans une pharmacy ou dans un drugstore), matières biologiques, fruits, légumes, viandes, produits végétaux, articles dangereux (armes à feu, substances toxiques, ...).
Important : A la suite des évènements de Londres et du fait du maintien du niveau d'alerte terroriste à l'état de "menace élevée", le transport de liquides, gels, pâtes ou crèmes dans les bagages à main, demeure strictement interdit sur tous les vols à destination des Etats-Unis. Les médicaments sont autorisés sur présentation de l'ordonnance.

Il n'y a pas de quarantaine pour les chiens et chats (sauf pour Hawaii) mais les animaux sont examinés à l'arrivée. Un vaccin contre la rage de plus d'un mois et moins d'un an est obligatoire pour les chiens. Consultez l'ambassade des Etats-Unis pour plus de renseignements.

A la frontière terrestre (entre le Canada et les Etats-Unis et entre le Mexique et les Etats-Unis) vous devrez vous acquitter d'une taxe de 6 dollars, payable uniquement en espèces.

Dans l'avion, les autorités américaines comme européennes portent une attention de plus en plus vigilante aux incidents provoqués à bord de vols commerciaux (à destination ou en provenance des Etats-Unis) par des passagers irascibles ou violents. Qu'il s'agisse d'un simple refus d'obtempérer aux consignes de bord ou d'actes de violence à l'égard du personnel naviguant ou d'autres passagers (notamment en cas d'ivresse), les compagnies aériennes desservant les Etats-Unis appliquent le plus souvent la règle de la "tolérance zéro". Les voyageurs doivent donc être conscients de la gravité de tels comportements et des suites pénales auxquelles ils s'exposent. Dès qu'il a connaissance d'un incident, le commandant de bord peut dérouter l'appareil sur l'aéroport le plus proche. Des exemples récents démontrent que les compagnies aériennes n'hésitent plus à appliquer cette procédure. Le passager en cause est immédiatement arrêté par la police à sa descente d'avion et inculpé. Ces faits constituent en droit américain un crime. Ils relèvent des juridictions fédérales et sont passibles d'au moins un an de prison. Les frais occasionnés par le déroutement de l'appareil sont à la charge du passager.

Tous les détails sur le site des douanes américaines :

http://www.cbp.gov/xp/cgov/travel/ (en particulier "Clearing customs").


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×