Le chincoteague

1 323

Les chincoteagues, qui sont les seuls poneys "indigènes" des Etats-Unis, comptent parmi les derniers chevaux vivant à l'état sauvage. De petits troupeaux vivent encore libres sur l'île où on les a découverts au début du XXème siècle.

Vie sauvage

Les chincoteagues vivent encore librement sur l'île Chincoteague, où ils font désormais l'objet d'un plan de protection.

2 297

Origine

Les chincoteagues se sont développés dans les terres basses et marécageuses des îles Chincoteague et Assateague, où pousse une végétation singulièrement pauvre, sans doute en partie responsable des défauts de conformation des poneys découverts en 1920.

3 8

Type et tempérament

Bien qu'il soit classé parmi les poneys, à cause de sa petite taille, le chincoteague a beaucoup de caractéristiques du cheval, notamment au niveau de la tête.

Modèle :Les améliorations apportées par les divers croisements ont permis d'obtenir un poney agréable à l'œil, bien proportionné et vigoureux. La tête est souvent grande, voire un peu lourde, avec une expression intelligente et douce. L'encolure est bien plantée et bien portée et l'épaule assez longue. Le poitrail, en revanche, est resté un peu étroit. Le corps est arrondi, comme la croupe qui s'est renforcée mais est encore un peu courte. Les membres sont fins et élégants mais restent le point faible, l'ossature étant légère et les articulations peu marquées.

Taille : 1,22 m en moyenne

Robe : Beaucoup de pies, mais aussi des bais, des gris et des alzans.

Caractère : Le chincoteague n'a pas encore une longue carrière de poney de selle, mais on dit qu'il fait une monture agréable s'il est bien dressé. C'est un animal qui semble présenter un tempérament équilibré, plutôt placide, avec une certaine force de caractère. Très résistant et d'une frugalité exceptionnelle, il possède donc beaucoup de qualités pour faire une bonne monture de loisir.

4 225

Une adaptation imparfaite

On ne sait comment les chincoteagues sont arrivés dans l'île dont ils portent le nom et où, malgré la rudesse du milieu, ils sont parvenus à survivre.

Des îles sauvages

Au large des côtes de Virginie, aux Etats-Unis, se trouvent deux îles qui portent les noms amérindiens de Chincoteague et d'Assateague. Bien que ces terres salées, à la maigre végétation, soient peu propices à la vie des chevaux, un troupeau semble s'y être installé et développé il y a fort longtemps. Son existence ne fut toutefois vraiment révélée au monde qu'en 1920, lorsque les pompiers responsables de la gestion de l'île s'intéressèrent à lui.

Des origines mystérieuses

Comme les autres chevaux du continent américain, les chincoteagues sont probablement issus de chevaux de colons espagnols qui ont été abandonnés ou se sont échappés au XVIIème siècle.

On ne sait rien de la façon dont les chevaux sont arrivés là. Rien ne permet d'étayer la thèse, souvent évoquée, d'un navire aux cales pleines de chevaux barbes-espagnols s'échouant à proximité de l'île.

5 200

Environ 200 poneys vivent aujourd'hui dans l'île d'Assateague – où a été créé un parc national – et dans celle de Chincoteague.

Le savier-vous ?

Le chincoteague doit beaucoup à la littérature et au cinéma, qui ont contribué à sa découverte et à son adoption par le grand public. En 1946, l'écrivain Marguerite Henry acheta un tout jeune poulain chincoteague. Un an après, elle publia Misty of Chincoteague, un roman pour les enfants – dont le héros est bien sûr un poney chiconteague – qui connut un grand succès. L'adaptation de cet ouvrage au cinéma, en 1961, sous le titre Misty, acheva de faire connaître ce poney.

Une race dégénérée

Lorsque leur existence fut révélée à la presse, au début du XXème siècle, les chincoteagues étaient des poneys chétifs (maximum 1,22 m) à la poitrine excessivement étroite, aux membres souvent déformés, à la tête grande et grossière. Il était évident que la consanguinité forcée, jointe à une nourriture très pauvre, avait fait des dégâts. Cependant, on pouvait penser que des animaux qui avaient vécu dans des conditions aussi difficiles devaient posséder des qualités d'endurance, de résistance, de force et, vraisemblablement, un capital génétique bien préservé.

Sauvez le chincoteague

Des éleveurs, désireux d'améliorer la race sans la dénaturer, procédèrent à des croisements avec des chevaux des races les plus proches. Des rapports de sang welsh et shetland furent faits avec succès. Plus tard, on entreprit aussi de marier les poneys de l'île à des pintos, qui possédaient sans doute des ancêtres communs avec eux. L'apport des pintos est toujours très visible : la fréquence de la robe pie, notamment, le révèle.

6 169

Le savier-vous ?

Pour résister à l'assaut des moustiques, en été, les poneys se réfugient dans la mer.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×