Le Missouri fox-trotter

Le Missouri fox trotter fait partie, avec le Tennessee walking horse et l’American saddlebred, des trois races de chevaux américaines qui possèdent plus de trois allures. Outre le pas, le trot et le galop, il peut aller au fox trot, pas aussi rapide que confortable.

 

Aimable, confortable et sûr, le Missouri fox-trotter n’est pas seulement le cheval traditionnel des éleveurs du Middle West : c’est aussi un compagnon sûr et une monture idéale pour la randonnée.

Origine

C’est dans le massif des Ozarks, avec ses plateaux arasés entaillés de vallées profondes, que le Missouri fox-trotter a été d’abord sélectionné.

Type et tempérament

L’aspect du Missouri fox-trotter est plutôt banal. Son originalité réside surtout dans ses allures. Excellent cheval de randonnée, il est traditionnellement équipé avec du matériel d’équitation western.

Modèle

La tête est bien proportionnée, plutôt mince, avec un profil rectiligne. Les yeux sont grands et expressifs et les oreilles plutôt petites et mobiles. L’encolure élégante se fond dans des épaules puissantes et un garrot bien sorti. La poitrine est large et profonde. Le dos un peu long – cela favorise le fox-trot – est droit et fort. La croupe, parfois avalée, est bien musclée, avec une queue attachée plutôt haut. Les membres, fin, ont des tendons secs et des pieds solides et agiles.

Taille

Le Missouri fox-trotter mesure entre 1,42 m et 1,63 m. C’est donc un petit cheval, voire un poney pour les plus petits modèles

Robe

Le Missouri fox-trotter peut être alezan, noir, bai, gris ou pie.

Caractère

Comme tous les chevaux de travail du bétail, le Missouri fox-trotter est à la fois calme, en avant et soumis. Il peut rester immobile pendant des heures une fois que son cavalier a lâché ses rênes. En randonnée, c’est un compagnon idéal qui peut couvrir des distances incroyables avec un courage hors du commun.

Le cheval des plateaux du Middle-West

Le Missouri fox-trotter n’est pas un cheval « tape-à-l’œil » : c’est surtout par l’exceptionnel confort de ses allures que ce cheval a su conquérir un large public. Aujourd'hui, il connaît aux Etats-Unis un succès mérité.

 

A l’ouest du Mississippi

Le Missouri fox trotter a été sélectionné par les colons établis au Missouri, à l’ouest du Mississippi. Ses ancêtres étaient des pur-sang, des morgans et des arabes venus du Kentucky, du Tennessee et de Virginie. Au début, les chevaux de cette région centrale des Etats-Unis étaient utilisés pour les courses de pays. Mais bientôt, cette activité fut condamnée par un clergé particulièrement puritain.

Des cow-boys épris de confort

Au XIXème siècle, les agriculteurs cherchèrent à sélectionner un cheval apte aux longues chevauchées dans les reliefs tourmentés du Missouri. Leur but était de créer une monture qui se fatigue peu et qui ménage les lombaires de son cavalier sur les longs trajets. Ils obtinrent peut à peu ce cheval unique aux quatre allures glissées et confortables. Le Missouri fox-trotter, associé au travail du bétail dont l’élevage était très important au Missouri, a failli disparaître avec l’apparition des engins à moteur. Mais la passion que lui vouaient nombre d’agriculteurs du Middle West sauva la race. Le stud-book date de 1948. Il est resté extrêmement ouvert jusqu’en 1982. Depuis cette date, seuls les poulains nés de deux Missouri fox-trotters peuvent y être inscrits.

 

Des allures particulières

Les allures particulières comme le fox-trot dériveraient toutes de l’amble. Au Moyen Age, certains chevaux semblaient posséder un don héréditaire pour cette quatrième allure fonctionnant par bipèdes latéraux, qui présente l’avantage d’être à la fois très confortable et assez rapide. Il est possible que les Américains aient su conserver ce don pour l’amble et l’amble rompu chez certains descendants des chevaux espagnols. Un trait génétique qui semble s’être perdu en Europe où l’amble est considéré comme une tare.

Le fox-trot

Le fox-trot est une allure très proche du paso des chevaux péruviens, colombiens ou encore du tolt des chevaux islandais. C’est, en fait, un pas très rapide, une allure à quatre temps à la fois très véloce et très confortable. C’est une action glissée, ce qui fait que le cavalier ne ressent pas de secousses. Il permet de se déplacer à une moyenne de 8 à 12 km/h avec des pointes à 16 km/h. C’est donc, en termes de rendement, une allure intermédiaire entre le pas et le trot. Le stud-book du fox-trotter n’autorise pas le recours aux procédés barbares trop souvent employés par les éleveurs de l’american saddlehorse pour contraindre leurs chevaux à adopter cette quatrième allure. Ainsi, on ne trouve ni sabots exagérément longs, ni chaîne autour des paturons, ni ferrure trop lourde.

 

Flat-floot walk et canter

Le flat-foot walk (littéralement « pas traînant ») se décompose comme le pas, mais le cheval doit traîner les sabots. En limitant l’élévation des genoux et des jarrets, les éleveurs ont rendu leurs montures plus confortables. Le canter désigne un petit galop rassemblé. Les Américains le définissent, pour le Missouri fox-trotter, comme une allure intermédiaire entre le lope, galop moyen et rasant que les chevaux effectuent rênes longues et tête basse lors du travail du bétail, et le slow gait qui est un galop très lent à quatre temps.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×