Le paint horse

Il ne faut pas confondre le pinto, simple cheval pie, et le paint, quarter horse pie, dont l’ancêtre était un cheval des Indiens d’Amérique. Puissant et agile à la fois, il doit répondre à des critères bien précis en matière de robe et de particularités.

 

Une vieille famille

Le paint appartient à la famille des quarter horses. C’est l’une des plus anciennes races américaines, qui trouve ses lointaines origines au XVIIème siècle, en Virginie et dans les Etats voisins.

Le saviez-vous ?

Largement répandu aux Etats-Unis, le paint n’est pas encore commun en Europe. Il est très recherché et, à performances égales, un paint peut coûter deux fois plus cher qu’un quarter alezan ou bai…

 

Bon pour le moral

La nature conciliante et sociable du quarter peut être contrariée par la vie en captivité. L’idéal est de li offrir, comme dans sa région d’origine, un hébergement en paddock ou en stabulation libre avec des congénères.

 

Caractéristiques

Le quarter horse était jadis employé à toutes sortes de tâches : travail à la ferme, rassemblement du bétail, attelage et selle. Le paint a de la force et un tempérament équilibré.

Modèle

Le paint est un cheval compact, doté d’une arrière-main massive, puissante et musclée, d’un dos court et d’un poitrail ouvert et généreux.

Tout en lui respire la force et l’équilibre. Ses membres sont secs, ses articulations solides et larges et ses canons courts.

L’encolure, plutôt longue, porte une tête expressive et élégante, assez brève.

Les allures sont rasantes, avec un trot souvent un peu étriqué que compense un galop ample et régulier. Le paint est très rapide sur de courtes distances.

 

Taille

Le quarter horse mesure entre 1 ,52 m et 1,60 m

Robes

Tous les paints sont pies – le plus souvent sur une base noire, alezan, baie ou palomino. La répartiton des taches détermine le type du paint : tobiano, overo ou tovero.

Caractère

Le paint est un cheval fiable et équilibré. Facile et agréable à manipuler, il se révèle énergique sous la selle. Il donnera toute la mesure de son talent dans les disciplines de l’équitation western où son équilibre et son intelligence font merveille.

 

Espagnol ou américain ?

« Pinto » signifie peint en espagnol et désigne de nos jours tous les chevaux pies. « Paint » a le même sens, mais en américain. La nuance semble mince, pourtant elle est de taille : le pinto est une robe, le paint est une race !

Les Indiens éleveurs

Un cheval pie est un cheval marqué de larges taches blanches quand sa robe est d’une autre couleur ou, à l’inverse, un cheval blanc marqué de taches de couleur : pie alezan, pie bai, pie noir, mais aussi pie aubère ou pie palomino…

Les robes pies sont communes dans le monde entier, mais elles ont connu un développement particulier aux Etats-Unis. Il y a à cela deux raisons : parmi les premiers chevaux importés dans ce pays par les conquérants espagnols se trouvaient deux étalons pies, qui engendrèrent une nombreuse progéniture ; les Indiens, qui furent d’excellents éleveurs, accordaient beaucoup de valeur aux ornements de la robe de leurs chevaux. Taches et marques étaient très recherchées et revêtaient un sens particulier pour certaines tribus.

 

Rejeté

Le gène tobiano étant dominant, on ne peut s’étonner qu’il se soit répandu parmi les chevaux américains. Toutefois, vers le milieu de notre siècle, les éleveurs d’outre-Atlantique cherchèrent à éliminer cette robe, jugée trop folklorique – le racisme n’étant sans doute pas étranger à cette attitude. Les éleveurs de quarters décidèrent d’écarter du stud-book de la race tous les chevaux pies. Quelques années plus tard, en 1965, les amateurs de cete robe fondèrent l’association du Paint horse pour rassembler les chevaux exclus et établir les types de robes admis.

 

Des distinctions subtiles

Vous avez sûrement déjà vu un tobiano. Mais, si vous l’aviez vu, auriez-vous reconnu un tovero ? Voici quelques indications pour identifier les trois grands types de paint.

Le tobiano

Le tobiano a marché dans le blanc : il porte toujours quatre grandes balzanes (au moins jusqu’à mi-canon). Il s’y est aussi roulé : le blanc lui a coulé sur le dos en faisant de larges taches verticales aux contours nets… En revanche, il n’y a pas trempé son nez : il arbore les mêmes marques en tête que les autres robes : étoile,pelote, liste.

Sa crinière et sa queue comportent des crins des deux couleurs mélangés.

L’overo

L’overo est souvent généreusement maquillé de blanc en tête : liste large, boit-dans-son-Blanc, belle-face … Sa tête est parfois entièrement blanche. Les yeux peuvent être marron, impairs (un bleu, un marron), ou bleus.

Sur le corps, l’overo porte des zones blanches irrégulières, plutôt disposées horizontalement. Ces taches s’étendent sur les flancs et le ventre sans jamais remonter sur le dos. Il possède au moins une jambe (et souvent les quatre) sombre. La queue est soit blanche, soit colorée, rarement bicolore.

Le tovero

Le tovero peut passer à première vue pour un cheval blanc avec quelques taches. Ces pigmentations apparaissent en général autour des oreilles, sur les flancs et le dos, à la base de la queue. Le tovero a souvent un ou deux yeux bleus. Mais le standard du tovero est difficile à définir et il existe même des sujets avec très peu de blanc.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×