Débloquer un piston

Vous avez récupéré une moto dont malheureusement le piston est bloqué dans le cylindre.

Nous allons tout d'abord déculasser le moteur (si ce n'est pas déjà fait) pour déterminer la cause du blocage. Il peut y avoir deux causes à cela :

  • soit un excès de calamine et d'huile séchées qui ont collé le piston à la paroi du cylindre. C'est la moins grave.
  • soit un excès d'humidité, cas malheureusement le plus fréquent lorsque le moteur est resté longtemps dans une grange, voir même pire encore sans sa culasse. Là, c'est beaucoup plus grave car on a deux métaux différents en présence qui, sous l'effet de l'oxydation auront eu tendance à s'interpénétrer. Il y aura forcément des dégâts lors de l'extraction. Le but est de les minimiser au maximum..

Ce qu'il ne faut surtout pas faire, malgré la présence de rouille, serait d'utiliser des produits à base d'acide chlorhydrique car celui-ci réagit violement avec l'aluminium du piston. 

Dans tous les cas, on remplira le cylindre avec du TRANSYL® (bien plus efficace que le WD40®) ou avec du liquide de frein qui est une excellente alternative. Et surtout moins cher car vous pouvez réutiliser du liquide usagé. Laisser agir quelques jours en refaisant le niveau de temps en temps car le liquide, très fluide, passe par le moindre interstice entre le piston et le cylindre, en particulier le point de coupe des segments. Essayez régulièrement de faire tourner l'embiellage à l'aide d'une clé. Forcez légèrement, pas comme un bourrin !!! Vous pouvez également chauffer légèrement le cylindre avec une lampe à souder. La dilatation décollera les deux pièces. Attention cependant à ne pas trop chauffer sinon la chaleur atteindra le piston qui se dilatera à sont tour et vous obtiendrez l'effet inverse de celui recherché. 

Vous pouvez également réaliser l'outil suivant à l'aide d'un morceau de fer en U, d'un gros écrou et son boulon. Les perçages aux extrémités correspondent à deux goujons diamétralement opposés de votre moteur. Il vous faudra également une rondelle épaisse d'un diamètre légèrement inférieur à celui de votre cylindre pour appuyer sur le piston.

3-91.jpg

Positionnez cet appareil comme sur le dessin ci-dessous. Remarquez bien la rondelle d'appui. Si votre piston est bombé vous pouvez soit réaliser une rondelle évidée en son milieu, soit intercaler un vieux segment (A) entre la rondelle et le piston. Il est important que la pression se fasse sur le pourtour du piston et non en son centre, sinon le piston se déformerait en prenant une forme de tonneau, ce qui accentuerait le blocage.

A l'aide du boulon vous pouvez exercer une pression constante sur le piston. ATTENTION ce n'est pas un extracteur au sens propre du terme, cet outil vous sert uniquement à mettre le piston sous pression pour accentuer le travail du dégrippant. Ne vous en servez pas pour extraire directement le piston !! Attendez que le dégrippant fasse son effet. Vous pourrez alors, et alors seulement, vous en servir pour pousser doucement le piston vers le bas.

1-98.jpg

C'est la méthode que j'avais expérimenté avec succès sur un moteur de Peugeot 201 (c'est une voiture !) qui était resté plusieurs années déculassée dans une casse. Avec deux appareils identiques placés sur les cylindres 1 et 3, nous avions réussi en 5 jours à extraire les pistons sans dommages. Eh oui ! il faut de la patience...... 

Comme méthode alternative, certains préconisent de visser une plaque sur le cylindre, plaque sur laquelle on fixe un graisseur. Ensuite on introduit de la graisse sous pression qui va repousser le piston. Cette solution fonctionne très bien dans le cas d'un piston collé par la calamine mais pas si il est bien oxydé. De plus on gaspille ainsi de la bonne graisse qui peut mieux servir à ce pour quoi elle est prévue.

CAS PARTICULIER : LES CYLINDRES BORGNES :

Dans ce cas, le cylindre ne pouvant pas être déculassé (et pour cause !), la seule solution reste la pompe à graisse ou l'air comprimé.

Dans un premier temps vous remplirez l'espace restant entre le sommet du piston et le fond du cylindre (correspondant à la culasse) avec du TRANSYL® ou du liquide de frein. Laissez ensuite agir plusieurs jours en surveillant le bas du cylindre.

Pendant ce temps vous ferez réaliser par un tourneur une pièce vous permettant de visser dans le filetage réservé normalement à la bougie, soit un graisseur, soit un raccord pour air comprimé.

Lorsque le liquide suinte abondamment entre la jupe du piston et la paroi du cylindre, vous n'aurez plus qu'à injecter soit de la graisse, soit de l'air comprimé, selon ce dont vous disposez. Si vous choisissez la graisse, préférez une graisse fluide.

Dans le cas de l'air comprimé, si vous avez pris la précaution d'équiper votre raccord d'une valve, vous pourrez laisser mettre l'ensemble piston/cylindre sous pression et augmenter graduellement celle-ci jusqu'au décollage final. ATTENTION ! avec l'air comprimé le déblocage pourrait se faire brutalement en raison de l'élasticité de l'air.

UNE SOLUTION INTERESSANTE :

Si vous en avez l'occasion, vous pouvez aussi vous procurer une pompe à tarer les injecteurs diesel. Avec la généralisation des injecteurs électroniques, ce type de pompe est de moins en moins employée et vous pouvez en trouver d'occasion pour un prix abordable (sur Ebay par exemple). L'avantage de ces pompes est de pouvoir générer des pressions élevées (jusqu'à 400 bars et plus !) avec du gas-oil. Dans le cas où vous disposeriez d'une telle pompe, là encore raccordez-la à la culasse avec une pièce adaptée puis, comme pour l'air comprimé, augmenter progressivement la pression pour débloquer votre piston. ATTENTION ! sous certaines conditions (matériaux affaiblis ou cassants) la pression générée pouvant être très élevée, ceci pourrait provoquer l'éclatement du cylindre ou du piston si le dégrippant n'a pas fait son effet !

2-97.jpg

NOTE IMPORTANTE : si par hasard vous deviez utiliser une telle pompe pour essayer de vérifier des injecteurs (ceux de votre Pijot 403 par exemple), ne mettez jamais les doigts ou la main sous la sortie de l'injecteur. Si celui-ci se déclenche, la pression vous injecterait le gas-oil sous la peau et l'empoisonnement serait immédiat et mortel !!! C'est d'ailleurs ce principe qui est utilisé pour les pistolets de vaccination qui permettent ainsi de vacciner plusieurs personnes à la suite sans avoir à changer d'aiguille, ce qui supprime les risques de contamination. Vous aurez au moins appris quelque chose aujourd'hui.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×