Les motos Triumph : 1936 - 1945

En 1936, Edward Turner, l’un des ingénieurs d’Ariel, est nommé par Sangster ingénieur en chef et directeur de Triumph.

11-35.jpg

Edward Turner 

2-77.jpg

COVENTRY EN 1936 

plaque2.jpg

E. TURNER était un homme à poigne, dur et exigeant mais doués d’un certain sens pour deviner ce que le public attendait. Il commença par dépoussiérer la gamme existante des monos en leur ajoutant une version sportive, les T70, T80 et T90 des anciennes 250, 350 et 500 culbutées, il leur ajouta des carters polis, des réservoirs chromés et une peinture argent et des échappements relevés. Il dut se contenter des cadres existant a cause du budget qui ne permettait pas l’étude de nouveaux châssis; Il améliorât cependant le moteur existant en mettant la commande des soupapes totalement sous carter et dessina une nouvelle boîte à quatre vitesses avec sélecteur au pied.

Pour la construction des motos Triumph, c’est le début d’une nouvelle ère hors du commun, avec la naissance de concepts qui resteront la référence durant des décennies.

1937 T80

4-62.jpg1937 T90

Il jeta aux oubliettes le projet de PAGE de la 6/1 et dessina un 500 Bicylindre culbuté complètement nouveau presque aussi étroit qu’un mono qu’il plaça dans un cadre de T90 et qu’il baptisa SPEED TWIN.Ce modèle fit sensation au salon de LONDRES 1937 et allait devenir l’archétype du twin anglais pendant presque 50 ans et copié ou imité par tout ses concurrents.

5-57.jpg1937 5T 01

6-49.jpg1937 5T 02

Le premier speed twin de TURNER en 1937

2-78.jpgEn 1937, Triumph fait sensation avec la Speed Twin, conçue par Edward Turner. Il s’agit d’un bicylindre culbuté, très bien né, qui attire les regards de tous les autres constructeurs.

BSA, avec Val Page aux commandes du bureau d’étude est en mesure de rapidement présenter une réponse à ce type de motorisation.

Il est généralement admis que les grandes lignes des premiers twins parallèles de BSA sont à attribuer à Val Page alors que leur mise en point est l’œuvre de Herbert Perkins. En se promenant dans les ateliers BSA en été 1937, le visiteur aurait pu y entrevoir 2 bicylindres verticaux en développement. Le premier était un 350cc twin carré (alésage et course sensiblement similaires) et culbuté. Le deuxième était un 500cc à arbre à came en tête capable sur le papier d’un 100mph. Ce moteur aurait pu donner la réplique au T100 de Triumph. Il était prévu de le présenter au public lors un Earl Court Show en automne 1939.

4-63.jpg5-58.jpg6-50.jpg7-48.jpg8-44.jpg9-42.jpg10-40.jpgLe bicylindre vertical Triumph dans toute sa simplicité 

-3.jpg

La speed twin de 1938 5T

Logiquement en 1939 un modèle sportif fait son apparition dénommée TIGER 100, le premier prototype de la T100 était sorti avec des gardes boue noir à bandes argent, mais TURNER mécontent du résultat la sortit avec des gardes boue argent a bandes noires.

2-79.jpg3-77.jpg4-64.jpg5-59.jpgLe prototype de la T100

7-49.jpgTriumph Speed Twin modèle 1938

C’est le cas notamment de la Speed Twin, présentée en 1937. Son moteur à 4 temps et 2 cylindres en ligne constituera la base technique de nombreux modèles suivants. A ce moment-là, aucun autre constructeur anglais de motos ne propose de modèle à 2 cylindres, si bien que la production de Triumph peine à satisfaire la demande.

8-45.jpgTriumph Tiger 100 modèle 1939

L’année suivante, c’est la Tiger 100 qui prend le relais, s’inspirant de la Speed Twin mais disposant de plus de puissance. Comme à l’accoutumée, le nom du modèle est constitué par le type de machine suivi d’un numéro correspondant à la vitesse maximale (en miles à l’heure).
Hélas la carrière de la Tiger 100 sera brutalement interrompue car il faut construire des motos pour les forces armées lors de la Seconde Guerre Mondiale. De plus, dans la nuit du 14 novembre 1940, l’usine Triumph de Coventry est rasée par les bombes allemandes.

9-43.jpgL’usine Triumph de Coventry détruite par les bombardements allemands…

10-41.jpg… remplacée par l’usine Triumph de Meriden

La production continue tant bien que mal à Warwick avant que ne commence, à l’été 1941, la construction à Meriden, dans la banlieue de Coventry, d’une nouvelle usine qui sera terminée en 1942.

Jusqu’à la fin de la guerre, Triumph fournit à l’armée britannique quelques 50.000 motos.

A la fin de la guerre en 1945, Triumph présente sa nouvelle gamme, elle comprend la 3H monocylindre de 350 cm3 et les bicylindres Speed Twin, Tiger 100 et 3T.

11-37.jpgUne TR3 3H de compétition, à la fin des années 1940

12-35.jpgUn T100 de 1939

13-32.jpg14-29.jpg15-27.jpgTout allait  pour le mieux, la TRIUMPH ENGINERING COMPANY retrouve la santé, elle a des projets d’agrandissement lorsque la guerre éclate, le War Departement passe commande à TRIUMPH de quantité de monocylindres 3 SW et 3 HW basé sur la T80 en même temps que d’autres motos à la concurrence NORTON MATCHLESS et BSA.

16-26.jpg17-24.jpgPhoto affiche 1939

18-24.jpg1940 3HW

19-20.jpg1942 3HW

20.png944 3HW

Ed TURNER avait mis à l’étude pour l’armée un bicylindre culbuté de 350 cm³ avec boite formant bloc avec le moteur et nouveauté pour l’époque un alternateur. TRIUMPH s’apprêtait à sortir ce 3TW lorsque le 14 novembre 1940, la Luftwaffe bombardât la ville de COVENTRY détruisant la cathédrale, le centre ville et les usines TRIUMPH.

Tout les bâtiments sont en ruines, les motos en production endommagées, l’outillage abîmé mais aucun des ouvriers n’est tués ou gravement blessés; par contre tout ce qui concerne la TW est détruit. Toutes les machines récupérables et les plans furent transférés a quelques kilomètres de là a WARWICK dans une ancienne chapelle blindée de plaque de fer rebaptisé par les ouvriers « TIN TABERNACLE » .

21-19.jpgLa production put reprendre avec des 3HW et des générateurs portables pour la RAF. Plus de 40 000 motos furent fabriquées jusqu'à la fin de la guerre; pendant ce temps, TURNER repartit chez BSA et une nouvelle usine ultra moderne fut construite  dans la banlieue de COVENTRY a MERIDEN. Paradoxalement, la destruction de l’usine de COVENTRY allait fournir à TRIUMPH un avantage décisif sur ses concurrents à la fin de la guerre, eux restaient dans des vieilles usines... 

22-21.jpg23-18.jpgDes auxiliaires féminines à l’instruction

24-16.jpgLe générateur de la RAF

Et en 1945, Triumph était prêt à ressortir des motos dans une usine aux équipements ultra moderne alors qu'Ed TURNER revenait prendre les commandes de la firme.

25-16.jpg26-14.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×