Les motos Triumph : la naissance

Les débuts, la grande guerre

Tout commence en 1883 lorsqu'un jeune allemand Siegfried Bettmann émigre en Angleterre pour y chercher fortune. Après avoir travaillé chez des éditeurs de cartes a Londres le jeune Siegfried qui avait fait des études de langues et parlait couramment l’anglais et le français s’établit à son compte en 1885. Il achète des vélos anglais pour les revendre sous sa propre marque en Allemagne. Ces bicyclettes étaient construites à Birmingham par William Andrews et étaient revendues sous la marque Bettmann and Co.

L’origine de ce qui allait devenir l’un des plus prestigieux noms de marque de motos vient donc du dix-neuvième siècle lorsque l’homme d’affaires Allemand Siegfried Bettmann est parti de Nuremberg pour venir s’installer en Angleterre. Impliqué au départ dans la vente de machines à coudre, Bettmann a été impressionné par l’engouement pour les bicyclettes qui balayait l’Angleterre victorienne et a décidé de créer sa propre entreprise.

Au départ, Bettmann prenait les vélos chez William Andrews basé à Birmingham, et les vendait sous le nom de Triumph (il a choisi le nom de Triumph qui serait compris dans toutes les langues européennes). En 1887, deux ans après avoir lancé son entreprise, Bettmann a été rejoint par l’ingénieur Mauritz Schulte, venu également de Nuremberg. Ensemble ils ont décidé de leur action future en construisant leurs propres engins et Schulte a trouvé par la suite des locaux adaptés à Coventry, où la production a démarré en 1889. Comme la fin du siècle approchait et que les moteurs à combustion interne commençaient à avoir un impact, la production de motocyclette s’annonçait comme la prochaine étape pour l’entreprise Triumph Cycle.

2-72.jpg

3-70.jpg

Siegfried Bettmann

4-57.jpg

Maurice Schulte

Située à Coventry, l'usine Triumph sort sa première moto en 1902. Mue par un moteur Belge MINERVA de 2 cv qui était simplement une grosse bicyclette avec un moteur accroché sous le tube avant et entrainant directement la roue arrière a l’aide d’une courroie. En 1903 également, une filiale Allemande fut créé : la ORIAL‑TWN (Triumph-Werke Nürnberg AG) qui deviendra une marque indépendante en 1920. En 1904 le modèle était propulsé par un moteur Belge FAFNIR de 3 cv : en 1905 la première moto avec un moteur TRIUMPH voit le jour; c'est un moteur de 3 cv de conception assez simple. Cette machine fut enrichie l'année suivante par la célèbre fourche avant pivotante articulée au bas de la tête de fourche et agissant contre un ressort en haut. Pas forcément efficace et surtout dangereuse en cas de casse du ressort, cette suspension avant fut tout de même utilisée jusqu'au début des années 1920. Triumph se contenta ensuite d'améliorer sans cesse ce modèle de base : meilleurs matériaux, optimisation des procédés de fabrication, réduction de l'usure, augmentation du rendement...
La première Triumph atteignit ainsi 3,5 chevaux, mais le modèle de 1914 était dépassé et ressemblait trop à celui de 1905.

La marque était néanmoins bien établie en 1914, ce qui lui permit de survivre à la 1ère guerre mondiale en fournissant 30 000 modèles H à l'armée anglaise.

En 1908  une TRIUMPH pilotée par JACK MARSHALL remporta le TT 1908 en établissant le record du tour a 68 km/h.

5-52.jpg

6-44.jpg

La première Triumph de 1902 à moteur MINERVA 2 Hewlett-Packard

7-43.jpg

Un modèle de 1903

8-40.jpg

En 1904, moteur belge Fafnir de 3 chevaux monté verticalement

9-38.jpg

Modèle 1906 - Moteur Triumph - Fourche avant pivotante

10-36.jpg

La première Triumph - Dérivée d'une bicyclette, avec le moteur belge Minerva de 2 chevaux

11-34.jpg

1908 - Moteur Triumph 476 cc

12-32.jpg

Un modèle de 1910

13-30.jpg

Un modèle de 1912

14-28.jpg

Un modèle de 1913

15-26.jpg

Un modèle de 1913

Cette victoire apporta de nombreuses commandes à TRIUMPH et Bettmann naturalisé sujet Britannique devint maire de Coventry de 1913 à 1914. Shulte développa un modèle deux temps de 225 cm³ : la Triumph Baby et à l’approche de la guerre, Triumph reçu une commande de 30.000 motos de la part du war départment, ce qui donna lieu en 1915 au fameux modèle H; une moto de 550 cm3 4 HP transmission par chaine avec une boite de vitesse à 3 rapports a deux arbres; embrayage et courroie finale.

16-25.jpg

17-23.jpg

18-23.jpg

19-19.jpg

Le modèle BABY de 1914

20-20.jpg

La type H 550 cm³ de 1915

21-18.jpg

22-20.jpg

Triumph type H

23-17.jpg

24-15.jpg

25-15.jpg

26-13.jpg

27-13.jpg

28-13.jpg

29-12.jpg

30-12.jpg

31-12.jpg

32-13.jpg

33-10.jpg

34-10.jpg

35-11.jpg

36-11.jpg

37-11.jpg

38-10.jpg

39-8.jpg

Plus de 30.000 type H servirent durant la grande guerre

40-7.jpg

En 1919 Maurice Shulte quitta TRIUMPH et un jeune ingénieur RICARDO s’occupa de l’étude des nouveaux modèles : la SD à deux chaines de 550 cm³ sortie en 1920 avec la type H et la Baby toujours en production.

41-8.jpg

Les essayeurs de chez Triumph en 1919 avec des type H et des Baby

42-8.jpg

Une Triumph SD de 550 cm³

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×