Maintenir sa moto en bonne forme

Entretenir soi-même sa moto ? Que ce soit juste pour la préparer avant de l’emmener chez le concessionnaire pour la révision de printemps ou pour une « self-maintenance » régulière, voici un rappel et un petit mode d’emploi des contrôles, vérifications et réglages à réaliser soi-même (en tout ou partie).

Vous aimez votre moto ? Si vous avez pris la peine de passer le permis A et de débourser une somme non négligeable pour vous en offrir une et devenir motard (ou biker), on peut supposer que oui.

10-49.jpg

Vous appréciez donc qu’elle soit fidèle, fiable et vous évite les petits soucis, les pannes ? Une chose est de la nettoyer et de la faire briller, mais votre machine subit comme vous la pluie et l’humidité. Parfois, alors que vous dormez bien au chaud et au sec, elle couche dehors, sous les intempéries, subit les outrages de la corrosion. Comme vous, elle vieillit et s’use, en général bien plus vite que vos articulations.

Alors pourquoi si peu de motards effectuent-ils eux-mêmes l’entretien préventif de leur moto ?

L’entretien régulier d’une moto, avec la vérification de ses principaux organes, constitue la première ligne de défense contre les dommages causés par le temps et l’utilisation.

Le simple nettoyage des parties visibles de la moto en fait partie, mais j’ai tenu à séparer les deux aspects. La plupart des motards se soucient de nettoyer leur bécane, voire d’effectuer un suivi de base (pneus, plaquettes, ampoules), mais trop peu franchissent le pas vers la « self mécanique » qui sera traitée ici.

Les mécanos des garages moto voient arriver en révision des motos en sale état, voire endommagées, tout simplement parce que les vérifications et entretiens élémentaires ont été négligés. Une bonne partie de l’entretien courant, contrôles et éventuels appoints ou réglages, peut pourtant être effectuée sans souci et sans outil par un débutant en mécanique.

Avant chaque opération ou démontage effectué pour la première fois, il faut toutefois se renseigner sur les outils et/ou les pièces de rechange nécessaires.

En toute logique, une moto ancienne et/ou en mauvais état posera plus de problèmes à un mécanicien débutant. Adaptez vos interventions à votre niveau en mécanique, sollicitez de l’aide au besoin et formez-vous le plus possible avant de vous lancer. A l’inverse, si vous avez dans l’idée de réaliser votre maintenance vous-même, choisissez votre moto en fonction de vos connaissances en la matière.

Si vous craignez de « faire une boulette » et hésitez à vous lancer sans filet dans un démontage en règle de votre bécane toute neuve, deux sécurités pour vous rassurer.

D’une part, le regard d’un motard expérimenté ou d’un mécanicien plus ou moins confirmé qui vous apportera les conseils nécessaires, au moins pour la première fois (attention toutefois au copain qui se dit compétent, il y a une nuance entre effectuer une opération de mécanique et la faire correctement, sans oublier qu’une manip peut se faire de manière différente entre deux motos).

D’autre part, la lecture du manuel du propriétaire et/ou de la Revue moto technique (RMT, à commander aux éditions ETAI) qui vous indiqueront la manière de procéder en fonction de votre modèle précis de moto.

A défaut, vous pourrez vous procurer un manuel technique, des ouvrages de mécanique, des RMT chez des libraires spécialisés, en ligne ou non.

Je signale entre autres le site Moto Fiches, qui présente, sous forme de microfiches, les manuels de très nombreuses motos.

Si vous souhaitez apprendre la mécanique en ligne, il existe quelques sites spécialisés, plus ou moins bien faits :

  • le site Mecamotors ;
  • le site Mecamotos, pour la théorie de la mécanique moto ;
  • la section Mécanique du site d’Eric Cabrol;
  • le site Banc Moteur, qui donne les grands principes de mécanique générale.

Lorsque vous aurez acquis une certaine expérience en matière d’entretien, vous pourrez établir votre propre séquence de contrôle de votre moto, plus ou moins détaillée selon les conditions d’utilisation et selon votre région.

Par exemple, si vous pratiquez couramment le tout-chemin ou si le milieu est particulièrement poussiéreux, vous devrez nettoyer remplacer plus fréquemment le filtre à air qu’il n’est préconisé dans le cadre d’un entretien normal.

L’intérêt d’un entretien régulier réside dans le fait qu’il élimine quantité de petits problèmes, peu onéreux et faciles à résoudre avant qu’ils ne se transforment en pannes coûteuses et susceptibles d’immobiliser la moto pendant de longues périodes.

En inspectant votre moto régulièrement, vous aurez la possibilité de détecter les nids à problèmes et de prévoir les interventions importantes qui risquent de s’imposer dans un futur immédiat. Ceci vous permettra de planifier les travaux en commandant si nécessaire les pièces à l’avance et en effectuant l’intervention à un moment où l’immobilisation de la moto vous gênera le moins.

Je donne ici un aperçu des opérations usuelles, prévues pour être effectuées sans démontage complexe et sans outils spéciaux, accessibles à un « self mécanicien » débutant.

Elles sont présentés par ordre d’importance et de difficulté, avec pour la plupart d’entre elles trois volets: le contrôle, l’appoint (renouvellement partiel), la vidange (ou le remplacement).

11-44.jpg

Protection préventive

La base de l’entretien préventif, c’est la protection des parties fragiles de votre moto.

Mais si vous roulez toute l’année, prenez-en tout autant (voire plus encore) soin.

Une ou deux fois par an, après un bon nettoyage, moteur arrêté et froid, enlevez la selle et si possible le réservoir pour accéder aux parties habituellement cachées et pulvérisez un produit protecteur (WD40, Multiprotect de Motul ou Protector 3 d’Ipone) sur toutes les parties métalliques et électriques de la moto: les faisceaux, les connecteurs, les bobines d’allumage, les filetages, la visserie des échappements, les articulations (pédales, sélecteur, repose-pieds)…

Ces produits de protection déposent une pellicule isolante, hydrofuge et dégrippante.

Certaines jantes et échappements s’oxydent facilement à cause du sel présent sur les routes en hiver. Appliquer du WD40, de la graisse ou de l’huile à l’aide d’un chiffon pour les protéger.

Attention, sur la jante, mais pas sur les disques de freins !

Pour protéger les vis de fixation des disques de frein, souvent corrodées par le sel, appliquer dès que possible du vernis à ongles et renouveler l’application chaque mois, cela préviendra la rouille.

Faute de protection, les métaux ferreux rouillent, même à travers le chrome, et les alliages légers se piquent de traces blanches (couleur de l’alumine, l’oxyde d’aluminium). Il faut protéger l’habillage de ces alliages en appliquant du polish ou du dépoussiérant Fée du Logis, ou en vaporisant un produit de protection au silicone.

12-41.jpg

Niveau d’huile moteur

A vérifier très régulièrement, surtout si le moteur de votre moto n’est pas refroidi par liquide, mais par air (ou air et huile), car ce type de moteur (notamment les flat-twins) a tendance à consommer de l’huile entre deux révisions. Un flat-twin est un moteur à combustion interne dans lequel les deux pistons se déplacent dans un même plan, généralement horizontal. Les cylindres, au nombre de deux, sont disposés de part et d'autre du vilebrequin.

Dans l’idéal, vérifiez le niveau tous les 1.000 km ou chaque semaine. N’oubliez pas d’attendre un certain temps après avoir coupé le contact pour vérifier le niveau en laissant à l’huile le temps de redescendre dans le carter.

17-30.jpg

Sur un moteur deux-temps (2T), l’huile se trouve dans un réservoir séparé. Sur un moteur quatre-temps (4T), l’huile moteur est contenue dans le carter dédié ou dans un réservoir annexe.

La vérification du niveau d’huile se fait par regard (hublot) ou par jauge (tige). Dans le cas d’une jauge à plongeur, les instructions du manuel d’entretien de votre moto vous diront si la lecture du niveau se fait avec le bouchon de jauge complètement revissé ou simplement posé sur son orifice.

Une fois le bouchon de réservoir ou de carter dévissé, l’appoint ne nécessite aucun outil, juste un bidon contenant une quantité suffisante d’une huile moteur adaptée.

Un entonnoir est parfois utile pour atteindre l’orifice de remplissage ou ne pas mettre d’huile à côté. Un petit entonnoir en plastique ou un cornet en papier journal suffit.

Si vous possédez une moto BMW à moteur Boxer (bicylindre à plat), lisez l’article "La mesure du niveau d’huile sur un moteur BMW Boxer".

Si vous constatez par le regard ou sur le plongeur que l’huile a plutôt une couleur blanchâtre, c’est qu’elle est pleine d’humidité due à la condensation qui se produit à l’intérieur du carter. On dit que l’huile est émulsionnée. C’est un problème fréquent sur les motos utilisées sur de très courts trajets. L’huile émulsionnée perd une grande partie de son pouvoir lubrifiant, entraîne des risques de corrosion interne et doit être vidangée et remplacée par de l’huile fraîche. Le filtre à huile doit être également changé à cette occasion.

Pour la vidange d’huile moteur, deux éléments sont à changer : le liquide et le filtre à huile.

Pour faire votre vidange vous même, suivez ce site : http://bmist.forumpro.fr/t48721-r1150gs-madman-vidange

Le filtre à huile peut se présenter sous forme de cartouche extérieure (qui se dévisse avec une clé spéciale, mais se resserre souvent à la main) ou sous la forme (la plus répandue) d’un filtre qui demande le démontage du carter. Après avoir enlevé l’ancien, il faut mettre le filtre neuf en ayant vérifié qu’il est dans le bon sens (parfois accompagné, d’un ressort et/ou d’une rondelle).

L’huile quant à elle va évidemment dans le carter, situé dans la majorité des cas dans le moteur lui-même. Mais sur certains modèles à carter sec, le réservoir d’huile est séparé, avec une vis de purge. La procédure est alors plus spéciale, renseignez-vous bien avant sous peine de risquer la casse moteur.

Dans le cas d’un moteur deux-temps, la plupart ont aujourd’hui un système séparé d’injection d’huile de graissage remplaçant l’ancien procédé qui consistait à mélanger de l’huile à l’essence. Normalement, le réservoir d’huile est équipé d’un indicateur de niveau allumant un voyant lorsqu’il faut refaire le plein de lubrifiant. Cependant, il n’est pas superflu, une fois par semaine, de regarder le réservoir, ne serait-ce que dans le cas où le système électrique de contrôle serait en panne.

Si le niveau du réservoir d’huile d’un deux-temps graissé par pompe descend trop bas, les canalisations avaleront des bulles d’air jusqu’à ce que le moteur ne soit plus assez graissé avec tous les risques de casse que cela implique. La vérification du niveau d’huile doit s’accompagner d’un repérage des fuites sur l’ensemble du moteur.

13-38.jpg

Autres niveaux de fluides

Huile de boîte – Même s’il ne varie pas (ou peu, à moins d’une fuite), il ne faut pas négliger de contrôler de temps en temps le niveau de l’huile de boîte (de vitesses). Il s’agit généralement d’une vis ou d’un bouchon à ôter pour vérifier que l’huile affleure au niveau de l’orifice.

Un éventuel appoint se fera par ce même orifice, parfois par un autre (vérifier sur le manuel du conducteur et ne pas dévisser une grosse vis du moteur au petit bonheur la chance), souvent étroit. La difficulté consiste alors à trouver un tuyau à la fois assez mince pour entrer dans l’orifice et qui s’adapte à la sortie de l’entonnoir pour ne pas mettre de l’huile partout.

Liquide de refroidissement - Autre niveau de fluide qui varie normalement peu (à moins d’un trou dans le circuit de refroidissement), le liquide de refroidissement (pour le cas où le moteur de votre machine ne soit pas à refroidissement par air, eau ou huile) qui sert à refroidir le moteur en dispersant sa chaleur via le radiateur, mais aussi à nettoyer le circuit de refroidissement, à prévenir sa corrosion et à lubrifier la pompe à eau.

Même s’il n’est pas censé baisser, cela ne dispense pas de le vérifier de temps à autre, car ce fluide perd ses qualités au fil du temps et résiste de moins en moins au froid. Si votre moto couche dehors par des -10°C / -15°C, le liquide de refroidissement peut geler, ce qui augmente son volume et peut fendre une culasse.

Pour vérifier le niveau, il suffit de regarder le repère sur le vase d’expansion. Parallèlement, examinez les durites du circuit de refroidissement pour y détecter toute fuite ou signe de fatigue.

En cas d’appoint nécessaire, veillez à ouvrir le bocal du radiateur seulement quand le moteur est froid, sous peine de vous ébouillanter.

La plupart des systèmes de refroidissement fonctionnent avec un mélange d’eau et d’antigel à base d’éthylèneglycol (le plus souvent dans une proportion de 50 %). Il faut compléter le niveau avec du mélange correct et non pas à l’eau pure. L’antigel peut être acheté séparément et mélangé à l’eau dans les proportions recommandées.

La vidange s’effectue au moins tous les trois ans, en enlevant le bouchon de vidange qui se trouve généralement en bas du moteur sur le corps de la pompe à eau, puis en remplissant par le bouchon du radiateur.

Liquide de freins – Le niveau de « lockheed » baisse avec l’usure de plaquettes. Normalement, le bocal en contient assez pour toute la durée de vie des plaquettes et n’a pas besoin d’être rempli. Un niveau très bas indique alors soit des plaquettes en toute fin de vie, soit… une fuite.
Le niveau du liquide hydraulique des freins doit être vérifié au moins une fois par semaine et complété s’il y a lieu.

Si, lors de cette vérification, vous vous apercevez que le liquide hydraulique est détérioré, videz le circuit et remplacez-le. Si, en actionnant les freins, vous trouvez la commande spongieuse, c’est que le circuit nécessite une purge.

Toutes les durites (canalisations souples) du circuit de freins ne doivent présenter ni craquelures, ni fentes, ni fuite, ni traces d’usure par frottement, ni gonflements. Tout signe de détérioration signifie que la durite doit être remplacée sans délai.

Ne reportez jamais cette opération : les défaillances de frein sont potentiellement trop dangereuses pour être ignorées.

Au passage, examinez aussi les raccords pour toute trace de fuite.

Parallèlement, les câbles de commande des freins seront examinés : ils doivent être correctement graissés et ne présenter aucun signe de détérioration.

L’usure des plaquettes doit aussi être contrôlée selon la procédure indiquée dans le manuel d’entretien propre à votre moto. En même temps, vérifiez que les pistons logés dans les étriers ne causent aucune fuite.

La vidange du circuit de freinage et le remplacement du liquide, en cas de fuite ou à faire de façon régulière tous les deux ans, sont des opérations délicates, pas vraiment à la portée du débutant, surtout seul. Il vaut mieux être deux, dont un mécano confirmé. Deux dangers guettent le néophyte téméraire. D’abord le liquide de frein lui-même, très corrosif, attaque les plastiques et la peinture, mais aussi la peau et les yeux. Il faut absolument éviter toute projection. Ensuite, si on ne respecte pas scrupuleusement la procédure, le risque est grand de laisser pénétrer une bulle d’air dans le circuit, qui va grandement dégrader la qualité du freinage.

Si vous n’êtes pas sûr de vous à 100%, mieux vaut laisser faire un professionnel.

14-36.jpg

Pression et état des pneus

L’état des pneus est un des éléments-clés de la sécurité. A vérifier tout aussi régulièrement, tous les 1.000 km ou toutes les deux semaines. 

18-29.jpg

Vous trouverez dans le manuel d’entretien qui accompagne la moto l’indication de la pression recommandée pour les pneus. Deux mesures sont généralement données : l’une pour le pilotage en solo, l’autre pour le pilotage à haute vitesse ou à deux personnes (pression supérieure). Le Code de la route impose d’ailleurs de rouler à la pression correcte.

La pression d’air dans les pneus influence à la fois la tenue de route, l’efficacité du freinage et la longévité des pneumatiques. A plus de 300 euros le train de gommes à renouveler tous les 5.000, 10.000 ou 15.000 km, une différence de seulement 10% de leur durée de vie n’est pas à négliger…

Les pressions de gonflage données dans le manuel, sauf mention contraire, s’appliquent à des pneus froids. La pression s’élève en effet (de 0,3 bar environ) lorsque l’air s’échauffe dans le pneu. Contrôlez donc les pressions au départ ou tenez compte de cette différence.

Il suffit d’avoir un manomètre précis pour mesurer la pression et d’une pompe à main, électrique ou un compresseur pour ajouter le cas échéant de l’air comprimé.

La précision du manomètre est essentielle, le modèle Vigilant de Schrader sous licence Michelin, analogique ou numérique, est jugé comme le plus pratique et fiable avec une marge d’erreur maximale de 0,1 bar.

Outre la pression, vous devez inspecter la bande de roulement et les flancs qui doivent être exempts de coupures. Les cailloux coincés dans les sculptures doivent être retirés avec un instrument non coupant, sinon ils peuvent entamer le pneu. Si vous découvrez que des cailloux ont pénétré jusqu’à la carcasse, changez le pneu avant le prochain trajet.

Vous devez vérifier aussi que la profondeur des sculptures n’est pas inférieure au minimum légal (1 mm).

Lorsque le profil commence à s’aplatir, la stabilité en ligne droite devient problématique à grande vitesse. Ce phénomène peut être d’autant plus surprenant et dangereux que cet aplatissement se produit alors que la bande de roulement semble encore en excellent état.

Les pneus montés sur les motos tout-terrain réclament une attention toute particulière. Pour augmenter au maximum l’adhérence sur des sols mous, ces pneus sont conçus pour travailler à des pressions inférieures à celles des pneus ordinaires faits pour la route. De ce fait, ils tendent à glisser sur la jante. Souvent, les roues des machines tout-terrain sont munies de boulons de sécurité qui immobilisent les talons du pneu par rapport à la jante mais, malgré la présence de ces boulons, il se peut que les pneus glissent. Normalement, la valve doit être perpendiculaire à la jante. Si elle semble inclinée d’un côté ou de l’autre, c’est que le pneu a glissé sur la jante. Si ce défaut n’est pas corrigé, la valve risque par la suite d’être arrachée de la chambre à air.
Pour remédier au problème, il faut dégonfler le pneu, desserrer les boulons de sécurité et faire tourner le pneu sur la jante, en s’aidant de démonte-pneus avec précaution, jusqu’à ce que la valve soit de nouveau perpendiculaire à la jante. Resserrez ensuite les boulons de sécurité et gonflez le pneu.

Si le pneu n’a pas tourné, vérifiez la pression et le serrage des boulons de sécurité.

Vérifiez les pneus d’une moto tout-terrain après chaque utilisation.

Pour le remplacement, évitez de changer vos pneus vous-même. Non seulement c’est dur à monter sans l’outillage adéquat, mais les jantes peuvent facilement être abîmées par une fausse manœuvre, un outil qui grippe ou saute. De plus, je doute que vous ayez une équilibreuse dans votre garage personnel…

Tension de la chaîne

Une opération fondamentale (sur les motos à transmission par chaîne, du moins), car une chaîne bien tendue garantit souplesse de conduite et longévité du kit chaîne. Là aussi, étant donné la valeur des pièces, une prolongation ne serait-ce que de 10% finit par rapporter gros au bout de quelques années…

19-1.gif

Le contrôle-réglage de la tension de chaîne, ainsi que son graissage, sont à vérifier tous les 1.000 à 2.000 km. Plutôt tous les 1.000 bornes sur une 125cc (ou moins), voire tous les 500 km en cas d’usage intensif (cross, compétition, piste de vitesse, stunt). De même, graisser la chaîne tous les 1.000 km de préférence, mais tous les 500 km en cas de pluie. Si vous roulez dans un terrain difficile (boue, sable, poussière), n’oubliez pas de la nettoyer avant de la graisser.

L’idée générale est de tendre la chaîne en lui laissant environ 3 cm de mou (la flèche) avec la roue arrière en appui sur le sol. Le danger principal est de trop tendre la chaîne, ce qui provoque son usure rapide et une possible rupture, voire à terme une casse de la boîte de vitesses.

L’opération de contrôle et tension de chaîne est à la fois très simple sur le principe et pleine de détails qui comptent plus ou moins.

Filtre à air

En général, vous n’y touchez pas, il est changé à chaque révision ou toutes les deux révisions.

Mais sur les motos d’enduro, ou si vous roulez en environnement hostile riche en poussières (dans le sable ou dans Paris intra-muros, par exemple), il pourra se révéler bénéfique de jeter fréquemment (au moins tous les 5.000 km) un coup d’oeil sur le filtre à air de votre machine pour le nettoyer (sans forcément le changer) et décrasser la boîte à air.

Cette dernière est située à des endroits très différents selon les motos. Ouvrir la boîte à air, retirer le filtre et le tapoter (pas comme une brute !) sur une surface dure pour en faire tomber les impuretés. Prévoyez qu’un certain nombre de saletés vont en tomber, évitez de le secouer au-dessus du manteau en vison de Madame ou de votre assiette de soupe…

S’il semble vraiment sale, un petit coup de soufflette (compresseur d’air) ne sera pas de trop. Soufflez toujours de l’intérieur vers l’extérieur ! Et je vous déconseille de souffler dessus avec votre bouche, c’est le meilleur moyen de se prendre une grosse poussière dans l’œil.

Dans le cas d’un filtre à air en coton réutilisable (type K&N), il vous faut un nettoyant et de l’huile à filtre. Achetez le kit spécifique KN ou trouvez l’équivalent. Nettoyez au mieux le filtre en le tapotant, vaporisez le nettoyant, laissez agir 10 minutes, rincez à l’eau claire de l’intérieur vers l’extérieur et laissez sécher. Puis vaporisez l’huile jusqu’à imbiber l’intégralité du coton (en général, il passe de blanc/gris à rose), laissez sécher un peu, repassez un coup et remettez-le en place.

15-33.jpg

Usure des freins

Le principe est d’observer régulièrement (une fois par mois) l’usure des plaquettes de freins. Ce contrôle visuel s’avère relativement simple sur la plupart des freins à disque, pourvu qu’ils ne soient pas encastrés, enfermés dans un boîtier de protection ventilé comme sur certaines motos des années 1980.

Mais trouver un bon angle de vue sur les plaquettes nécessite parfois l’usage d’un miroir, de préférence au bout d’une tige. Un vieux rétroviseur, un miroir de dentiste ou un miroir de poche (à piquer dans le sac à main de votre copine) scotché au bout d’un petit bout de bois font l’affaire. Si vous pouvez trouver une petite lampe à diode pour un éclairage à la fois intense et très précis, c’est le bonheur.

Mais il n’y a pas que les plaquettes à surveiller.

Exposés aux projections de saletés et de sel, mal protégés, les étriers de frein (pistons de l’étrier, cylindres qui appuient sur les plaquettes, axes de coulissement sur les étriers flottants) sont souvent grippés après l’hiver.

Symptômes: décoller la roue du sol et la lancer à la main. Donner deux gros coups de frein et relancer la roue, elle doit tourner librement. Une légère friction est acceptable, mais tout le problème consiste à déceler le frottement plus important qui caractérise le grippage des axes ou des pistons. Cela veut dire qu’une fois le levier relâché, les freins ne sont pas libérés, les plaquettes continuent à lécher le disque en rotation, ce qui va au mieux les user inutilement, ralentir la moto, au pire faire chauffer l’ensemble du système de freinage (disques, plaquettes, liquide) et dégrader son efficacité.

Si vous percevez un frottement irrégulier, que les plaquettes lèchent le disque par endroits et pas à d’autres, c’est que le disque est voilé. Si ce frottement va jusqu’à arrêter la roue, le disque est trop voilé et doit être changé.

Remède: un bon nettoyage de l’étrier et des plaquettes à la soufflette

En cas de grippage persistant, à moins d’être compétent, ne vous aventurez pas à changer vous-même les pistons et leurs joints, laissez faire un mécanicien professionnel.

Réglage et lubrification des commandes

Les câbles des commandes (levier de freins, accélérateur, embrayage si celui-ci n’est pas hydraulique) doivent conserver un léger jeu. Un câble pas assez tendu compromet la réactivité de la commande et représente un danger potentiel pour votre sécurité, mais un câble trop tendu risque de casser et de provoquer une panne, voire un accident.

A vérifier donc et régler périodiquement, en fonction de l’intensité de votre utilisation. Tous les 10.000 km constitue un minimum pour une moto neuve ou récente.

Dans le cas de commandes hydrauliques (embrayage), vérifier le niveau des liquides à la même fréquence.

Vérifier et régler éventuellement l’ajustement des leviers, réglables par molette, en général sur quatre positions.

Ne négligez pas non plus la lubrification des commandes.

Quand on roule régulièrement, notamment par temps de pluie, l’humidité s’infiltre partout, entre les câbles et leur gaine, dans les axes d’articulation des leviers et des pédales. Il faut donc les lubrifier de temps en temps (au début et à la fin de la mauvaise saison, par exemple) pour empêcher l’oxydation.

L’axe d’articulation du levier d’embrayage peut ainsi s’user, prendre du jeu et provoquer des mauvais contacts électriques s’il est à commande hydraulique. Avec une commande par câble, c’est encore pire, il faut lui permettre de bien coulisser dans sa gaine car l’oxydation va finir par le faire casser. Et je ne souhaite à personne une casse du câble d’embrayage en rase campagne…

Le risque existe aussi pour les câbles d’accélérateur et de starter. Utiliser du WD40 ou un produit spécifique, comme le « Spray Cables » d’Ipone, à vaporiser à l’entrée de la gaine.

Charge et niveau de la batterie

Les courts trajets journaliers ne laissent souvent pas assez de temps à la batterie pour se recharge par l’alternateur. Elle se décharge donc peu à peu, surtout en hiver où le froid ralentit la réaction chimique. Si elle commence à peiner pour lancer le démarreur, la charge est trop faible, la panne guette.

Si votre moto s’avère un peu ancienne (avant les années 2000) et n’utilise pas une batterie à gel ou une batterie classique dite « sans entretien », contrôler le niveau des fluides permet d’allonger sa durée de vie et d’éviter une panne électrique.

Le contrôle de la charge s’effectue avec un voltmètre (ou un multimètre), outil de base de l’électricien qui vaut aux alentours de 15 euros.

En cas de faiblesse de la charge, utiliser un chargeur spécifique moto. Certains chargeurs, dits « intelligents » car électroniques, permettent d’assurer un entretien continu, contrôlant la charge et adaptant l’intensité de la recharge en fonction de l’état de la batterie. Un instrument précieux si vous ne roulez pas souvent ou seulement pour de courts trajets (il faut environ 50 km pour qu’une batterie commence à se recharger efficacement).

Pour faire l’appoint d’eau distillée sur une batterie classique avec entretien (les batteries toutes noires, marquées « MF » sont dites sans entretien et ne nécessitent pas d’appoint), vous pouvez utiliser une pipette de chimiste. Attention à ne pas renverser l’électrolyte de la batterie ou la laisser branchée trop longtemps avec une charge excessive.

Mais si vous possédez une moto avec batterie classique, vous êtes censé maîtriser assez son entretien pour ne pas avoir besoin de mes conseils.

Si vous constatez que les bornes de votre batterie sont « sulfatées », oxydées avec des dépôts blanchâtres, brossez-les avec une brosse métallique, ainsi que les cosses des fils qui s’y branchent, puis pulvérisez un peu de WD40 ou de Contact Cleaner de Shell. Efficace ausi sur les connecteurs exposés.

Contrôle des suspensions

Par rapport au travail fourni, les éléments de suspension ne réclament que relativement peu de soins sur le plan de l’entretien.

Deux points sont toutefois à considérer sur les fourches.

En premier lieu, examinez au moins une fois par semaine le sommet des fourreaux de fourche. Une fuite d’huile indique que les joints d’étanchéité sont usés ou endommagés et qu’il faut les remplacer.

En second lieu, surveillez régulièrement l’état de surface des plongeurs. Si vous laissez croître la corrosion, les points de rouille abîmeront les joints d’étanchéité et causeront des fuites d’huile. Vous devez vérifier aussi que les plongeurs ne sont pas piqués ou rayés, ce qui entraînerait les mêmes effets. Au moment du nettoyage, toute trace de sable ou de terre doit être éliminée des plongeurs afin d’éviter d’endommager les joints et de prévenir les fuites d’huile.

A l’arrière, la vérification peut se borner à détecter les fuites d’huile aux amortisseurs (ou à l’amortisseur dans le cas d’un combiné), la corrosion des tiges (qui peut entraîner des fuites de liquide) et à vérifier que ces tiges sont parfaitement droites et que les caoutchoucs des points d’attache sont en bon état.

Si un changement de ressorts de suspension arrière pour des ressorts plus flexibles ou plus durs est toujours possible, la partie chargée de l’amortissement n’est, en principe et sauf exceptions rarissimes, pas réparable. Fuites d’huile, tiges tordues ou corrodées ne sont réparables que par le remplacement de l’organe défaillant en totalité. Les bagues de caoutchouc placées aux points d’ancrage sont, en revanche, faciles à remplacer et bon marché.

Vérifier le cadre et les roues

Le dernier élément à vérifier, surtout sur les motos anciennes, est le cadre lui-même. Il s’agit principalement de contrôler le serrage des principaux montages, par exemple, les écrous des broches de roues. Tout élément desserré doit être repris et toute trace de corrosion doit disparaître.

Lorsque vous contrôlez le serrage des écrous et des boulons, faites-le réellement. Il est trop facile de donner un coup de clé ça et là juste « pour être sûr ». Cette pratique empirique ne peut conduire un jour qu’à arracher une tête de boulon ou à foirer un filetage. Si vous hésitez sur la valeur d’un serrage, consultez votre manuel d’entretien pour connaître le couple exact et utilisez une clé dynamométrique pour vérifier.

Conclusion

Bien que la lecture de cet article donne à croire que c’est un gros travail, sachez que l’entretien préventif régulier, lorsqu’il est bien maîtrisé, ne prend pas plus d’une heure ou deux. Ne soyez pas rebutés par sa complexité apparente. Si vous l’abordez calmement et avec méthode, vous ne rencontrerez aucune difficulté.

On peut obtenir un fonctionnement régulier, un démarrage facile, des performances optimales et une excellente consommation d’essence en respectant pour le moteur les intervalles d’entretien recommandés par le constructeur. A contrario, augmenter ces intervalles peut être la cause de graves ennuis mécaniques.

Pour finir, une info: les 10 points essentiels de sécurité qui sont inspectés lors d’un contrôle technique Motosur.

  1. Identification : plaque d’immatriculation, numéro de châssis, relevé de kilométrage
  2. Freinage : éléments de commande (poignée de frein avant, pédale de frein arrière, câbles et tringlerie de freins), éléments récepteurs (disques de freins, étriers, plaquettes), circuit hydraulique (maître cylindre, canalisation du frein, flexible de frein)
  3. Direction : guidon et colonne de direction
  4. Eclairage et signalisation : feu de croisement, feu de route, feu additionnel, feu de position, clignotant, warnings, feu stop, feu de plaque arrière, catadioptre, témoin de feu de route, témoin de signal de détresse, commandes d’éclairage, témoin de clignotants
  5. Liaisons au sol : fourche, bras oscillant, articulation de bras oscillant, amortisseurs, roues, jantes, pneumatiques
  6. Avertisseur sonore
  7. Partie-cycle et carénage : cadre, réservoir, carénage et ornement
  8. Organes mécaniques: moteur, boîte et pont, pignons et chaîne, poulie, courroie, cardans, échappement, silencieux
  9. Pollution sonore
  10. Huile moteur

16-32.jpg

par FlatFab

Merci à http://archives-moto.jlbweb.fr/

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×