Annexe 2

Biographies des Artistes Glamour.

Mac. Clelland Barclay.

1-48.jpg

2-47.jpg

3-47.jpg

4-41.jpg

5-39.jpg

6-32.jpg

7-32.jpg

8-29.jpg

9-27.jpg

10-26.jpg

11-24.jpg

12-22.jpg

13-21.jpg

15-17.jpg

14-19.jpg

16-17.jpg

Dans les années vingt et trente, General Motors lance une campagne qui doit faire date dans l'histoire de la publicité américaine. Il s'agit de présenter au public les automobiles Fisher Body. Ses superbes images de femmes élégantes, sophistiquées et son extraordinaire capacité à représenter les belles américaines font de lui l'un des principaux peintres de pin-up et d'art glamour sur le marché des calendriers. Entre 1935 et le début de la Seconde Guerre Mondiale, il travaille pour différents éditeurs de calendriers. Il réalise également de nombreuses affiches publicitaires dont une célèbre série d'illustrations pour la chaîne d'épicerie A & P entre la fin des années vingt et les années trente.

17-15.jpg18-15.jpg19-14.jpg20-14.jpg21-12.jpg22-15.jpg23-12.jpg24-10.jpg25-10.jpg26-8.jpg27-8.jpg

Né en 1891 à Saint Louis, Barclay est le fils d'un chirurgien d'origine écossaise. Il étudie à l'Art Institute de Chicago puis à l'Art Students League de New York, où il a comme professeurs George Bridgman et Thomas Fogarty. A vingt et un ans, Barclay s'est déjà fait un nom comme illustrateur et son travail parait dans The Saturday Evening Post, Ladies'Home Journal et Cosmopolitan. Dès 1925, il peint des couvertures et des illustrations pour de nombreuses revues de luxe. Dans les années 20 et 30, Barclay dessine aussi des portraits de stars pour des couvertures de magazines de cinéma. Hollywood ne tarde pas à lui commander des affiches de films : entre 1933, où il réalise celle de From Hell to Heaven pour les studios Paramount, et 1939, quand il fait celle de Hotel for Women pour la Twentieth Century Fox, Barclay devient une star du genre. Il est également l'un des premiers à peindre Betty Grable, la plus célèbre des pin-up de la Seconde Guerre Mondiale.

28-8.jpg29-8.jpg30-8.jpg31-8.jpg32-9.jpg33-7.jpg34-6.jpg35-7.jpg36-7.jpg

En 1940, Barclay a été choisi pour peindre le portrait et l'affiche officielle de la Ziegfeld Follies Girl de 1941. Pour cette prestigieuse commande d'art glamour, il travaille sur un format plus grand que d'habitude afin que l'image puisse être reproduite sur une affiche géante de Times Square. Plus tard, les Follies publient une lithographie de cette oeuvre en hommage à cet artiste de talent.

37-7.jpg

Deux semaines après l'attaque des Japonais sur Pearl Harbour, Barclay achève la première longue série d'affiches destinées à inciter les jeunes à s'enrôler dans la Marine. Promu au grade de capitaine de corvette, il se voit confier des missions de camouflage jusqu'en 1942, quand il est porté disparu alors qu'il était en mission dans les îles Salomon.

Roy Best

Des années trente jusqu'au milieu des années quarante, Roy Best se fait connaître pour ses pastels puissants et précis de belles américaines, qui sont du plus bel effet une fois reproduits sur des calendriers.

-1.jpg

1-49.jpg

2-48.jpg

Né à Waverly dans l'Ohio, Best finance ses études à l'Art Academy de Cincinnati en travaillant dans la construction de chemins de fer. Il étudie ensuite à l'Art Institute de Chicago. Plus tard à New York, il devient le poulain d'American Artists, la célèbre agence tenue par Sidney et Célia Mendelsohn et située sur la Quarante-quatrième rue. Elle gère près de cent illustrateurs de haut niveau, dont Norman Rockwell. Dans les années trente, Best réalise plusieurs couvertures pour The Saturday Evening Post. A partir de 1931, Best commence à peindre de superbes pastels de voluptueuses pin-up Art déco pour les calendriers de Joseph C. Hoover. Cette même année, il reçoit un appel de la maison d'édition Whitman Publishing Company de Racine, dans le Winconsin, lui commandant une série de vingt et une illustrations en couleurs, pleine page, pour un livre d'enfants. Best crée un chef d'oeuvre : The Peter Pan Picture Book, d'après la pièce de J.M Barrie.

3-48.jpg

4-42.jpg

En 1942, Best est remarqué par Brown and Bigelow qui lui propose de réaliser des pin-up et des images glamour pour ses publications. Acceptant l'offre particulièrement lucrative de l'éditeur, Best entame alors une très belle carrière dans le domaine des calendriers.

5-40.jpg

Henry Clive

Clive, né Henry O'Hara en 1882, passe son enfance dans un élevage de moutons à Melbourne, en Australie, avant de quitter la maison familiale pour devenir magicien. Très beau garçon, il arrive à Hollywood en 1917, où il commence rapidement une carrière prometteuse dans le cinéma muet. Vers 1920, il subit une nouvelle métamorphose, devenant cette fois un brillant artiste.

6-33.jpg

7-33.jpg

8-30.jpg

9-28.jpg

10-27.jpg

11-25.jpg

12-23.jpg

13-22.jpg

14-20.jpg

Au début des années vingt, Clive peint des girls pour Ziegfeld Follies, une affiche pour le film de Richard Barthelmess Experience, et des portraits de Pola Negri et de Gloria Swanson qui sont reproduits sur des paniers repas distribués gratuitement dans les salles de cinéma. En 1925, après avoir réalisé des dizaines de couvertures pour le magazine Theatre, il commence à peindre des pin-up pour plusieurs grandes maisons d'édition et des éditeurs de calendriers, notamment Joseph C. Hoover and Sons de Philadelphie.

15-19.jpg

16-18.jpg

17-16.jpg

18-16.jpg

19-15.jpg

20-15.jpg

21-13.jpg

22-16.jpg

Clive réalise la plupart de ses oeuvres à l'huile sur carton dans un format assez grand, généralement 76,2 x 61 cm. Ses images sensuelles, à la composition élaborée, avec de superbes fonds travaillés, démontrent un grand sens de la couleur.

23-13.jpg

24-11.jpg

25-11.jpg

26-9.jpg

27-9.jpg

Parmi les moments forts de sa carrière, on compte ses affiches pour le somptueux spectacle de Billy Rose Jumbo et ses portraits hebdomadaires de stars dans des paysages exotiques réalisés pour la série « Enchantresses of the Ages », parue dans une publication de Hearst, American Weekly Magazine.

28-9.jpg

29-9.jpg

30-9.jpg

31-9.jpg

Enfant chéri d'Hollywood et de New York, Clive a une vie haute en couleurs. Il conserve son atelier dans le célèbre Beaux Arts Building à Manhattan jusqu'à sa mort en 1960. En hommage à son talent, la prestigieuse revue Audience choisit l'une de ses pin-up pour sa couverture d'octobre 1971. Aujourd'hui, les collectionneurs s'arrachent les reproductions de ses oeuvres pour calendriers. On ne connaît que six de ses originaux.

Edward M. Eggleston

Comme son confrère Gene Pressler, Eggleston se spécialise dans les sujets exotiques et romantiques : belles squaws, danseuses hawaiiennes et « jeunes filles au clair de lune » surprises dans un décor des Mille et Une nuits.

32-10.jpg

33-8.jpg

34-7.jpg

35-8.jpg

Au début des années vingt, Eggleston peint des stars pour les couvertures de magazine de cinéma. Son portrait de Betty Compton de 1922, réalisé pour Motion Pictures Classic, fait parler tout Hollywood lorsqu'il paraît dans les kiosques. Il réalise également une série de publicité pour de la lingerie fine ainsi que de nombreuses couvertures de périodiques, dont la plupart sont destinées au grand public.

36-8.jpg

37-8.jpg

En 1925, Eggleston ouvre un atelier à New York et commence à peindre des pin-up et des images glamour pour les éditeurs de calendriers, d'abord principalement pour Thomas D. Murphy. Pour sa première commande pour Brown and Bigelow, The Treasure Princess (1928), il doit suivre des consignes très précises. Par la suite, il insiste pour qu'on lui laisse carte blanche et il réalise ainsi certaines des beautés glamour les plus admirables du genre.

En 1932, Eggleston livre à Brown and Bigelow une image qui va battre tous les records de ventes. D'après l'artiste, Let's Go America est réalisé pendant la crise économique pour « symboliser la renaissance de l'espoir et de la confiance265(*) » en l'avenir de la nation. L'oeuvre montre une belle (vêtue d'une robe voile) sur un tapis volant traversant un ciel bleu nuit à la Maxfield Parrish, escortée par des avions et un dirigeable.

38-7.jpg

39-6.jpg

En 1936, Eggleston entame une collaboration féconde avec l'éditeur de calendriers Joseph C. Hoover de Philadelphie. Sa première peinture pour cette maison, Flaming Arrow est un portrait de squaw qui devient extrêmement populaire. Suivit Cleopatra (1938), un classique d'Eggleston et un autre grand succès.

40-6.jpg

41-7.jpg

42-7.jpg

Eggleston travaille dans son atelier jusqu'en 1940. Sa dernière oeuvre connue, datée de cette même année, est la couverture d'un programme pour le spectacle de Billy Rose, Aquacade, qui a battu tous les records d'affluence à l'Exposition universelle de New York en 1939.

Distingué, très professionnel, Eggleston peint des oeuvres au dessin soigné, riches en détails, avec une superbe composition et une grande maîtrise technique. Il a un profond sens de la couleur et maîtrise à la fois l'huile, le pastel, l'aquarelle et la gouache. La plupart de ses oeuvres pour les calendriers sont réalisées à l'huile sur des toiles allant de 76,2 x 61 cm à 101,6 x 76,2 cm.

* 265 MARTIGNETTE Charles, MEISEL Louis, The great american Pin-up, Koln, Taschen, 1996, p.193.

Merlin Enabnit.

Enabnit est né en 1903 dans une petite ville près de Des Moines, dans l'Iowa. Il commence sa carrière comme étalagiste dans un grand magasin de Chicago, tout en suivant des cours à la Cummings School of Art. Il réalise ses premières peintures de pin-up et de beautés glamour pour l'éditeur de calendriers Louis F. Dow en 1936. Il part ensuite travailler pendant deux ans en Angleterre, où il rencontre un succès considérable.

43-6.jpg

44-6.jpg

45-6.jpg

46-5.jpg

47-5.jpg

48-5.jpg

49-5.jpg

50-5.jpg

L'éditeur Shaw-Barton devient bientôt son plus gros client, reproduisant ses pin-up sur des calendriers et des gadgets publicitaires. Signant uniquement de son patronyme, Enabnit crée également une série d'images publicitaires pour Formfit, Jantzen Bathing Suits et la White Owl Cigar Company. Vers le milieu des années quarante, il travaille à Hollywood, peignant des portraits de vedettes de cinéma telles que Harold Lloyd et Virginia Mayo.

Connu comme « le magicien de la couleur », Enabnit crée lui-même ses huiles à partir de produits naturels. En 1975, il publie Nature's Basic Color Concept et divulgue ses techniques à travers une série de conférences, d'articles et d'entretiens avec la presse écrite et télévisée.

51-4.jpg

52-4.jpg

53-4.jpg

54-4.jpg

55-4.jpg

Enabnit travaille principalement à l'huile sur de grands formats (101,6 x 76,2 cm), avec une palette vivement colorée qui rappelle celle du cercle de Sundblom. Il peint à partir de photos de ses modèles, conjuguant les meilleures qualités de chacune pour créer une image idéale. Il est nommé aussi docteur honoris causa de la Royal Society of the Art de Londres. En 1969, sa femme et lui s'installent à Phoenix, dans l'Arizona, où il se consacre à la peinture des paysages colorés du sud-ouest américain. Il meurt en novembre 1979.

Jules Erbit.

Pendant les années trente et quarante, les pastels d'Erbit pour les calendriers de pin-up sont de jeunes Américaines bon chic bon genre, l'incarnation même de « la fille d'à côté », débordantes de santé mais dépourvues du puissant sex-appeal qui émane des créatures de ses confrères.

56-3.jpg

57-2.jpg

58-3.jpg

59-2.jpg

60-3.jpg

Né à Budapest, Erbit commence dès son adolescence à fournir des illustrations à un magazine hongrois avant de décrocher une bourse d'Etat pour aller étudier à Munich. Il arrive à New York en 1930 et ouvre un atelier à Carnegie Hall. A l'époque, il est déjà père de cinq filles, qui lui servent souvent d'inspiration pour ses beautés glamour.

61-3.jpg

62-3.jpg

63-2.jpg

64-2.jpg

65-2.jpg

En 1933, Erbit reçoit sa première commande de Brown and Bigelow, avec lequel il travaille jusqu'en 1945. Parallèlement, il demande à l'agence American Artists de le représenter auprès d'autres éditeurs. Il travaille ensuite pour la plupart des grands éditeurs de calendriers, dont Joseph C. Hoover qui lui commande une douzaine de beautés glamour pour sa Superior Line. L'une d'elles, Waiting for You, est un best-seller. Sa beauté glamour la plus populaire, All-American Swinger, est publiée par Oval and Koster, un autre de ses nouveaux clients. Cette jolie fille sur une balançoire fait vendre plus d'un million de calendriers.

66-3.jpg

67-2.jpg

68-2.jpg

69-2.jpg

70-2.jpg

Erbit réalise également de nombreuses affiches publicitaires, la plus célèbre étant celle de Palmolive, qui paraît dans les magazines en 1933. Erbit travaille exclusivement au pastel sur d'épais cartons mesurant 101,6 x 76,2 cm. Il cesse de peindre des pin-up et des beautés glamour vers 1950 pour se consacrer au portrait et à sa nombreuse famille.  

Pearl Frush.

L'une des trois plus grandes dessinatrices de pin-up et d'art glamour travaillant pour les calendriers au milieu du siècle, Pearl Frush s'attire rapidement le respect des directeurs artistiques, des éditeurs, des directeurs de ventes et des imprimeurs. Malheureusement, parce qu'elle travaille principalement à la gouache et à l'aquarelle, ses originaux peuvent rarement être reproduits en nombre suffisant pour lui permettre d'accéder à une grande notoriété publique. Cependant, lorsqu'on examine ses oeuvres de près, on est frappé par la qualité de ces images méticuleusement réalistes, comparables à celles de son confrère beaucoup plus célèbre, Alberto Vargas.

71-2.jpg

72-2.jpg

73-2.jpg

74-2.jpg

75-1.jpg

76-1.jpg

Née dans l'Iowa, Frush grandit en grande partie dans le golfe du Mississipi. Elle commence à dessiner dès qu'elle est en âge de tenir un crayon. Plus tard, elle suit des cours de dessin à La Nouvelle-Orléans. Après d'autres études à Philadelphie et à New York, elle rejoint sa famille à Chicago, où elle suit des cours à l'Art Institute sous la direction de Charles Schroeder.

Frush ouvre son premier atelier à Chicago au début des années quarante. Tout en acceptant les commandes en « free-lance », elle travaille régulièrement pour l'atelier de Sundblom, Johnson et White. En 1943, elle est devenue l'une des artistes les plus importantes de Gerlach-Barklow, réalisant une succession de séries à grand succès : Liberty Belles,Sweethearts of Sports, Girls of Glamour et Glamour around the Clock. En 1947, sa série Aquatour, une dizaine de pin-up « aquatiques », bat tous les records de ventes. En 1955, Frush est devenue un nom très rentable pour ses employeurs. Il est donc tout naturel que Brown and Bigelow tente de la débaucher : un an plus tard, cet éditeur publie la première pin-up de Frush, une image horizontale conçue spécialement pour un calendrier-cintre (grand calendrier mural d'une seule page).

77-1.jpg

78-1.jpg

79-1.jpg

80.jpg

Belle et débordante d'énergie, Frush semble aimer la voile, le canoë, la natation, le tennis car elle incorpore souvent un thème sportif dans ses oeuvres. Ses pin-up et ses beautés glamour ont un côté franc et volontaire qui saisit bien l'esprit énergique de la jeune Américaine d'alors. Ses filles sont fraîches et pleines de santé, avec des formes généreuses sans être ouvertement érotiques. Elles parviennent à ressembler à des vedettes de cinéma tout en restant des « Mademoiselle Tout-le-monde ».

81.gif

82-1.jpg

83-1.jpg

84-2.jpg

85-1.jpg

Les oeuvres originales sont réalisées sur des cartons à dessin mesurant généralement 50,8 x 38,1 cm. L'artiste travaille principalement à l'aquarelle et à la gouache. Elle signe parfois de son nom de femme mariée « Mann ». Son style est toujours d'une grande précision, restituant les moindres nuances du sujet avec une netteté quasi photographique.

Cardwell S. Higgins.

En 1927, deux jeunes artistes entrent au département artistique des studios Paramount de New York : Alberto Vargas et Cardwell Higgins, qui vont devenir collègues et amis. Auparavant, Higgins a étudié à la National Academy of Design, sous la direction de George Bridgman et d'Ivan Olinsky, puis à l'Art Students League, où il a Harvey Dunn et Dean Cornwell comme professeurs. Ces quatre mentors influencent considérablement l'évolution de sa carrière.

86.jpg

87.jpg

88.jpg

89.jpg

Né en 1902, Higgins passe la majeure partie de sa vie à West Nyack, dans l'état de New York. De 1932 à 1942, Higgins dessine des pin-up Art déco très stylisées pour des couvertures de magazine : Esquire, Film Fun, Screen Humor, Silk Stocking Stories, Gayety et Sweetheart Stories. En 1937, il connaît l'un des moments fort de sa carrière quand il réalise une affiche géante pour les parcs d'attraction Palisade destinée à Times Square. Sa pin-up aux longues jambes et en bikini a un tel succès que le parc lui en commande une autre l'année suivante.

Vers la même époque, le capitaine Eddie Rickenbacker commande à Higgins un logo pour Eastern Airlines capable de « résister à l'épreuve du temps ». L'artiste répond avec une image qui va symboliser la compagnie aérienne pendant quarante ans. En 1939, les organisateurs de l'Exposition universelle de New York lui demandent une illustration pour la couverture de la brochure Railroads on Parade. Entre 1937 et 1942, il enseigne également à la Bloomsfield Art League et à la Fawcett School of Fine and Industrial Art dans le New Jersey. En dépit de cette énorme charge de travail, il trouve encore le temps de créer de nombreuses illustrations romantiques pour de nombreux magazines populaires.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sert comme instructeur en camouflage d'avions dans le corps des ingénieurs de l'armée de l'air. Ses premières années de la guerre sont particulièrement chargées pour Higgins. Il réalise une série de pin-up pour les couvertures de magazines d'enquêtes policières ; il conçoit et peint deux livres de découpages avec les poupées de Lana Turner et de Carmen Miranda ; il fait ses premières couvertures pour le magazine Omnibook de Time-Life, en commençant par les portraits de Winston Churchill et des membres de son cabinet. Mais l'oeuvre la plus célèbre de cette période est l'affiche de l'USO (Centre d'accueil pour les militaires américains) montrant une femme soldat marchant bras dessus, bras dessous avec un soldat et un marin. Pendant la guerre, il en est distribué plus d'un million d'exemplaires aux Etats-Unis et à l'étranger.

90.jpg

91.jpg

92.jpg

Après la guerre, il travaille dix ans comme directeur artistique du catalogue de vente par correspondance de Sears Roebuck, puis prend sa retraite. Il meurt en 1983 à Hollywood, en Floride.


1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×