Les sources

La principale difficulté a été celle de l'accessibilité aux sources puisque l'art de l'illustration ou de la publicité est considéré aujourd'hui comme un art populaire donc secondaire. Par conséquent, il est difficile aujourd'hui de trouver des pin-up dont l'artiste, la date et le commanditaire soient connus.

Une grande majorité de pin-up des Etats-Unis a été conservée, les artistes étant plus reconnus, à l'inverse des pin-up françaises. De nombreuses recherches aux Etats-Unis ont été menées afin d'offrir aux lecteurs un panorama de ces artistes, de leurs oeuvres. Ces recherches dirigées par Charles Martignette et Louis Meisel ont été éditées par Taschen. Ces ouvrages constituent un corpus iconographique et un premier échantillonnage. Taschen a aussi édité six volumes composés de reproductions de publicités américaines des années vingt aux années quatre-vingts. Lorsque ces dessins ne sont pas signés, il est possible néanmoins de reconnaître la « patte » de l'artiste, chacun ayant un style particulier dans la réalisation, le trait, le choix des couleurs ou des thématiques de mises en scène.

1-50.jpg

Read more about Charles Martignette and his collection.
(1.19MB PDF)

Il semble important de souligner que beaucoup d'affiches, calendriers, cartes, objets publicitaires comportant des pin-up appartiennent aujourd'hui à des collectionneurs privés et constituent un marché lucratif dans le monde des brocanteurs et des antiquaires. C'est aussi en flânant dans les différents marchés aux puces, vides-greniers que l'on trouvera peut-être quelques images de pin-up ou objets dérivés, à des prix abordables.

Quelques bibliothèques sur Paris possèdent des fonds iconographiques pouvant éclairer la thématique de notre recherche.

La bibliothèque de Forney possède quelques images de pin-up, que l'on peut consulter. Néanmoins la date, le titre, l'artiste ne sont pas cités. De même il n'est pas notifié de quelles revues ces images ont été tirées. La presse féminine est principalement archivée dans cette bibliothèque.

http://www.librarything.com/venue/17640/Biblioth%C3%A8que-Forney-et-fonds-de-la-biblioth%C3%A8que-des-Arts-Graphiques

La bibliothèque Marguerite Durand, quant à elle, met à disposition un dossier d'articles de presse concernant les pin-up. Ces articles sont tirés de la presse française et datent des années soixante-dix et quatre-vingt. Un autre dossier d'articles, tirés également de la presse française de la même époque, ayant pour thématique l'érotisme et la pornographie, est aussi consultable. Pour ce sujet, une majorité d'articles ont une tonalité féministe.

http://equipement.paris.fr/Biblioth%C3%A8que_Marguerite_Durand_(BMD)

De nombreuses affiches publicitaires françaises sont disponibles également à la bibliothèque du Musée de la Publicité, à Paris.

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/publicite/

A la Bibliothèque Nationale Française, il est aussi possible d'examiner de nombreux ouvrages illustrés sur la pornographie et l'érotisme tirés de l'ancien « Enfer »267(*) de celle-ci. Certains ouvrages étant jugés, encore aujourd'hui, trop « obscènes », vous serez donc « invité » à vous rendre dans une salle réservée afin de pouvoir les consulter. Le département Esquisse et Photographie de la BNF possède un fond de photographies érotiques ainsi que de nombreux calendriers. Quelques publicités sont disponibles sous forme de microfilms.

http://www.bnf.fr/fr/acc/x.accueil.html

Enfin, la bibliothèque Sainte Geneviève a archivé un certain nombre de pulps. De nombreuses pin-up apparaissent en illustration de la première de couverture.

http://www-bsg.univ-paris1.fr/home2.htm

Le musée de l'Erotisme, à Paris, possède quelques cartes de cigarettes aux dessins et photographies érotiques aussi qu'une collection de photographies érotiques et pornographiques. Quelques films pornographiques du début du XXe siècle sont visibles.

http://www.musee-erotisme.com/

Les deux musées de l'Erotisme sur Amsterdam présentent des collections très fournies sur la photographie érotique et pornographique du début du XXe siècle.

http://www.sexmuseumamsterdam.nl/install_flash/index.html

http://www.channels.nl/amsterdam/eroticmu.html

Les collections de photographies du musée Erotique de Barcelone sont plus axées sur la pornographie.

http://www.erotica-museum.com/home.html

Les boutiques de ces différents musées proposent de nombreux ouvrages sur ces thèmes. Il est possible par exemple d'acheter au musée de l'Erotisme à Paris des DVD réunissant un certain nombre de films pornographiques des années 30.

On trouve aussi quelques images de pin-up, ouvrages sur ce thème, reproductions de photographies érotiques et recueil de reproductions dans quelques sex-shops parisiens.

La librairie érotique La Musardine, 122 rue du Chemin Vert à Paris, possède un grand nombre d'ouvrages sur la sexualité, de livres d'art, de bandes-dessinées et de comic books.

http://agenda.germainpire.info/view_location.php?location_id=1346

La presse masculine, et notamment celle érotique ou de charme constitue une des sources première pour les images de pin-up. Ces magazines sont parmi les plus populaires, ont connu et connaissent encore un certain succès. La majorité de ces revues françaises et américaines ont été archivées à la Bibliothèque Nationale Française mais il n'existe pas de collections complètes de ces titres sauf pour les plus connus : Lui, Playboy. Certains numéros ont disparu, parfois ne subsiste aucun numéro pour certaines années. Il ne reste par exemple, que quelques numéros par années voire parfois un numéro pour une année pour les digests français. Le choix des années consultées a donc été tributaire de cette conservation et de cette accessibilité incomplète. Lorsque ce n'est pas le cas, notamment pour Esquire, Lui, Penthouse, Playboy, le choix des années consultées est arbitraire afin de mesurer une éventuelle évolution de l'image de la pin-up.

La pin-up dans ces grands titres de la presse masculine est présente sous deux formes : dessinée (une ou deux par numéro signée Petty ou Vargas dans Esquire dés 1930, une signée Aslan par numéro dans Lui à partir de la fin 1964 et une de Vargas dans Playboy à partir de 1960 jusqu'en 1976) ou photographiée, devenant aussi playmate ou fille du mois. Les couvertures des girlies magazines : Movie Humor, Film Fun, comportent quant à eux une pin-up signée Peter Driben ou Earl Moran. Les années de la Seconde Guerre Mondiale sont les années les plus riches pour la publication d'images de pin-up dans la presse.

Yank et Parade, deux magazines destinés aux soldats américains et anglais et distribués sur le front, les navires, les camps.... sont des sources importantes. On note une très forte présence d'images de pin-up, un ou deux dessins ou photographies par numéro. Les réactions des hommes et des femmes par rapport à ces mêmes images dans la rubrique : courriers des lecteurs, sont nombreuses. L'analyse de cette rubrique permet, dans une certaine mesure, de mesurer l'impact des pin-up.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.