Boissons

Les alcools

Le rapport des Américains à l'alcool n'est pas aussi simple que chez nous. La société, conservatrice et puritaine, autorise la vente des armes à feu, mais réglemente de manière stricte tout ce qui touche aux plaisirs "tabous" (sexe, marijuana, alcool). L'héritage de la prohibition et, bien sûr, les lobbies religieux n'y sont pas pour rien. On peut acheter un pistolet mitrailleur et des caisses de munitions sans presque aucun permis, mais, paradoxalement, on vous demande quasiment toujours une pièce d'identité quand vous achetez une simple bière ou une bouteille de vin au supermarché si vous paraissez un peu jeunot ! Il est impératif de sortir avec ses papiers (ID, prononcer "aïdii") car de nombreux bistrots, bars et boîtes de nuit les exigent à l'entrée, sans compter ceux qui, n'ayant pas la licence, demandent que vous mangiez quelque chose ou que vous achetiez une member card (carte de membre), parfois même temporaire, soit un petit droit à payer (ou alors trouver un parrain local à qui il vous faudra payer un coup à boire !). Enfin, dans certains counties (comtés), il est même impossible d'acheter de l'alcool le dimanche dans les supermarchés, voire tous les jours dans les dry counties.

Age minimum : le drinking age est 21 ans; on ne vous servira pas d'alcool si vous n'êtes pas majeur ou si vous ne pouvez pas prouver que vous l'êtes. Il vous faudra donc impérativement votre ID (en fait, un permis de conduire ou n'importe quel document "officiel" où figurent votre photo et votre date de naissance) sous peine de vous voir refuser l'entrée des bars et des boîtes de nuit.

Vente et consommation surveillées : dans la plupart des Etats, il est strictement interdit de boire de l'alcool (bière comprise) dans la rue. Vous serez surpris par le nombre de gens cachant leur canette de bière dans un sachet en papier ou dans une housse en Néoprène censée conserver la fraîcheur. Interdit d'avoir des bouteilles ou canettes d'alcool dans la voiture, elles doivent impérativement être dans le coffre, en cas de contrôle par la police. Certains Etats sont plus permissifs, mais il vaut mieux respecter cette règle. N'oubliez pas non plus que la vente d'alcool est en principe interdite dans les réserves indiennes. Les horaires de fermeture des boîtes sont aussi fixés par décret dans chaque Etat : ça peut être très tôt (à 2 heures, tout le monde remballe), ou pas du tout...

Les bières : vous aurez l'embarras du choix, mais on ne saurait trop vous recommander de privilégier les microbrasseries (microbrewery). Grande variété de pale ale, lagers, bières ambrées, blondes, plus rarement des stouts, filtrées ou pas, et portant des noms parfois rigolos ou même historiques. Ces bars spécialisés sont évidemment repérables aux grands fûts métalliques trônant derrière le comptoir. Bref, c'est l'occasion de goûter de nouveaux parfums et de nouvelles saveurs pour tous les amateurs de bière. Attention en repartant, cependant... Faites conduire quelqu'un d'autre (de votre connaissance, quand même, et à jeun !).

Les vins : ce n'est plus une surprise pour personne, on trouve de bons vins californiens qui enchanteront la curiosité des amateurs. Les progrès des vignerons sont considérables depuis quelques années (ils sont nombreux à avoir appris le métier en France pendant plusieurs vendanges), et certains crus n'ont plus à rougir de la comparaison. On pense notamment aux vins d'exception de grands domaines comme Beringer ou Mondavi. Cela dit, la plupart des wineries vinifient des vins souvent charmeurs, faciles à apprécier, mais généralement sans complexité... Seule véritable ombre au tableau, les crus, même les moins élaborés, sont proposés à des prix toujours très élevés (goûter au célèbre Opus One relève même du fantasme !). Il en va de même pour les vins français ou italiens, bien représentés sur les cartes de certains restaurants (dans les grandes villes). Le vin au verre se pratique de plus en plus, mais à des tarifs eu démocratiques (environ 6 ou 7 $ en moyenne !).

Les cocktails : les plus répandus sont le Manhattan (vermouth rouge et bourbon), le Cocktail Martini (gin et vermouth mélangés dans un shaker avec des glaçons), le Bloody Mary (vodka et jus de tomate), la Margarita (tequila, Cointreau, jus de citron vert, auquel on ajoute souvent de la pilée), le Mojito, la Caipirinha (citron vert, sucre et cachaça, l'alcool de canne à sucre brésilien), le Cuba Libre (à base de rhum, bien sûr) et le Mimosa (champagne, jus d'orange et Cointreau ou triple-sec), servi à l'heure du brunch.

Le bourbon (prononcer "beurbeun"!) : impossible de passer sous silence ce whisky américain (whiskey), dont la production est fournie pour une bonne moitié par le Kentucky. Cette région s'appelait autrefois le Bourbon Country, nom choisi en l'honneur de la famille royale française. C'est ainsi, depuis 1790 (en pleine Révolution française !), que le célèbre whisky américain prote le nom de bourbon. Pas étonnant non plus que la capitale du bourbon s'appelle Paris !

Happy hours : beaucoup de bars attirent les foules après le travail, généralement entre 16 heures et 19 heures, en leur proposant de grosses réductions sur certains alcools.

Les indiens du comptoir

Savez-vous que le cocktail est une invention américaine ? Peu de gens connaissent l'origine du mot qui signifie "queue de coq". Autrefois, on apposait sur les verres des plumes de coq de couleurs différentes pour que les consommateurs puissent retrouver leur breuvage.

 

Les boissons non alcoolisées

L'eau glacée : dans les restaurants, la coutume est de servir d'emblée un verre d'eau glacée à tout consommateur. Quand on dit glacée, ce n'est pas un euphémisme, donc n'hésitez pas à demander sans glaçon (without ice) ou avec un peu de glace (with little ice). Les Américains sont des adeptes de l'eau du robinet (tap water) et consomment très peu d'eau minérale dans les restaurants. D'ailleurs, une fois vide, votre verre sera immédiatement rempli (et avec le sourire !).

Le thé et le café : dans de nombreux restos et cafés (en particulier pour le petit déj), on peut demander le café de base (regular ou American coffee) autant de fois qu'on le désire (free refill). Notez que cela ne s'applique pas à tous les restos, ni à tous les repas, ni surtout aux cafés spéciaux (expresso, capuccino et consorts). Sachez par ailleurs que le café américain de base est plus proche du café très allongé que du ristretto italien. Dans le même ordre d'idées, n'oubliez pas de préciser black coffee (café noir), sinon on vous le sert automatiquement avec du lait ! Bien heureusement, on peut déguster des espressos un peu partout. Chez Starbucks et consorts – les Américains ne faisant jamais les choses à moitié – la carte des cafés présente un choix impressionnants de cappuccini, mochas, caffé latte, etc...,servis chauds ou glacés.

Enfin, les amateurs de thé ne seront pas gâtés : dans beaucoup de restos (notamment les diners), c'est Lipton bas de gamme garanti ! Heureusement, le Chai Latte (thé sucré et épicé, avec du lait) a de plus en plus la cote. 

Jus de fruits frais et smoothies : de plus en plus de coffee shops, voire des chaînes comme Jamba Juice, mesurent désormais la nécessité d'une alimentation saine. Aussi, vous trouverez de plus en plus souvent des jus de fruits pressés et des smoothies, mélanges de fruits mixés avec de la glace, du yaourt, parfois du lait de soja, ou même du thé vert, des céréales, etc... Existe aussi avec des légumes. Des dizaines de variantes pour le plus grand bonheur de votre petite santé, et ce dès le petit déj. Pas tous diet, cela dit ... Le diable en a inventé de très sucrés !

Les cream sodas : encore une expérience culturelle à ne pas manquer ! Il s'agit d'un soda (en général du Coca-Cola ou de la limonade) mélangé à de la glace à la vanille. Hyper-sucré et ... euh, un retour en enfance assuré.

La root beer : ce sinistre breuvage au goût de chewing-gum médicamenteux est très apprécié par les kids américains, mais il n'a rien à voir avec de la bière. Exercez-vous longtemps pour prononcer le mot (bien dire "route bir"; la marque la plus courante est la A & W). Dans le même genre, vous pouvez essayer le Dr. Pepper. Une fois, mais sans doute pas deux.

Habitudes : les Américains ont inventé le Coca-Cola ("Coke" comme on dit là-bas) et ils consomment des sodas sucrés à longueur de journée ! D'ailleurs, dans de nombreux restaurants de chaîne, fast-foods, coffee shops et autres petits restos, les sodas (fountain drinks) sont souvent à volonté. Soit on se sert soi-même " à la pompe", soit on demande un free refill. Autre habitude de plus en plus en vogue : les energy drinks, ces boissons à base de caféine, parfois de guarana et, en ce qui concerne le Red Bull (la boisson la plus vendue au monde devant le Coca-Cola et autre Pepsi), de la taurine, une molécule longtemps interdite en France. Ces boissons énergisantes ont souvent un goût chimique assez... improbable.

 

 

 

 


 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×