Le poids et le volume des bagages

C'est sans doute la contrainte qui s'impose le plus rapidement. Un festin en plein air pour 20 personnes est envisageable si le transport des vivres est assuré en voiture. De même, sacs, barils ou glacières peuvent saccumuler dans un kométik (traineau) tiré par une motoneige lors d'une randonnée avec service de transport de bagages. Mais le transport des effets pose un problème au cuisinier qui voyage dans un canot de 16 pieds. Casse-tête plus épineux encore : imaginons trois repas pour six personnes à transporter dans un sac à dos en montagne !

Idéalement, un sac à dos ne devrait pas dépasser 30 % du poids de la personne qui le porte. Et l'on en consacre généralement le quart à la nourriture... Ainsi, en randonnée à pied ou en ski sans transport motorisé de bagages, été comme hiver, tout doit tenir dans le sac de 60 litres environ. Il faut donc calculer le poids des effets au gramme près ! Dès lors que le voyage dure plus de deux ou trois jours, les repas constitués de nourriture déshydratée s'imposent.

En vélo, les contraintes d'espace et de poids sont comparables, mais il y a régulièrement moyen de se ravitailler. En kayak de mer, c'est le volume des caissons qui peut imposer quelques restrictions. Le canot offre beaucoup d'espace. Par contre, on fera attention au poids des bagages sur un parcours parsemé de portages. En voilier, preque tout est permis.

30-29.jpg

31-29.jpg

"(...) ils se mirent en marche, chacun ayant pout tout équipage une couverture légère, son arc, ses flèches, ou son fusil avec un petit sachet de dix livres de bled d'Inde."

En passant du lac Erié à la rivière de Condé et parlant des Sauvages, récit de Lahontan, paru la première fois en 1703, tiré de ses Œuvres complètes.

32-32.jpg

 

Voici quelques conseils, avis, ... sur le thème de la randonnée en vélo (cyclotourisme).

Sacoches ou remorque ou rien du tout : cruel dilemne !

Si vous n'avez rien actuellement, et que vous envisagez de remettre ça régulièrement (genre une expédition par an ou tous les deux ans) : oubliez directement le matériel d'entrée de gamme (porte bagages arrière de chez décathlon et pack de trois sacoches de la même marque). C'est bien souvent le matériel le plus tentant (pas trop cher, trouvable partout, ...) mais c'est assez peu adapté. Le porte bagage est fragile et les sacoches uniquement à l'arrière vont déséquilibrer le vélo. De plus, la roue arrière, qui se prend déjà la majorité de la charge en temps normal va se retrouver complètement écrasée... à l'inverse, à l'avant, la direction est un peu trop légère... 
 
Si vous avez un réel problème de budget et que vous partez à deux, je vous recommande plutôt l'achat d'une petite remorque monoroue.

Une remorque telle que la bob yak coute 379,00 € avec le sac étanche. Ca parait être un gros investissement, mais c'est dix fois mieux que des sacoches d'entrée de gamme et bien revendable en occase si jamais finalement vous ne vous en servez pas. Depuis peu on trouve une remorque polonaise géniale : l'extrawheel : 230,00 € livrée chez vous avec ses deux sacs de 60 litres étanches qui se mettent dans deux filets latéraux (6.7 kilos tout compris avec les deux sacs) ! C'est celle que nous avons choisi, elle n'est pas idéale seule car le contenu des sacs est difficilement accessible, mais elle fait ce qu'on lui demande à savoir trimbaler tout votre bardas sans broncher ni déséquilibrer le vélo !

L'idéal je pense, pour ceux qui partent à deux en couple par exemple, c'est que le plus balaise (monsieur généralement dans 90 % des "couples") prenne la remorque et que madame n'ait qu'une grosse sacoche de guidon (j'avais trouvé une go-sport pas mal) + éventuellement un petit porte bagages tout con sans sacoches avec juste un tendeur (sandow) pour tenir la tente et les duvets ou qqch du genre (ce qui est lourd, dense et facilement attachable ou dont on a besoin rapidement genre polaire, coupe vent...). 

35-28.jpg

36-25.jpg

Evitez les remorques bas de gammes, souvent lourdes, peu "roulantes" (deux roues, mauvais roulement, système de fixation fragile...) c'est une plaie à traîner. 

Les 3 gros problèmes des remorques en général sont : 

  • Le poids à vide. 7.3 kilos une bob yak avec le sac... je n'ai pas d'idée précise de ce que font quatre sacoches + deux porte bagages, mais je pense qu'on est bien en dessous de ce poids.
  • La difficulté de transport de la remorque hors vélo. Prendre le train avec une bob yak doit se révéler assez délicat et on risque de se faire interdire l'accès au train par le contrôleur si la remorque n'est pas un minimum emballée ou au moins démontée.
  • Enfin, la difficulté d'organisation. On a souvent un ou deux gros sacs, et il faut tout mettre en vrac dedans. De même l'ouverture (typique sur l'extrawheel) des sacs lors d'un petit arrêt n'est pas simple. Il faut donc une bonne organisation (regrouper les objets d'un même "poste" dans des grands sacs plastiques, par exemple un pour le réchaud + popotte + couverts + briquet, un second pour toute la bouffe, ...). De même il faut une grosse sacoche de guidon par exemple pour stocker les petits objets utiles pendant le trajet (barres de céréales, appareil photo, vêtement de pluie ...).

Si vous n'avez rien a disposition et que le prix de la remorque vous rebute vraiment (si vous partez seul par exemple), reste donc la soluce porte bagages sérieux (le minimum c'est le zefal safari trek, à 38,00 € chez www.xxcycle.com même si je ne l'aime pas beaucoup) et le pack de trois sacoches D4 (100,00 € si je me souviens bien). On arrive à 260,00 € pour deux personnes. Plus cher qu'une extrawheel... ça fait réfléchir... 
 
Si vous pouvez avoir un budget sérieux (disont autour de 3.400,00 € par personne), des bonnes sacoches sont également très agréables.

Il faut par contre tabler sur quatre sacoches, deux à l'avant et deux à l'arrière. Je recommande les sacoches de marque Ortlieb (vraiment étanches sans avoir besoin d'un sursac et super système de fixation ultra rapide. Le site : http://www.ortlieb.de/) fixées sur des portes bagages de marque Tubus (http://www.tubus.com/ ). Ce système est un peu LE système choisi par la majorité des tourdemondistes et il à fait ses preuves.

L'avantage : c'est plus léger que la remorque, ne ralonge pas le vélo et répartit bien la charge.

Ca alourdit un peu la direction du vélo mais l'ensemble est relativement stable car le porte bagage avant est surbaissé. 

Lorsqu'on a un budget conséquent, je pense que quatre bonnes sacoches ou une remorque c'est surtout une affaire de goût, les deux ont leurs avantages et inconvénients. 

Si vous êtes vraiment un warior, ou tout simplement pour de la vraie rando VTT, les sacoches (et souvent la remorque) c'est tout simplement impossible (allez on va plutôt dire "fortement déconseillé") il reste donc... le sac à dos. C'est tout à fait possible... mais il faut être TRES TRES sélectif sur le matériel emporté. Si vous avez plus de dix kilos sur le dos vous allez mourir ! et faire un sac "autonomie complète" en moins de dix kilos demande un bon discernement (pas de matelas autogonflant mais un simple pare soleil de voiture, pas de tente mais un abri en bâche ou un simple sursac de duvet étanche, pas de réchaud à gaz mais un petit bruleur à alcool, pas de fringues de rechange...).

Vous pouvez généralement fixer quelques trucs sur le cadre : autour du tube du haut, le long du tube de selle, et/ou éventuellement ajouter une petite sacoche de selle et/ou éventuellement un petit porte bagage qui se fixe directement sur la tige de selle. Par contre pas de miracle, on ne peut pas trop charger un tel porte bagage (bien pour un matelas + un duvet mais pas beaucoup plus). 

Si vous le pouvez (finances + type de rando genre seul ou en couple sans enfants), partez plutôt sur le pack total de super sacoches (Ortlieb : guidon + deux à l'avant + deux à l'arrière), c'est à mon avis le meilleur choix (poids, répartition du poids et accessibilité à tout le matériel faciement pendant la journée).

La remorque est intéressante quand on ne peut pas se débrouiller simplement avec des sacoches, par exemple : couple avec deux vélos + un ou des enfants dans une remorque (attachée à l'un des vélos). Avoir une seconde remorque pour les bagages sur l'autre vélo c'est pratique tandem : quatre sacoches pour deux personnes c'est trop peu de place... la remorque est quasi obligatoire.

Vélo de course : pas de porte-bagages, vélo trop fragile...

Quelle gamme de matériel choisir ?

Bas ou haut de gamme ? Cher ou pas cher ? Usage unique ou pour la vie ? Si vous n'avez encore aucune idée de si vous remettrez ça un jour, alors essayez avant tout achat d'emprunter un maximum d'affaires à de la famille, amis, ... ça sera plus simple d'investir dans du matériel adapté si jamais vous remettez ça. L'expérience de votre ou vos premières rando à vélos vous informerons sur ce qui est réellement important pour vous (confort, poids, solidité, ...) 
 
Evitez surtout les achats impulsifs juste avant le départ... si vous n'avez pas de porte bagages, pas de sacoches, pas de sac de couchage non plus, essayez d'emprunter les sacs de couchage à des amis / famille... et achetez une bob yak plutôt que d'acheter tout mais en qualité très moyenne. Vous vous ferez offrir un superbe sac 0°C/700g de duvet pour noël :) Idem pour la tente (on a eu la notre un peu rapidement, avant de savoir à quoi elle allait servir préciséement, on a préféré quelque chose d'un peu plus grand pour s'adapter à tout... mais elle fait quatre kilos... une bonne deux places vraiment ultralight c'est moins de deux kilos). Vous pourrez toujours revendre votre remorque à un bon prix si jamais vous ne prévoyez pas de remettre ça un jour. 
 
Pour boire

Nous sommes vraiment partagés : on avait misé sur la technologie moderne dès notre première expérience à vélo : poches à eau dans un petit sac à dos car aucun de nos vélos n'avait de porte bidons et on n'avait pas non plus de bidons... mais le fait d'avoir un sac sur le dos n'est pas très agréable... et si sa seule justification est de porter l'eau c'est un peu dommage. En 2006 nous avons abandonné le petit sac à dos et mis la poche à eau dans la sacoche de guidon : résultat, c'est vraiment super. Par contre il faut une grosse sacoche de guidon solide pour ça (+ deux kilos d'un coup). Les bidons/porte bidons c'est pas mal mais il faut prévoir des grands volumes (deux bidons de un litre). je n'ai pas encore essayé mais il parrait qu'on peut faire rentrer une bouteille de soda de 1.5 litre à l'envers dans un borde bidon (bouchon vers le bas)... prix imbattable ! Les bouteilles d'eau gazeuze d'un litre sont aussi taillées parfaitement pour les porte bidons. Reste que l'eau est du coup souvent en plein soleil, et boire tiède ce n'est pas super agréable. La poche à eau rangée à l'ombre a cet avantage. Autre amélioration possible : mettre son bidon dans une chaussette mouillée (l'évaporation conserve le bidon relativement au frais). En 2006 encore, nous avions en plus des poches à eau un bidon de 0.6 litre en alu dans un porte bidon. Ca fait un peu doublon mais c'était surtout pratique pour faire la cuisine, diluer du sirop et le faire remplir rapidement par une personne tierce (un éclusieur, un particulier dans sa maison...) en cas de réel besoin (la poche a eau fait encore un peu peur et n'est pas facile à remplir par un néophyte). Je pense que si votre vélo dispose dès le départ de quoi fixer deux portes bidons alors la solution bidons est plus simple à gérer, sinon la poche à eau est une bonne alternative. Depuis 2007 nous ne pouvons plus avoir de grosse sacoche de guidon (car le tandem et son guidon de vélo de course ne laisse pas de place à l'avant... donc nous avons abandonné la poche à eau pour revenir au bidons sur le cadre...). Bref les deux solutions sont très bien.

Surtout, ne pas trop se charger

A vélo en France on n'est jamais loin d'un supermarché, d'une pharmacie, d'un réparateur de vélos, d'un hôpital... donc pas besoin de démonte roue libre, d'arrache manivelle, de dérive chaine, de garrot, d'aspivenin et autres conneries (dont d'ailleurs vous ne savez probablement pas vous servir, encore moins en situation d'urgence.

Même si ça parait moins critique que sur un sac à dos, le poids est une bonne résistance à l'avancement (pneus écrasés donc plus de frottement, poids dans les montées...). Pour les voyages plus engagés (genre x jours en autonomie totale sans âme qui vive à moins de 100 km) et/ou à l'étranger, il convient de bien se renseigner sur les points de ravitaillement, hôpitaux, ... avant son départ. 
 
Suivez les conseils MUL (Marcheurs Ultra Léger) 

La recherche du meilleur rapport poids/utilisation.

Recherche d'équipement pouvant servir à plusieurs choses (poncho/tente par exemple)... à vélo ou à pied c'est pareil. 
 
Pensez bien votre choix de vêtements

Même chose que pour la rando à pied, le système "trois couches" à fait ses preuves :

1)      un t-shirt respirant sur la peau (retire la transpiration de la peau)

2)      une polaire pour s'il fait froid (isolant et respirant)

3)      un coupe vent (idéalement super respirant et super imperméable en même temps, type GoreTex Paclite (http://www.gore-tex.fr/remote/Satellite/contenu/nos-tissus) ou membrane MP+ (http://www.raidlight.com/Membrane-MP.html) [le top et un peu moins cher]).

On utilise ce système aussi bien pour rouler qu'à l'arrêt. Ine seule bonne polaire servira à tout, idem pour le t-shirt. Prenez-en deux, un sur vous pendant que vous roulez (le premier) et un pour le soir que vous porterez aussi le lendemain pour rouler (le deuxième).

Le soir vous lavez le deuxième et il sèche la nuit et le lendemain pendant que vous roulez (avec le premier sur le dos)... ainsi de suite. Prévoyez un pantalon qui fait short pour le soir. Un seul élément on gagne encore un peu de poids. 

Monsieur porte plus que madame (Surtout si monsieur est à l'origine du projet et si monsieur est plus costaud).

Sinon c'est pénible car monsieur a tendance à rouler plus vite et plus loin que madame... donc autre conseil dans la foulée : celui qui roule le moins vite roule devant. Sinon un petit rétroviseur est très vite un outil nécessaire pour voir si l'autre suit... 

Le poids c'est une chose, mais il y a deux autres problèmes liés :

  • le volume : on est fortement limité par la taille des sacoches, et faire rentrer un matelas mousse de 1cm d'épaisseur est par exemple impossible. Il faut donc prévoir une solution de fixation (tendeurs, et hop quelques centaines de grammes en plus). De plus toute fixation supplémentaire est vite galère (temps passé pour mettre/enlever, blocage des ouvertures des sacoches...). Ne pas hésiter à mettre les choses dans des petits contenants : mini bouteilles plastiques (récup ou dispo au vieux campeur), sachets plastiques (zipcloc ziploc ziploc : c'est génial : transparent, fermeture étanche, ... ) afin d'emmener des petites quantités de choses dont on n'a pas beaucoup besoin (pas besoin de la belle boîte plastique 8 x 12 x 3 cm pour emporter quelques pansements !). Lors des ravitaillements on procède de la même manière sur le parking du supermarché : on vire tous les emballages inutiles pour gagner en volume (paquet de céréales, boîte carton du paquet de thé...) !
  • le nombre d'éléments emportés. Plus on a de choses, plus on passe de temps à les chercher, à vérifier qu'on ne les oublie pas, ... il est donc recommandé de limiter autant que possible la quantité d'objets emmenés et de privilégier ce qui peut servir à plusieurs choses. Exemple typique : plutôt que du gel douche (difficile à rincer en plus) + de la lessive on prend juste du savon. Certains vont même plus loin et se servent du savon pour se laver les cheveux (babaille shampooing) et pour laver la vaisselle. Un élément au lieu de quatre ça facilite la vie. Ca marche pour plein d'autres choses : un pantalon qui fait short, une belle cordelette fait fixation de trucs sur le vélo si nécessaire (pas de tendeurs trop lourds) et fil à linge...

http://www.cyclosite.be/ : site bien fourni et page de liens conséquente !!! 
http://cyclotourisme.free.fr/ : plein d'articles intéressants sur la technique, la pratique, et des carnets de route intéressants avec des détails croustillants... 
http://voyageforum.com/voyage/F28/ : un forum avec une catégorie entière dédiée au voyage à vélo 
http://remorque.rafale.free.fr/  : site avec des infos sur la construction d'une remorque 
 
Sites commerciaux

http://www.rando-boutique.com : rando cycles / rando boutique : est très réputé, mais attention, leur crédo c'est le matos sérieux, donc il vaut mieux prévoir le budget (porte bagages tubus à 70-100 euros... plutot que fil d'alu tordu à 15 euros en grande surface :-) 
Adresse :  1, rue Fernand Foureau, 75012 Paris Métro : Porte de Vincennes 
téléphone : 01.40.01.03.08 
fax : 01.40.01.92.56.  Heures d'ouverture : 
Notre boutique est ouverte de 10 heures à 13 heures et 
de 14 heures 30 à 19 heures (18 heures le samedi), 
fermée le dimanche et le lundi matin. 
 
Je ne vous met pas D4 et go sport, vous trouverez comme des grands :) 

http://www.globetrotter.de/de/shop [...] d=03&hot=1 de l'ortlieb en promo 
http://www.bike-components.de/cata [...] ers_id=102 : du tubus pas trop cher 
http://www.outdoor-works.de : de l'ortlieb pas trop cher non plus

De son ancêtre inuit, le kayak de mer a gardé l’apparence générale élancée et les qualités premières : rapidité et stabilité.

Mais là s’arrête la comparaison, cet outil de chasse étant maintenant utilisé pour le loisir.

Sauf pour certains modèles démontables, la structure interne a complètement disparu. Les embarcations modernes sont composées d’une coque et d’un pont moulés qui forment un tout rigide. On peut ainsi construire des modèles suffisamment longs pour loger deux personnes.

Bien que le marché offre des modèles de 3,5 à 6,7 mètres (11 pi 6 po à 22 pi) de long, un minimum de 4 mètres (13 pi) est recommandé pour un usage en milieu maritime. Cette longueur assure un meilleur comportement dans la houle et facilite la tenue d’un cap.

Deux types de matériaux sont utilisés : le polyéthylène (plastique) et les matériaux composites (fibre de verre, Kevlar® et fibre de carbone).

Le polyéthylène offre une excellente résistance aux chocs, un poids élevé, une glisse moyenne, une rigidité faible et un prix modéré.

De leur côté, les matériaux composites offrent une assez bonne résistance aux chocs, un poids moyen, une bonne glisse et une rigidité élevée. Cette dernière permet de concevoir des modèles plus sophistiqués. Le prix est cependant plus élevé et augmente avec l’utilisation de matériaux et de techniques de pointe.

Choisissez un bateau adapté aux plans d’eau que vous comptez fréquenter.

L’embarcation doit être rendue insubmersible par la présence de compartiments étanches ou de ballons de flottaison. Munis d’ouvertures étanches, ces compartiments étanches peuvent recevoir et protéger vos bagages. Cet ingénieux système offre la possibilité de faire des excursions de un ou plusieurs jours en autonomie complète.

De nombreux kayaks de mer sont équipés d’un gouvernail. Celui-ci donne au débutant un bon contrôle de la direction et permet au pagayeur plus aguerri de corriger la dérive provoquée par le vent ou le courant. Le gouvernail peut être remonté sur le pontage lors du transport ou en eau peu profonde. Il est contrôlé avec les pieds grâce à un système de pédales et de câbles.

Les kayaks de mer ont habituellement une étrave effilée permettant une bonne vitesse de croisière, et une proue (avant) plutôt relevée pour ne pas enfourner dans les vagues. Chaque pointe est munie d’un anneau de remorquage. L’équipement de base comprend habituellement un quadrillage de gros élastiques placés sur le pont et permettant de garder à portée de la main les accessoires de sécurité et d’orientation. Une corde faisant le tour du pontage (ligne de vie) complète parfois cet équipement de base. Lors de parcours en mer, il devient important d’ajouter un compas à son équipement et de bien savoir l’utiliser.

La stabilité est directement liée à trois choses : la position du centre de gravité, la forme du fond et sa largeur.

  • Le siège du kayakiste étant presque collé au fond le centre de gravité est très bas, ce qui assure une excellente stabilité. Le poids des bagages éventuels dans les caissons aura pour effet d’augmenter cette stabilité.
  • Un fond plus large sera généralement plus stable, et la forme du fond aura également une influence sur la rapidité et la stabilité de l’embarcation. Étant donné la diversité de modèles offerts sur le marché, seuls des essais et les conseils avisés d’un spécialiste pourront vous aider à choisir l’embarcation qui vous convient.

33-27.jpg

 

Peu importe la marque, le modèle ou le prix des différents équipements techniques que vous aurez en votre possession lors de la randonnée, il est important que vous soyez familiarisé avec ces derniers.

Le choix du sac à dos doit être fait en fonction du volume et du poids de vos bagages et selon votre physique. Prenez bien le temps d’ajuster votre sac à dos en portant les vêtements que vous aurez durant votre randonnée.

Petits conseils :

  • Quelques jours avant votre randonnée, simulez un départ en mettant tout ce que vous avez prévu transporter dans votre sac à dos. Vous pourrez mieux identifier si le tout entre dans le sac et quel poids vous aurez sur les épaules. Ainsi, il vous sera possible d’ajuster votre sac et d’en réduire le poids ou le volume si nécessaire.
  • Idéalement, la longue randonnée devrait être précédée d’une ou de plusieurs randonnées quotidiennes pour que vous puissiez mieux évaluer vos capacités physiques et, surtout, mieux ajuster votre matériel.
  • Ne partez pas avec des chaussures neuves, faites quelques sorties quotidiennes pour les modeler à vos pieds.

Avant de vous précipiter chez votre revendeur pour un sac à dos et de vous retrouver confrontés à l'embarras du choix... des marques... des litrages... des systèmes de portages...des formes et des couleurs, posez-vous les questions essentielles qui permettront de vous orienter vers le sac qui répondra le mieux à votre activité et à vos attentes.

1 COMBIEN DE TEMPS PARTEZ-VOUS ? La réponse à cette question devrait vous permettre de définir le litrage ou volume du sac à emporter.

2 COMMENT PARTEZ-VOUS ? En fonction de votre moyen de locomotion, lieux de logement, activité principale, mode de progression... cela devrait vous orienter dans le choix des nombreux modèles de sacs.

3 OU ALLEZ-VOUS ? En haute montagne, en randonnée dans les plaines, faire un raid ? Ces 3 questions s'influencent l'une l'autre et ont pour but de définir la capacité, le modèle et la forme du sac qui vous conviendra le mieux.

On pourra aussi affiner son choix en fonction de son expérience au portage, sa force, et si l'on est un homme, une femme ou un enfant.

Reprenons tous les points en détail pour :

CHOISIR SON SAC A DOS

Les 2 principaux critères d'évaluation pour un bon sac à dos : un volume approprié à l'utilisation et un bon système de portage correspondant à votre taille.

37-28.jpg

Combien de temps partez-vous ?... 1 jour, un week-end, 1 petite semaine, 2 semaines, 1 mois... plus la durée est longue, plus il vous faudra d'articles dans le sac, et si votre activité est très spécifique, comme une grosse course d'altitude, la quantité de matériel en sera également augmentée. Au delà de 2 semaines, le volume de marchandises (on entend par marchandise tout ce qui doit se trouver dans le sac) qu'il vous faudra emporter n'augmente plus, il y a saturation, c'est votre organisation qui devra changer...Exemple, si pour un minitrip de 5 jours vous prenez 1 paire de chaussettes propres pour chaque journée de marche, imaginez vous prendre pour 1 mois de rando 30 paires !!!...? Bien sûr que non, votre organisation vous incitera à faire vos lessives.

38-25.jpg

Le piège des sacs à dos de gros volume, c'est de trop les remplir et par conséquence... trop lourds. Le poids est le premier ennemi du randonneur. L'idéal serait d'avoir 3 sacs, un petit, un moyen et un gros...investissement plus qu'honorable... Pour un début, choisissez un sac polyvalent. Certains modèles de chez Lowe Alpine (http://www.lowealpine.com/choose-your-pack) sont extensibles, un 60 litres peut devenir un 75 litres par extension de la coiffe supérieure.

Pour la rando de la journée ou au maximum du week-end, un sac à dos d'un litrage compris entre 35 et 45 litres sera un bon choix.

Pour une randonnée d'une semaine en montagne, choisir un sac compris entre 55 et 65 litres.

Pour tout trek, expédition, ou grosse randonnée, votre choix devra s'orienter vers des sacs d'une capacité supérieure à 65 litres ou vers un "kitbag" si vous avez des porteurs + un sac de 45 litres pour les affaires de la journée.

39-23.jpg

Pour les raids à ski, activité d'alpinisme, escalade, ne pas choisir un sac supérieur à 60 litres, ceci pour ne pas gêner les mouvements requis par l'activité.

Où allez-vous ? Que faites-vous ? Qui êtes-vous ? Comment partez-vous ...? Avec des porteurs, en avion, en voiture, à pied, en vélo, ...En montagne, dans le grand nord, trekker au Népal... le marché se spécialise de plus en plus. Les sacs à dos n'échappent pas à cette règle.

40-22.jpg

Plusieurs familles de sacs sont disponibles. Chacune de ces catégories correspond à un type de voyage bien précis. Logement sous tente, en refuge, voyage en autonomie totale ou pas... ces facteurs influenceront également le litrage :

Les sacs de trekking, d'une capacité très généreuse, 70 litres et plus, de grosses poches sur les côtés et un système de réglage comme de portage bien étudiés. Destinés à ceux qui partiront plusieurs semaines à la découverte d'une région, d'un pays, ils sont prévus pour porter sa maison sur le dos. Un entraînement sérieux au portage est indispensable pour voyager avec ce type de sac, qui rempli, représente souvent un poids supérieur à 20 Kg.

41-22.jpg

Les sacs de randonnées, d'une contenance comprise entre 55 et 70 litres sont : d'une forme souvent large ou "boule". Destinés à tous ceux qui parcourent les G.R., les grandes randonnées et chemins balisés, en plaine comme en montagne de 1 à 2 semaines maximum. La forme large permet de ranger facilement tous ses effets et de " fouiller " d'une manière aisée. Le principal reproche que l'on pourra émettre vis à vis de ces sacs est leur manque de stabilité sur le dos et le non respect du centre de gravité du corps du à leurs formes. L'avantage ce sont ses larges poches latérales pour les objets à garder à portée de main comme la gourde ou l'appareil photos.

42-20.jpg

Les sacs de montagne, d'un volume variable entre 45 et 70 litres, sont d'une forme étroite et haute pour respecter au mieux le centre de gravité (la colonne vertébrale). Si ces sacs ont des poches, elles sont escamotables par un système de sangle de compression. Destinés à ceux qui pratiquent la montagne, l'alpinisme, le ski de randonnée ou la randonnée en terrain difficile. La forme étroite de ces sacs impose méthode et ordre pour ranger ses effets. Le confort et la stabilité sont exceptionnels, la répartition des charges ramène tout vers les hanches et la robustesse de ces sacs est supérieure aux autres catégories. Polyvalent, rando montagne, il sera vite limité pour toute expédition d'envergure de par sa forme étroite et sa limite de chargement, de préférence inférieure à 18 Kg. Remplir plus ce type de sac ferait perdre les principales caractéristiques pour lesquelles ils ont été conçus. Les accessoires et les possibilités de réglage sont sur ce type de sac plus limités afin de gagner du poids.

43-18.jpg

Les sacs de VTT ou de vélo, d'un litrage de 25 ou 35 litres ont un harnais bien conçu, un dos souple et anatomique, pour bien faire corps avec le dos, il suivra le moindre de vos mouvements. Inutile de prévoir un volume plus grand, cela vous gênerait et provoquerait après quelques heures des maux de dos, dus à la position que l'on adopte en général sur un vélo. Destinés à ceux qui voyagent à la journée ou en complément aux fontes. Le choisir sans armature interne et avec poche pour réservoir souple à eau.

44-19.jpg

Les sacs spécifiques "Lady", d'un litrage ne dépassant que très rarement les 55 litres ils sont destinés aux femmes de petit gabarit ou aux enfants. Par rapport à un modèle normal, la ceinture abdominale est plus échancrée vers le bas, les bretelles sont conçues de manière à bien libérer la poitrine, le dos est souvent plus court que sur un modèle mixte. On retrouve principalement ces sacs dans les catégories randonnée, montagne, et day pack.

45-18.jpg

Les sacs de raid, d'un litrage avoisinant les 35 à 45 litres, ils seront destinés à ceux qui ont fait de la randonnée un sport de contre la montre, exigeant sur le plan physique comme au Raid Gauloise. Le raid est devenu un sport à part entière et lui aussi possède son modèle de sac. Sans armature, près du corps et très léger, 1 Kg pour les plus lourds, ils possèdent de très nombreuses poches bien agencées et d'un accès facile. Réparties sur le sac, elles sont en filet et fermées par un élastique. La plupart des sacs de raid, en remplacement de la traditionnelle gourde de randonnée et pour gagner de précieuses minutes, possèdent dans le dos une poche à eau d'une contenance de +- 1.5 L, un tuyau revient sur l'une des bretelles et permet au porteur de boire sans devoir retirer le sac. Le but est de s'hydrater régulièrement et à petites doses. Il suffit d'attraper la pipette et de téter comme à un biberon. Ces sacs conviendront à de multiples activités, raid, rando, V.T.T., ...pour autant que l'on ne parte pas trop longtemps ou que l'on possède une assistance pour porter le reste des bagages. Le principe de la gourde souple peut être adapté aux autres types de sacs. Prudence, cette dernière n'est jamais qu'une poche de plastique souple, donc fragile.

46-17.jpg

Les sacs à dos de voyages, entre 60 et 80 litres, s'apparentent aux sacs de trekking. La différence est leur forme rectangulaire et leur harnais de portage escamotable. Ce type de sac très pratique pour ceux qui sont plus souvent entre 2 avions que sur les sentiers, sera destiné au voyageur qui opte plus pour un voyage découverte où les transports en commun sont souvent de mise. Le problème d'un sac à dos, c'est dans les aéroports. Les bretelles et attaches de plastique se coincent et cassent fréquemment sur les tapis roulants. Les sacs à dos de voyage ont la possibilité d'escamoter leur harnais par un rabat zippé qui recouvre ce dernier. Une bandoulière permet de le porter comme un sac traditionnel. Ce n'est pas parce que le système de portage est escamotable que celui-ci est de mauvaise qualité. Ils bénéficient des mêmes caractéristiques que les autres types de sac de même volume.

Pour ceux d'entre vous qui voyagent en avion avec un sac normal, vous pouvez éviter de retrouver votre harnais de portage déchiré en rangeant votre bagage dans un " kitbag " fermé.

47-17.jpg

Les sacs de ballades et de week-end, également appelés " Day Pack ", sont inférieurs à 40 litres. Ils ont un système de portage simple et sont non réglables, ils seront destinés aux randonnées à la journée. Choisissez-le de préférence d'une capacité supérieure à 30 litres pour pouvoir y ranger au moins : la Gore Tex et la polaire et le cas échéans, pouvoir également l'utiliser sur une balade de 2 jours. Il existe des modèles qui commencent à 15 litres. Ces sacs seront destinés aux enfants. Regardez bien à l'offre et au choix dans cette catégorie, pour un même litrage il existe des qualités de dos et de portage très différentes... mais le prix sera lui aussi très différent.

48-17.jpg

Les sacs porte-Bébés... et oui, cela existe aussi. Ils permettent d'emmener votre enfant de moins de 2 ans sur le dos. Le Bébé est souvent moins lourd que votre sac classique rempli pour la semaine. Laissez votre épouse porter ce dernier. Les systèmes de portage de ce type de sac sont aussi bons que pour les sacs de grand raid.

49-16.jpg

Les systèmes de portage... Chaque marque possède son propre système. Reportez-vous aux catalogues des fabricants pour plus d'informations. Pour un dos et un système de portage correct, évitez les sacs à dos bon marché. Ces derniers fabriqués en Taillande, Chine ou autres pays sous-développés, ne bénéficient pas de recherches ou de tests terrains comme c'est le cas avec de grandes marques. Les dos de ces sacs bon marché sont souvent copiés mais jamais égalés. N'oubliez pas que la colonne vertébrale de l'être humain n'est pas prévue pour porter des charges lourdes à longs termes, que cette colonne est fragile et protège une grande partie de notre système nerveux. Le choix d'un bon sac à dos est obligatoire. Qui veut aller loin et longtemps, ménage son dos !

50

On trouvera 2 types de dos, les souples et les rigides. Les dos de sacs souples offrent l'avantage d'un grand confort mais la répartition vers les hanches des charges sera moins évidente. Les rigides, seront un peu plus austères et moins confortables au premier abord, mais à longs termes leur excellente répartition de charges sera bénéfique pour le dos. Parmi les meilleurs dos du marché, on peut citer le système APS de Lowe Alpine qui n'a plus besoin de faire ses preuves dans le milieu de la montagne. Les dos de la marque Lafuma plus souples que ceux de Lowe sont d'un grand confort et d'une bonne ventilation. La marque Millet bénéficie depuis peu de la recherche de Lafuma en la matière. Au delà de 50 litres,les sacs sont munis d'une armature interne. Ne retirez pas cette dernière, elle sert à donner la forme au sac, à le maintenir correctement sur le dos et à ramener le poids vers les hanches du porteur. Si l'armature est retirée, tout le poids du sac se prendrait dans les épaules, un peu comme si vous portiez un baluchon. Les armatures peuvent êtres retirées pour permettre le lavage du sac.

Comment remplir et régler votre sac à dos... Fort d'une expérience unanimement reconnue, Lowe conçoit les meilleurs systèmes de portage. Mais même un excellent sac ne peut pas tout : il ne se porte vraiment bien que s'il est rempli correctement. Réfléchissez à l'organisation générale de votre sac avant de commencer à le remplir. Donnez à votre sac un profil plat, plutôt que rond. Placez le plus lourd directement à plat contre le dos, vers les 2/3 de la hauteur, au centre. Entourez avec le plus léger. Remplissez bien, puis serrez les sangles de compression pour rendre la charge encore plus plate et compacte. Séparez la tente: à l'intérieur, contre le dos et les arceaux à l'extérieur, sous les sangles de compression.

51-15.jpg

52.png

Le sac de couchage craint l'humidité, rangez-le dans la poche du bas de votre sac, dans le haut du sac on retrouvera la nourriture, l'éventuelle corde, et les vêtements de la journée. Vous organiserez les poches pour qu'elles contiennent la plupart des accessoires, couteaux, gourdes, lampe frontale, boussole, réchaud, carte et topo guide, etc... Sous le rabat supérieur se trouve souvent une petite poche zipée, servez-vous de cette poche pour y ranger votre portefeuille et vos clefs. Pour la facilité de rangement, d'agencement et de protection contre l'infiltration d'eau, on trouve dans le commerce des sacs Nylon de grandeurs et de couleurs différentes, ils vous permettront de faire des paquets par thèmes. De plus, ces sacs seront un complément d'étanchéité et protégeront vos affaires contre la saleté ou les petites bêbêtes. Malgré toutes les promesses des fabricants, un sac à dos n'est jamais totalement étanche. L'eau arrive toujours à rentrer par une tirette mal fermée, les coutures ou par un petit trou dans le tissu. Des sacs plastiques de congélation seront tout aussi idéals que des sacs Nylon.

Un petit truc pour définir le poids idéal de votre sac: divisez votre propre masse par 4... la valeur obtenue devrait être la charge maximum à ne pas dépasser pour rester avec un sac plutôt confortable. Cette valeur reste à relativiser en fonction de votre expérience, gabarit, sexe...20 Kg est souvent la limite "confort / inconfort ".

Pour régler le sac correctement, la première phase consiste à définir l'écart entre la ceinture et le harnais (réglage de hauteur). Chargez le sac à +- 10 Kg, relâchez toutes les sangles, placez et serrez la ceinture abdominale sur les hanches, le point de départ des bretelles ( là où elles sont attachées au sac ) doit se situer un rien plus bas que la ligne horizontale formée par les 2 épaules, ( sur le haut des omoplates ). Il est normal qu'une fois le sac rempli à 20 kg ce point de réglage descende un peu.

La ceinture abdominale est le support principal entre vous et le sac. Il est important que celle-ci soit bien rembourée, placée et serrée correctement sur les hanches ( entre le nombril et le pubis ). Si votre sac est réglé et porté convenablement, c'est plus de 70% du poids du sac qui transitera via cette zone, les épaules ne devront supporter que les 30 autres %.

La petite sangle de poitrine sert à stabiliser les bretelles, elle empêche ces dernières de glisser des épaules pour les personnes qui ont la carrure faible. Cette sangle évitera également les petits frottements (gauche droite) des bretelles, occasionnés par la démarche du randonneur, surtout utile lorsque l'on marche en débardeur. Placez cette sangle un peu plus haut que le sternum, pour les filles...sur le dessus de la poitrine.

Le sac est chargé et prêt au départ : relachez les sangles de portage, enfilez votre sac, placez la ceinture abdominale et serrez la correctement afin de sentir qu'une grande partie du poids du sac est soutenue par votre bassin. Resserez les sangles des bretelles ( à gauche et à droite ) jusqu'au moment où le sac se trouve plaqué contre le dos et maintenu stable. Sur le haut des bretelles et sur les 2 côtés de la ceinture vous trouverez de petites sangles appelées " rappel de charge ", ajustez ces dernières. Celles du bas permettent déviter le balotement gauche droite du sac lors de la marche. Les rappels de charge du haut permettent de déplacer le centre de gravité du sac en venant l'écraser contre le haut du dos. Moins de confort mais beaucoup plus de stabilité ... ces sangles seront utiles dans des passages difficiles ou des descentes techniques. En usage normal ne les serrez qu'un minimum.

Les accessoires...courants que l'on trouve sur les sacs sont ...des sangles pour fixer sur la poche du bas, le matelas mousse. 1 ou 2 porte piolets. Sur le côté, on retrouve parfois un système qui permet de porter les skis et sur le haut du sac des attaches sont prévues pour recevoir des sangles supplémentaires pour fixer la tente si cette dernière ne peut être rangée à l'intérieur du sac.

Sur certains modèles on retrouve une poche frontale élastique en filet, très facile d'accès, elle contiendra par exemple la veste coupe pluie. Ces poches en filet peuvent se trouver sur le côté, lieu de rangement idéal pour les barres énergétiques...

Certaines marques comme Decathlon proposent sur ses sacs d'astucieuses poches sur la ceinture abdominale, elles pourront contenir un canif et de l'argent.

Parmi les accessoires présents et très utiles sur un sac, on peut retenir les poignées... fixées sur les bretelles, elles servent à rappeler la charge du sac ou à le repositionner correctement sur le dos. Elles seront utiles également comme repose poignets pour détendre les avant-bras.

La housse de pluie (sorte de KW pour le sac) sera un complément pour aider à l'étanchéité. Cela reste une protection moins efficace que la grande cape de pluie. Le mieux est de prévoir l'inondation dans le sac en emballant toutes vos affaires dans des sacs plastiques.

Sur des modèles de sacs spécifiques on peut trouver : une poche pour recevoir une gourde souple munie d'un tuyau, une poche porte-pelles et sonde à neige, des porte-raquettes, des porte-bâtons de marche, des air bags...et oui...pour les avalanches, il parait que cela marche pour rester en surface.

On peut acquérir séparément des poches de côté, des poignées, des sangles et des attaches plastiques de remplacement, des petits sacs en Nylon pour ranger vos effets dans le sac et des housses pour le transport en avion.

Protection contre les pick-pockets et la pluie : Les housses de pluie serons déja disuasive, mais il existe également des housse pour sacs à dos en forme de filet en filins d'acier souples, protégeant le contenu de votre sac à dos au moyen d'un petit cadenas.

Entretien... Si vous rentrez avec un sac vraiment dégueulasse, vous pourrez toujours utiliser le tuyau d'arrosage pour dégrossir la saleté. Retirez les armatures internes, mettre ce dernier à la machine à lessiver à 35 ° maximum, utilisez un bon savon voir même un détachant.

A la sortie laissez sécher quelques jours et réimperméabilisez à l'aide d'une bombe. D'une manière générale le mieux est, lorsque l'on rentre d'expédition de laisser sécher le sac et de le brosser, mais parfois la machine à lessiver est salvatrice.

Médecine, randonnée et sac à dos

Pour mieux comprendre le problème du sac à dos, il serait bon de remplacer ce mot composé par un autre plus adapté et qui serait "sac à hanches". La colonne doit être comparée à un mât qui serait planté à l'arrière du bassin.

1) Les besoins

Ne porter que ce qui est indispensable, le poids est l'ennemi du dos des randonneurs. Le contenu du sac doit correspondre à la durée de portage : journée, deux à trois jours et au-delà. Il doit aussi tenir compte du matériel à emporter en fonction de la difficulté : ballade, randonnée simple, randonnée longue ou en haute montagne, conditions atmosphériques, possibilités de ravitaillement.

A titre indicatif le poids idéal d'un sac ne doit pas dépasser 10 % du poids corporel. Penser à la résistivité, à l'imperméabilité, à la technicité, à la fonctionnalité de votre sac.

2) Les contraintes

  • Le sexe et l'âge : même s'ils sont encore rares, les sacs conçus pour les femmes existent, et ceci semble important à privilégier. L'anatomie au niveau des épaules, du bassin, les contraintes possibles au niveau du rachis sont sexe-dépendantes. L'âge est un critère essentiel, le sac des enfants ne doit pas pouvoir permettre de portage important. Là aussi, plus on se rapproche de l'adolescence et plus les paramètres vont se confondre après ceux d'adultes du même sexe.
  • La morphologie du corps humain pousse à une répartition des charges différentes de celle communément admise. On porte le poids principalement au niveau de ses hanches, et il est important d'avoir un sac épousant plus haut la forme de la colonne dorsale avec un rappel de charges.
  • Une personne présentant dans la vie quotidienne " un mal de dos " doit consulter afin d'obtenir un diagnostic précis. Car, hormis une lésion discale ou vertébrale majeure, rien ne contre-indique formellement la randonnée avec un sac à dos adapté.

3) Le choix

Il doit englober tout ce qui est mentionné ci-dessous :

  • Le volume : étalonnés souvent de 10 litres en 10 litres. Retenons, en dessous de 30 litres le sac est léger, entre 30 et 50 litres charges moyennes, au-delà suivant sa force et son dos, car portage lourd.
  • Le plus possible choisir un sac avec une poche à eau intégrée et pipette facile d'accès.
  • Sangles stabilisatrices au bassin au niveau de la taille pour les hommes, au niveau des hanches pour les femmes. Sangle de poitrine, rappels de charge au niveau des épaules, sangle de compression pour diminuer le volume du sac.
  • Dos du sac confortable en mousse, réglable et permettant l'évacuation de la transpiration.
  • Bretelles et ceintures : larges aérées, ergonomiques, doublées.
  • Poids du sac à vide.

4) La prévention

Le choix de son sac étant bon il ne faut pas pour autant oublier les éléments suivants :

  • Un entraînement physique régulier et progressif.
  • Le renforcement des muscles para vertébraux, des abdominaux, sans négliger les transverses et les obliques, permet d'acquérir et de maintenir la bonne statique du bassin (schémas).
  • L'hydratation avant, pendant et après l'effort.
  • Le remplissage du sac doit être minutieux, il répond à des règles précises. Prenez l'avis d'un randonneur confirmé ou d'un vendeur spécialisé.
  • Bâtons de marche télescopiques assurant une stabilité du randonneur en tout terrain et surtout en descente.
  • Echauffement musculaire avant le départ.
  • Pauses régulières et étirements des muscles sans oublier ceux de la ceinture scapulaire et de la nuque.
  • Juste après l'arrivée, pratiquer une séance de stretching, associée à la boisson, ceci est primordial pour la récupération.

5) Les principales pathologies

Nous ne citerons que les principales pathologies auxquelles vous pourrez- vous reporter sur des sites spécialisés ou des revues médicales.
- Troubles statiques rachidiens de l'enfant sportif : scoliose vraie, maladie de Scheuermann
- Lombalgie, sciatique et sport
- Dérangements intervertébral mineur (D.IM)
- Spondylolyse, Spondylolisthésis
- Pathologie Sacro-iliaque
- Coccygodynie
- Accidents musculaires
- Crampes, courbatures, contractures
- Lombarthrose
- Ostéoporose
- Tassements vertébraux
- Spondylarthrite ankylosante

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×