Les recettes : Pêches du jour et cueillettes (1)

1-264.jpg 

Soupe de poisson

4 portions

Voilà une bonne façon de cuisiner à l'improviste une portion d'un gros brochet pêché dans la journée. Les ingrédients qui composent cette soupe peuvent tous être secs et ne prendre qu'une place infime dans la trousse des bases à emporter lors d'une expédition sur l'eau ou à proximité.

  • 1 prise du jour
  • 30 ml (2 cuillères à soupe) de beurre, huile ou ghee
  • 1 oignon
  • 1 gousse d'ail
  • 1 carotte en dés ou en fines rondelles (si disponible)
  • 1 litre (4 tasses) d'eau
  • 1 pomme de terre fraîche ou en flocons (40 g)
  • 5 ml (1 cuillère à thé) de graines de fenouil
  • Gros sel
  • Poivre
  • 5 ml (1 cuillère à thé) de livèche ou persil séché

Au camp :

  1. Découper le brochet en filets et prendre soin d'enlever le plus d'arêtes possible, y compris celles plantées transversalement.
  2. Réhydrater l'oignon ou la carotte, s'il y a lieu.
  3. Dans une casserole, faire chauffer l'huile ou le beurre et y colorer l'oignon et l'ail en remuant fréquemment. Ajouter la carotte, puis l'eau et la pomme de terre fraîche découpée en petits dés ou les flocons de pomme de terre, le poisson, le fenouil, le gros sel, le poivre et la livèche ou le persil séché. Porter à ébullition, écumer au besoin, puis baisser le feu et couvrir 20 minutes, le temps que se marient bien tous les ingrédients.
  4. Défaire le poisson en morceaux et servir.

2-243.jpg

Ne pas confondre fenouil et aneth

Les deux plantes font partie de la même famille et se ressemblent extérieurement. L'aneth, toutefois, ne possède pas de base renflée comestible comme le fenouil.

Les usages médicinaux du fenouil nous viennent des médecins de la Grèce antique. Les Égyptiens les connaissaient probablement avant eux. Ces usages furent repris par les Romains, qui les répandirent en Europe. Les peuples arabes firent de même au Moyen-Orient, puis en Asie. La médecine ayurvédique en Inde et la Médecine traditionnelle chinoise ont également intégré la plante et ses usages classiques dans leurs pharmacopées officielles.

Traditionnellement, le miel de fenouil était recommandé pour traiter les infections des voies respiratoires chez les enfants. À l'origine, ce miel était tiré de ruches disposées dans des champs de fenouil. De nos jours, la préparation est habituellement composée de miel ordinaire auquel on ajoute de l'huile essentielle.

À travers les âges et dans presque toutes les cultures, les humains ont su mettre à profit la saveur et les propriétés apéritives, digestives et carminatives des graines de fenouil. On les utilise dans la préparation de boissons, de desserts et de friandises de toutes sortes. Les graines sont depuis toujours un assaisonnement de choix pour le poisson. On consomme également le feuillage et la partie renflée de la tige (appelée à tort « bulbe »).

La livèche, ou ache des montagnes, (Levisticum officinale, W.D.J.Koch 1824) est une plante herbacée de la famille des Apiaceae, cultivée pour ses feuilles et ses graines utilisées comme condiments alimentaires.

Autres noms vernaculaires : lévistique officinale, céleri perpétuel, ache de montagne, seseli, angélique de montagne, herbe à Maggi.

La livèche ou leuştean en Roumanie est fréquemment utilisée dans la cuisine roumaine. Les feuilles ont un goût proche de celui de l'arôme liquide Maggi (d'où le nom d'herbe à Maggi). Pourtant cet arôme ne contient pas du tout de livèche.

Très utilisée en Bulgarie pour la préparation de différentes recettes d'agneau entier farci et rôti à la broche/au four, un des condiments principaux dans la drob-sarma (дроб сарма), une sorte de risotto aux abats d'agneau, et aussi pour assaisonner des soupes.

Les feuilles fraîches ou séchées, peuvent servir à aromatiser certaines préparations culinaires comme les ciorbă чорба, ou des ragoûts comme le ghiveci, гювеч…) et les graines sont utilisées pour parfumer les pâtisseries.

Les jeunes tiges peuvent être préparées en fruits confits comme celles de l'angélique.

La tige, creuse, peut être utilisée comme une paille originale (pour accompagner un bloody mary, par exemple).

Crème de bolets

4 portions

Le bolet est sans doute le champignon qui se prête le mieux à la confection des soupes. Fondant sous la dent, il donne tout son arôme à l'ensemble.

  • 1 litre (4 tasses) de bolets nettoyés, tranchés
  • 60 ml (1/4 tasse) de beurre ou ghee
  • 250 ml (1 tasse) de vin blanc ou 125 ml (1/2 tasse) de porto ou cognac
  • 500 ml (2 tasses) d'eau
  • 250 ml (1 tasse) de crème
  • Sel et poivre

Au camp :

  1. Bien nettoyer les champignons en grattant le pied et les surfaces souillées. Ne pas laver les champignons ! Les essuyer plutôt avec un papier absorbant.
  2. Faire fondre le beurre dans une casserole. Ajouter les bolets et les faire suer jusqu'à ce qu'ils soient bien tendres.
  3. Mouiller de vin blanc, ou d'un alcool arfumé dont on dispose. Ajouter l'eau. Porter à ébullition. Mettre aussitôt sur feu doux. Cuire 5 minutes. Ajouter de la crème. Saler et poivrer au goût. Laisser doucement réchauffer. Servir.

3-212.jpg

Le ghee, ou beurre clarifié, entre dans la composition de nombreux plats indiens. C’est un procédé de conservation ancestral. On fait chauffer le beurre et on attend que tout le petit lait soit grillé. Ainsi, il ne reste plus que la matière grasse, que l’on peut conserver pendant des mois dans un pot fermé, à température ambiante, même s’il fait très chaud. Autre avantage, contrairement au beurre, le ghee ne grille pas à la cuisson.

Le ghee est l’un des ingrédients phare de la cuisine ayurvédique : il a la réputation d’être bon pour la santé (en quantité raisonnable) et sert aussi de base à la préparation de certains médicaments.

Personnellement, j’aime beaucoup le ghee. Je l’utilise très largement, pour la cuisine française aussi. J’aime y faire cuire des légumes glacés ou une sole. Je trouve vraiment que le ghee donne un petit goût particulier et délicieux à n’importe quel plat ! On en trouve très facilement dans toutes les épiceries indiennes. Cependant, le ghee maison possède une saveur incomparable !

Reconnaître les champignons

Chapeau, lamelle, pied, chair, volve… Le champignon a des traits caractéristiques qu'il est important de connaître avant de se lancer : c'est grâce à eux que vous ferez la différence entre une coulemelle ou une lépiote déguenillée, par exemple. Pour cela, étudiez le schéma dans Comment identifier les champignons.
Une fois l'anatomie du champignon intégrée, munissez-vous de paniers et couteaux, et lancez-vous, en gardant à l'esprit quelques règles de bon sens.

Les champignons stars

Voici une sélection des champignons les plus faciles à rencontrer et à identifier, et les plus appréciés en cuisine. Vous les trouverez en forêt, en lisière des bois, dans les près… Chaque fiche vous en donne une description précise, vous indique où les trouver exactement et à quelle période – qui peut varier selon la région –  et vous avertit s'il a un "faux-frère" toxique.

Et si vous vous sentez une âme de chercheur passionné, partez à la recherche de 7 espèces étonnantes et comestibles.

Que faire des champignons ?

De bons plats bien sûr ! Pour cela, trouvez l'inspiration dans nos recettes à base de champignons. Et si votre cueillette a dépassé toutes vos espérances, que tous les repas d'ici Noël paraissent ne pas y suffire et que vous avez peur de faire une overdose… suivez nos méthodes de conversation des champignons.

LES BOLETS ET CEPES TOXIQUES OU A REJETER : http://mycologia34.canalblog.com/archives/2009/06/26/14210939.html

Poisson fumé au thé

4 portions en entrée

Originaire du sud de la Chine, cette recette facile s'improvise bien en cours de voyage, au hasard des prises.

  • 60 ml (1/4 tasse) de thé noir chinois
  • 45 ml (3 cuillères à soupe) de cassonade
  • 4 gousses d'ail, coupées en deux
  • 4 cm (1 po) de morceau de gingembre frais
  • Zeste d'une orange
  • 4 capsules de cardamome
  • 2 filets de poisson (nature ou mariné) d'environ 225 g (1/2 lb) chacun
  • Prévoir du papier d'aluminium et une petite grille ou une étuveuse en bambou à insérer dans un chaudron.

Au camp :

  1. Chemiser le fond d'une casserole de papier d'aluminium.
  2. Placer trois cailloux de taille égale dans la casserole. Mélanger les six premiers ingrédients et les déposer aussi dans la casserole. Déposer ensuite le poissn sur une grille ou sur une étuveuse en bambou au-dessus du mélange (entre 5 et 10 cm) en l'appuyant sur les cailloux. Couvrir et fumer le poisson à feu moyen pendant 15 à 30 minutes, ou jusqu'à ce qu'il soit coloré. Servir froid ou tiède.
  3. Le poisson se mange comme n'importe quel poisson fumé (en salade, sur bagel, …).

4-184.jpg

C’est bien la Chine et non l’Inde qui est le berceau du thé noir, mais dans l’empire du milieu, il est nommé thé rouge (Hong Cha, 红茶) en raison de la couleur de sa liqueur. Les premiers thés noirs apparaissent à la fin du 16ème siècle, avec le Lapsang Souchong.

Les thé noirs de Qimen ou Keemun.

Le thé noir de Chine le plus connu est sans doute le QiMen (appelé Keemun par les anglophones). Il est produit dans la province de l’Anhui. C’est un certain Hu Yuan Long qui en 1875, a manufacturé les premiers thés noirs de cette région.

Après avoir séjourné dans la province du Fujian où il apprend la technique de fabrication du thé vert, il revint dans sa ville natale de QiMen et entreprend de produire localement son propre thé qui devient rapidement connu. Aujourd’hui le QiMen est le seul thé noir à faire partie des 10 thés chinois les plus célèbres.

Le Yunnan Dian Hong.

Les premiers thés noirs du YunNan tels que nous les connaissons aujourd’hui sont ont été conçus dans les années 1930 par un homme du nom de Feng Shao Qiu. Exportés en Angleterre via Hong Kong. Ils ont été trés rapidement populaires, car la Reine Elizabeth les préféra aux thés noirs indiens consommés à l’époque.

Aujourd’hui, les thés noirs du YunNan tel le Yunnan Dian Hong Jin Hao sont des références en matiére de thés noirs.

L’autre célèbre thé du YunNan, le PuEr, fait partie d’une autre famille de thé : les thés post-fermentés.

Le Bai Ling Gong Fu : un thé noir à découvrir.

Le thé noir Bai Ling Gong Fu est produit dans la province cotière du Fujian, au sud-est de la Chine . Il est mentionné pour la première fois en 1851 dans « L'Histoire de Wuyi », de Dong Tiangong. Avant l’invasion de la Chine par le Japon, ce thé noir était déjà exporté vers la Russie et la Grande-Bretagne.

La reine d'Angleterre aurait envoyé une lettre aux autorités du district de Bailin, faisant l'éloge de leur thé noir.

1606, le thé noir arrive en Europe.

Au tout début du 17 ème siècle, un navire hollandais de la Dutch East Company rapporte pour la première fois du thé en Europe. Il s’agit de thé noir, était-ce du thé vert qui a fermenté pendant le voyage ?

Le thé noir et les Anglais : une histoire d’amour !

S’il est bien connu que le thé noir fait partie de la culture anglaise au même titre que le thé vert en Chine, l’on sait moins que ce sont les portugais qui le font découvrir aux sujets de sa majesté. En effet, en 1662, lorsque la princesse Catherine Henriette de Bragance épouse le Roi Charles II, elle arrive en Angleterre avec plusieurs caisses de thé noir chinois et introduit cette merveilleuse boisson au palais de Buckingham.

Depuis ce temps, le thé noir est un élément essentiel de la vie des britanniques et l’on dit que la première chose que la Reine d'Angleterre fait chaque jour est de boire une tasse de thé noir.
Mettre une image

En 1840, la duchesse Anna Telford a introduit l'idée de boire le thé l'après-midi.
Comme le prix du thé noir est devenu plus abordable, boire une tasse de thé le matin et l'après-midi devint rapidement très populaire à tous les niveaux de la société britannique.

Le Les bienfaits du thé noir.

Les thés noirs sont des thés entièrement oxydés. La majorité des polyphénols antioxydants (les catéchines) sont oxydés et polymérisés en théaflavines et théarubines qui ont également des vertus médicinales très intéressantes comme un effet anti mauvais cholestérol et une réduction des réactions allergiques cutanées.

La cardamome est la reine des épices. C’est une épice assez chère, juste après le safran et la vanille. Le nom latin de la cardamome est Elettaria Cardomumum. C’est une herbe de la famille des zingibéracées. Elle est originaire du sud de l’Inde et du Sri Lanka où elle est utilisée depuis plusieurs millénaires. Aujourd’hui elle est très répandue dans le monde, au Guatemala et au Vietnam par exemple.

Les fruits de la cardamome mûrissent entre septembre et décembre et on récolte les capsules avant qu’elles ne s’ouvrent puis on les laissent sécher.

Dans la cuisine les cardamomes sont utilisées aussi bien dans les plats salés, les plats sucrés et dans les boissons. Elle a sa place dans le curry et le garam massala et dans le riz. On en met dans les boissons comme le lassi, le charbat ou dans le thé et dans les desserts indiens (halwa, burfi, khir). Il existe plusieurs sortes de cardamome. La plus utilisée en Inde est la cardamome verte, mais la cardamome brune (qui est beaucoup plus grosse) est également utilisée dans les plats salés. La cardamome blanche est une cardamome verte qui a été décolorée. Il existe aussi la cardamome jaune de Tanzanie.

En hindi on appelle la cardamome « elaichi ». C’est une épice commune dans toutes les maisons malgré son prix. Elle entre aussi dans la composition du « pan » qui est une préparation avec une feuille de bétel, de la confiture de rose, des noix d’arec, qu’on mange en Inde pour la digestion. Comme les graines dégagent une odeur forte mais agréable quand on les écrase, elles sont aussi utilisées contre la mauvaise haleine.

Poisson fumé au bran de scie d'érable

4 portions

  • 900 g (près de 2 lb) de filets de poisson fraîchement pêché (truite mouchetée, arc-en-ciel ou grise)
  • Sel
  • Sucre
  • Papier aluminium
  • 125 g (1/2 tasse) de bran de scie d'érable (préparée à la maison) ou d'autres essences sur place.

bran de scie = sciure de bois

Prévoir une petite grille ou une étuveuse en bambou à insérer dans un chaudron.

Au camp :

  1. Découper le poisson en filets. Le faire mariner dans un mélange moitié sucre et moitié sel durant une nuit si possible, sinon le temps dont on dispose.
  2. Chemiser le fond d'une casserole de papier d'aluminium. Y déposer le bran de scie et trois cailloux de taille égale, sur lesquels on déposera une grille. Placer les filets sur cette grille. Couvrir et fumer le poisson de 12 à 15 minutes à feu moyen. Servir tiède ou froid.

5-158.jpg

"On trouvait facilement des poissons au printemps. La glace sur le lac ne causait plus de problème. La truite grise est grasse et bonne à manger. Il faut en prendre pour rester en forme.".

Chroniques de chasse d'un Montagnais de Mingan, Mathieu Mestokosho; propos recueillis par Serge Bouchard en 1977.

 

Filets de poisson amandine

Cette préparation plutôt simple et rapide convient bien aux poissons à chair blanche. Elle rehausse leur goût subtil d'amande sans pour autant l'imposer.

  • Prises du jour (achigan, doré, corégone, brochet, touladi)
  • 60 ml (1/4 tasse) de farine
  • 15 ml (1 cuillère à soupe) de beurre ou ghee
  • 1 échalote grise
  • Gros sel de mer
  • Poivre
  • 60 ml (1/4 tasse) d'amandes émincées, cajous ou autres noix hachés
  • 45 ml (3 cuillères à soupe) de vin blanc (facultatif)

Au camp :

  1. Découper le ou les poissons en beaux filets en prenant soin d'éliminer le plus d'arêtes possible. Rincer les filets, égoutter. Au besoin, éponger les filest avant de les fariner des deux côtés.
  2. Dans une poêle, faire fondre le beurre ou le ghee. Quand il frémit, déposer les filets, puis l'échalote émincée. Sans tarder, assaisonner d'un peu de gros sel et de poivre. Saupoudrer de la moitié des amandes ou autres noix disponibles.
  3. Tourner les filets dès qu'ils sont colorés au-dessous. Assaisonner à nouveau légèrement et verser en pluie le reste des noix sur les filets. Si désiré, arroser d'un peu de vin blanc en fin de cuisson. Les filets sont prêts dès qu'ils cèdent sous les dents d'une fourchette.

6-134.jpg

7-118.jpg

Brochets en conserve

"La mise en conserve en forêt, en pleine nature, dans un décor odorant de sapinages et d'eau à perte de vue, est une occupation qui ne manque pas d'attraits. Elle offre une diversion, au moment où nous sommes fatigués de hâler du poisson à tour de bras, et houillés d'en manger. Si elle représente du travail, elle repose et nous change du reste, après une dizaine de jours de pérégrinations, par monts et par vaux. Nous commençons par mettre le brochet en filets, opération facile, à la condition de s'y connaître. On apprête ainsi n'importe quel poisson en cinq minutes ou moins, eût-il une verge de longueur. On lève les filets de chaque côté du corps, sans couper la tête, les nageoires ou la queue de l'animal, sans le vider de ses viscères, sans le gratter. Les filets obtenus, on les pose à plat sur une planche, un billot, une souche, puis on les sépare de peau et d'écailles, d'un coup de couteau. Dûment lavée, la chair fraîche, épaisse parfois de trois doigts, est emboîtée avec un morceau de lard ou de bacon, qui l'engraissera un peu, et une pincée de sel. On fait bouillir pendant quatre heures, à cause de l'altitude. Il importe de chauffer son eau au point d'ébullitoin, avant d'y plonger les boîtes remplies.

Quels résultats espérer ? Un plat de roi, ou peu s'en faut. Notons que le sel, une fois fondu, forme avec les sucs du poisson une honnête saumure, qui attendrit et peu à peu dissout les quelsques arrêtes restées dans la chair. Par suite de quatre heures de cuissn, celle-ci s'est comme allégée, offrant une texture qui ressemble à celle du filet de sole. On met à frire, avec ou sans chapelure, et neuf fois sur dix vos hôtes ne sauront deviner ce qu'ils savourent. Que les sceptiques fassent l'expérience et nous en donnent des nouvelles.".

Harry Bernard, Portages et routes d'eau en Haute-Mauriie, Editions du Bien Public, Les Trois-Rivières, 1953.

 

Salade de brochet

Si un gros brochet mord à l'hameçon et qu'on ne peut le manger le jour même, on le fera cuire au court bouillon pour le servir froid en salade le lendemain matin.

  • Brochet entier ou en filets
  • Thym, feuille de laurier, graines d'anis
  • Oignon
  • Câpres
  • Mayonnaise ou huile d'olive
  • Sel et poivre

Au camp :

  1. Dans une casserole, faire cuire le poisson dans de l'eau assaisonnée avec un bouquet d'herbes et un oignon coué en morceaux. Qu'il soit entier ou en filets, laisser la tête du poisson dans le bouillon pour donner du goût. Retirer du feu dès que le poisson est tendre et le réserver pour qu'il refroidisse. Si c'est possible, conserver le boillon pour en faire un fond de soupe pour une prochaine fois !
  2. Déplacer le poisson si ce n'est fait et retirer soigneusement les arêtes avant de l'émincer dans un grand bol.
  3. L'assaisonnement de la salade se fait avec les câpres, l'huile ou la mayonnaise au choix, du sel et du poivre.

8-116.jpg

9-102.jpg

L’anis vert, de son nom scientifique anisum officinarum, anisum vulgare ou encore pimpinella anisum, est connu dans les régions orientales de la Méditerranée depuis des millénaires. C'est une épice qui était déjà cultivée et utilisée en Égypte et en Grèce.

Pline l’ancien conseillait cette épice pour ses propriétés contre les insomnies, pour conserver sa jeunesse au visage et pour le bien-être général.

C’était aussi un aromate très employé en Chine et en Inde. Elle fait aujourd'hui encore partie du mélange "Pan Massala", des épices en graines, digestives, que servent les Indiens après le repas.

En France, Charlemagne, qui était féru d'épices, ordonna son usage dans tout l'empire.

A cette époque, la plante valait très chère et servait de cadeau pour les grandes personnalités comme les rois ou encore le Pape.

Au Moyen Age, c'est la confrérie des anysetiers qui détient le monopole de la précieuse graine, avec laquelle ils confectionnent des élixirs, des sirops et autres produits médicinaux.

Au 14ème siècle, Le Roi Anglais Edouard 1er reconnaît la graine comme une drogue, dont les marchands devaient payer de lourdes taxes pour continuer à en faire commerce.

On prête à la pimprenelle d’Égypte la vertu d'aider à la relaxation et la méditation. 

Pour savoir comment pêcher le brochet, il est utile de connaitre ses habitudes. Il est possible de choisir la pêche au vif, mais en tout cas, la technique consiste à utiliser un appât vivant. Par ailleurs, il faut tenir compte de la saison, car de cette dernière dépend aussi bien de la quantité que de la qualité de la prise.

Connaitre les habitudes du brochet pour l’attraper

On peut retrouver le Brochet un peu partout en Europe, dans le nord-ouest de l’Espagne et le sud de l’Italie, aux États-Unis et au Canada. Pour la France, la région propice est la moitié Nord du pays.

Son aspect physique est remarquable. Ce type de poisson est visible de par sa morphologie ainsi que de sa bouche qui peut facilement capturer les proies. Il a un profil qui le permet d’attaquer par surprise. Sa bouche est en forme de bec de canard, large, aplati et arrondi. L’ouverture est considérable et l’armement est impressionnant avec plus de 700 dents qui sont acérées et coupantes.

Certaines d’entre elles remplissent les mâchoires tandis que d’autres, moins nombreuses, sont très grosses et longues. Elles servent à immobiliser la proie. Pour diriger cette dernière vers le fond de la gorge et l’empêcher de ressortir, le brochet a recours à des dents fines et serrées en massif.

Il faut savoir que pour la pêche du brochet, il faut se rendre dans des eaux tranquilles avec des courants faibles ou stagnants. Il est également possible de les trouver dans les cours inférieurs des rivières, des canaux, des lacs et des étangs.

C’est en connaissant ses habitudes qu’on peut savoir comment pêcher le Brochet. Sachez qu’il vit surtout en cachette sous les herbiers ou les souches. Donc, dans les végétations ou dans l’obscurité du fond. Son territoire dépend généralement de sa taille et de la richesse des nourritures. Il choisit une zone où il peut se reposer et une autre lui permettant de chasser. De l’endroit où il chasse ou se dissimule, il détecte la proximité d’une proie à partir de sa vue, sa vibration et sa perception des signaux chimiques.

Le brochet ne se nourrit que quelques jours toutes les semaines, il consomme tous les jours un équivalent de 3 % de son poids. Il faut le repérer quand il sort de sa tanière pour aller à la chasse. Il faut être vigilant, car il peut approcher discrètement la proie. En effet, on a l’impression qu’il ne bouge pas étant donné que seules ses nageoires pectorales sont en mouvement. Il peut bondir à 30 cm, ou moins, avec une vitesse allant jusqu’à 50 km/h.

Saison et astuces

La pêche d’un brochet peut être fructueuse surtout durant la saison chaude. Toutefois, il faut tenir compte de la zone de pêche. Dans un étang par exemple, les brochets se trouvent dans les végétations alors que dans une rivière, on les retrouve notamment dans des endroits calmes. Quant aux lacs, il faut les pêcher à plus de 10 mètres de profondeur.

On peut pêcher à la traîne dans les lacs ou les grandes rivières, mais il faut connaitre les règlementations de la région. La législation de la pêche de la France permet par exemple une pêche en bateau avec un sondeur en simultanée.

La technique de la pêche au brochet au vif est efficace, mais il faut être méthodique. En effet, les cuillers tournantes doivent avoir une certaine taille pour pouvoir attraper cette espèce, notamment de nº 3 à 5. Quant au leurre du brochet, il doit mesurer plus de 10 cm. On peut aussi utiliser des cuillers tandem qui donnent des vibrations, la couleur fluo est très visible même si les eaux sont troublées et l’on repère facilement les poissons.

Pour plus d’efficacité, il faut avoir dans la boite à leurres des Mepps Syclops qui peuvent servir dans n’importe quelles zones. Le spinnerbait convient le plus aux endroits encombrés.  Il faut savoir que vers la fin de l’hiver, les eaux commencent à se réchauffer, le brochet sort des profondeurs et va se reproduire dans des frayères.

Vers fin Avril, affamé, il va à l’encontre des poissons blancs qui se regroupent pour la reproduction. C’est durant l’été donc que la pêche du Brochet peut être fructueuse étant donné qu’il quitte son repère pour la chasse. Il guette sa proie le long d’un courant, ou en aval d’un rocher, d’un arbre mort ou encore d’un gros herbier. Il regagne ensuite son poste. En automne, l’air devient frais et la température des eaux et de la végétation aquatique diminue. De ce fait, il ne reste plus que peu de poissons.

Les différentes techniques de pêche au brochet

Selon les pêcheurs, les régions et les règlementations, la technique de pêche au brochet peut varier. Il y en a plusieurs et les unes aussi efficaces que les autres. On peut ainsi trouver :

La pêche au vif en présentant un appât vivant. Il faut que la canne soit télescopique avec une puissance de 80 à 100 g et qu’elle ait une longueur d’au moins 3,5 m.  Tout vif convient généralement au brochet, mais il faut prendre toutefois le plus attractif pour un vrai résultat.

La pêche au poisson mort posé est de plus en plus utilisée. Généralement employé pour le Sandre, le brochet y mord aussi. La méthode est plus adaptée dans des lieux très fréquentés. Il faut utiliser l’esche à odeur forte comme les sardines ou maquereau.

La pêche au poisson mort manié constitue aussi une technique alternative. Toutefois, il est indispensable de bien choisir la monture réalisée et de créer une bonne animation afin d’attirer le poisson. Avec cette méthode, on a une ouverture au brochet, c’est-à-dire qu’on le cherche vraiment là où il se trouve entre deux eaux.

Il y en a encore d’autres comme la pêche aux leurres, à cuiller ou à la traine.

Truite mouchetée et autres poissons sur roches chaudes

"Arnatuinnaq cherche une pierre plate. Quand elle en a trouvé une, elle la saisit mais elle la trouve lourde à porter. Maatiusi l'aid. (…) Et il la porte jusqu'au foyer. Arnatuinnaq construit un grand foyer à côté de l'endroit où elle a préparé le thé. Elle enflamme ensuite le combustible sous la pierre plate dont le dessus devient tout brûlant. Elle y met alors de la graisse qui crépite et dégage de la vapeur, puis elle y pose un des poissons qu'elle a coué en tranches. En très peu de temps, les tranches de poissons sont cuites sur la pierre plate.".

Par Mitiarjuk Nappaaluk, tiré de son roman Sanaaq, écrit dans les années 1950.

10-99.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.