Rêves de péninsule

Quand on fait rêver à la simple évocation de son toponyme, on a tout intérêt à ne pas décevoir… Défi que la Gaspésie réussit haut la main. Une péninsule où la réalité des richesses à découvrir dépasse encore et toujours les rêves des aventuriers les plus exigeants. La poésie des paysages et l'accueil gaspésien en prime.

1 472

2 416

Sensations fortes et enneigement maximum au Mont-Pierre

Cette péninsule où a commencé l'aventure française en Amérique est aujourd'hui encore une terre d'explorateurs et de conquérants. Ils ne s'appellent pas Jacques Cartier, ils n'ont pas forcément traversé l'océan en bateau pour planter au nom du roi une croix dans la baie de Gaspé. Ils viennent en touriste visiter la "troisième plus belle destination au monde", selon la National Geographic Society, ou l'une des "cinquante destinations incontournables du globe", pour le National Geographic (octobre 2009). Et ils repartent sous le charme de la Gaspésie, avec le souvenir d'une région à l'accueil déroutant de sincérité, qui impressionne par sa mosaïque de paysages, de saveurs, de peuples, de cultures, d'histoires et d'événements… D'où l'idée fixe d'y retourner, peut-être pour en faire le tour par la route 132, un circuit désormais entré dans le mythe, ou pour découvrir le fameux Rocher Percé sous les traits d'une autre saison. L'hiver, par exemple ?

Mer d'aventures

Bercée par le golfe d'un côté, l'estuaire de l'autre, sillonnée par de nombreuses et tumultueuses rivières, cette excroissance de l'Amérique est aussi une véritable montagne dans la mer. Et une mer de montagnes. D'une superficie de 802 km², le parc national de la Gaspésie présente des sommets parmi les plus élevés de l'est du Canada (vingt-cinq de plus de 1.000 mètres), dont la deuxième plus haute montagne du Québec, le mont Jacques-Cartier, dont la toundra alpine évoque le Grand Nord. Dans ces espaces ciselés par les glaciers, la vie sauvage s'est épanouie sous le signe de la diversité. On y rencontre les derniers caribous peuplant le sud du fleuve Saint-Laurent. Les monts Chic-Chocs et McGerrigle traversent le parc, prêtant leurs silhouettes à cet environnement montagnard exceptionnel. Aussi tenace que généreux, l'enneigement fait du parc national de la Gaspésie un eldorado de l'or blanc : les fondeurs disposent de 23 km de sentiers tracés; les adeptes de ski nordique se lancent à l'assaut des monts Chic-Chocs sur 200 km de pistes balisées ponctuées de 14 refuges. Raquette (treize sentiers de 1,7 à 18 km), telemark et surf des neiges ne sont pas en reste et ce jusqu'à la fin avril. Le camping d'hiver est possible au mont Albert, où l'on trouve également une vingtaine de chalets dans le secteur du gîte éponyme (belle auberge quatre étoiles qui propose une fine cuisine). Une base de choix pour toutes les activités de randonnée et de glisse imaginables, sans remontées mécaniques toutefois. Bonne condition physique exigée !

Une auberge pas comme les autres

Le grand confort en parfaite harmonie avec la montagne sauvage, en plein cœur d'une réserve faunique et d'un terrain de jeux hivernal de quelque 60 km². C'est l'expérience (inédite dans l'est du Canada) que propose depuis plusieurs années l'Auberge de montagne des Chic-Chocs à ses hôtes. La sérénité et l'intimité de ces derniers sont assurées par un petit nombre de chambres (18 seulement), ainsi que par les soins prodigués par l'aubergiste et son équipe, bien‑être au spa et plaisirs de la table en tête. Le cadre exceptionnel et l'éventail d'activités et de rencontres avec la faune possibles achèvent de rendre le séjour forcément inoubliable. Une réussite récemment saluée par le quotidien britannique The Guardian, qui a placé l'auberge en 4ème position de son "Ten Top Eco Ski Lodges and Hotels" (2 mars 2010). Un gage d'exception.

Auberge de montagne des Chics-Chocs, 10, rue Notre-Dame (route 132), Cap-Chat. Tél. (Canada) : 1 800 665-3091

www.sepaq.com/ct/amc

3 332

4 286

Corps à corps avec l'hiver sur le domaine de l'Auberge de montagne des Chics-Chocs; l'un des hébergement du Gîte du Mont-Albert, dans le parc national de la Gaspésie; motoneige face au célèbre Rocher Percé

 

5 252

Pause en raquette au parc national du Canada Forillon

 

A l'extrémité de la péninsule, la chaîne des Appalaches tire sa révérence pour laisser place au règne marin

 

La fin des Appalaches

A l'extrémité de la péninsule, la chaîne des Appalaches tire sa révérence pour laisser place au règne marin. Devenue parc national du Canada afin de préserver la beauté sauvage de son littoral, la pointe de Forillon marque cette dernière envolée de panoramas : 244 km² de montagnes et de falaises se jetant dans la mer. On débusquera en ski de fond, en ski nordique, en raquettes ou à la faveur d'une randonnée en traîneau à chiens quelques jolis éléments de patrimoine maritime – ici un phare, là une maison historique -, retraçant la longue histoire des pêcheurs et des navigateurs qui peuplèrent ce "bout des terres". Camping hivernal possible et des relais chauffés disponibles sur le sentier de Petit-Gaspé et celui du Portage. Le sens de l'accueil jusqu'au bout du monde.

6 206

Près de la ville de Gaspé, le Cap-des-Rosiers dans ses habits d'hiver

Plus d'infos :

Tourisme Gaspésie, 357, route de la Mer, Sainte-Flavie. Tél. : (418) 775-2223

www.tourisme-gaspesie.com

7 179

Le Québec Maritime

www.quebecmaritime.ca

8 171

Parc national de la Gaspésie, 1981, route du Parc, Sainte-Anne-des-Monts. Tél. : (418) 763-7494

www.sepaq.com/pq/gas/

9 151

Parc national du Canada Forillon, 122, boulevard Gaspé, Gaspé. Tél. : (418) 368-5505

www.pc.gc.ca

10 139

 

11 121

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×