Le Warren Anatomical Museum à Boston

Warren anatomical museum harvard boston mus

Une collection insolite de curiosités médicales et de bizarreries anatomiques.

« Mortui vivos Docent, les morts enseignent aux vivants » disait le docteur Collins Warren. Comme beaucoup de ses pairs de l’époque, ce médecin savant a collectionné toute sa vie des spécimens anatomiques et pathologiques pour l’aider dans ses recherches. Des squelettes de fœtus siamois, des bouts de rein en bocal, le premier masque à éther, bref plus de 13000 pièces uniques, exposées au Warren Anatomical Museum de la Countway Library of Medicine. Une fois n’est pas coutume, vous vous souviendrez de cette visite médicale.

Naissance du musée d’Anatomie d’Harvard

Fils de l’un des chirurgiens fondateurs de l’école de médecine d’Harvard, John Collins Warren était sûrement prédestiné dans le domaine.

D’abord professeur d’anatomie dans l’école créée par son père, il y est ensuite devenu Professeur Émérite et Dean, avant de lancer le New England Journal of Medicine, de devenir chirurgien au Massachussetts General Hospital et d’y réaliser en public la première démonstration d’anesthésie sous éther. A la fin de sa carrière, il a légué à Harvard sa collection de bizarreries anatomiques ou pathologiques, accumulées pendant près de 50 ans.

A l’intérieur du musée

Le « musée », plus qu’une simple présentation d’objets, est situé dans la librairie de l’école de Médecine d’Harvard. La collection abrite des centaines de pièces, notamment des préparations, des modèles d’anatomie en cire ou papier mâché, des photographies, des gravures, des dessins ou des peintures, des instruments médicaux, des machines, et bien d’autres souvenirs (comme des fœtus siamois, des crânes infestés de diverses maladies ou des morceaux de corps séchés).

Le musée contient notamment le crâne de Phineas Gage, un contremaître qui a fait avancer la médecine presque malgré lui ; à la suite d’une erreur de sa part sur le chantier de la construction d’une mine, une barre de fer lui a perforé le crâne, en passant par son œil gauche.
Il a survécu, mais sa personnalité s’en est trouvée complètement modifiée, permettant aux scientifiques de faire le lien entre la personnalité et le fonctionnement du lobe frontal. Son crâne et la barre responsable de son traumatisme sont exposés au Warren Museum.

Warren anatomical museum harvard boston mus

Infos pratiques

L’entrée est gratuite, il convient juste de déposer sa carte d’identité à l’entrée.
Photos interdites – sauf autorisation du musée.
Plus d’informations sur le musée
617 432 6196

chm@hms.harvard.edu

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Center for the History of Medicine
Countway Library of Medicine
10 Shattuck Street
Boston, MA 02115

 
C'est pas nous qu'on l'a dit...
Tout ce qui est mort comme fait, est vivant comme enseignement
Victor Hugo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×