Cruise control

Le "cruise control", un dispositif présent sur presque tous les modèles de location, permet de régler la vitesse depuis le volant, et commande au véhicule une vitesse constante. Un dispositif électronique contrôle automatiquement l'ouverture des gaz : vous sentirez la pédale d'accélérateur s'enfoncer toute seule dans les côtes. En touchant la pédale de frein, le système se déclenche, et il faut reprendre les commandes, ou la voiture finit par s'arrêter. Sur de longues distances, en particulier lorsque les routes sont droites, c'est très reposant. Sur les routes sinueuses, mieux vaut reprendre le contrôle, sauf si vous avez un tempérament particulièrement sportif !

Exemple de commandes au volant (elles sont souvent sur le levier phare/code, à main gauche)

• On-Off : marche-arrêt

• Cruise Set : verrouiller la vitesse

• Res-Accel :

  •  Resume : après un ralentissement, revenir à la vitesse verrouillée

  • Accelerate : augmenter la vitesse verrouillée

• Cancel : supprimer le contrôle de vitesse sans arrêter le Cruise Control

• Coast : diminuer la vitesse verrouillée auparavant

  • Chaque impulsion sur Accel ou Coast modifie la vitesse d'un ½ mile à 1 mile selon le modèle.

Le cruise control, traduction américaine du ‘régulateur de vitesse ‘ français, ne fait pas un malheur aux Etats-Unis. Ce n’est pas l’expression adaptée. Disons que, hormis sur les très bas de gamme, tout véhicule en est équipé. C’est , au même titre que l’essuie glace à plusieurs vitesse ou la lampe qui s’allume lorsqu’on ouvre la porte, un élément de confort et de sécurité, qu’il en viendrait même pas a l’idée de discuter.

En ville, on oublie le Cruise Control, ça n’a aucun intérêt.

En montagne, ou sur une route comportant de nombreux virages, on oublie le Cruise control. Ca n’a aucun intérêt. Les quelques uns qui se sont essayés a utiliser le cruise control dans des épingles a cheveux mangent des pissenlits. Ce n’est pas un excellent plat.

Sur route droite, sur une nationale, sur une autoroute, sur un long parcours que l’on considère comme monotone, en revanche, il faut repérer l’interrupteur de cruise control, souvent autour du volant, parfois au tableau de bord, du côté gauche du volant. Cela permet l’autorisation de la fonction, mais votre cruise n’est pas activé pour autant.

Il existe en effet un second bouton, qui lui est en général quelque part sur le volant, pour accrocher la vitesse : quand vous êtes a la vitesse que vous désirez, vous appuyez alors sur votre bouton, et le système se charge de tout dorénavant.

Attention !

Par expérience, il vaut mieux repérer les boutons avant de partir, au calme. En effet, il serait faux de croire qu’un Cruise control ne comporte qu’un seul bouton ON-OFF.

Comme je viens de le souligner, il y a

>>> un ON-OFF général,

>>> un bouton d’accrochage lorsque la vitesse souhaitée est atteinte.

>>> Il y a également non loin de celui-ci un autre pour décélérer manuellement (chaque impulsion sur ce bouton permet de décélérer par petit incrément),

>>> et il y a également un autre (mais qui peut être le même que le bouton d’activation) pour accélérer manuellement par petit incrément.

>>> Enfin, il y a toujours une fonction REMOVE (reprendre le cuise), lequel permet de revenir automatiquement à 65 miles par heure lorsqu’on a dut, pour une raison ou une autre, désactiver momentanément son cruise (un petit bouchon passager vous a fait réduire a 50 miles à l’heure pour deux petits kilomètres).

Comme je viens de le dire, ces boutons peuvent être séparés (cinq différents !) ou combinés (il peut n’en rester que deux !)

Est-ce SUR ?

Lorsqu’il est activé, vous vous retrouvez les deux pieds au sol, en dehors des pédales.

De ce point de vue, vous ne risquez plus les crampes dans les jambes ou dans les chevilles, et votre véhicule faisant en général un bruit constant, le confort intérieur est assuré au mieux. Vous n’êtes plus concentré sur le prochain véhicule a doubler, et votre esprit se repose donc un peu plus.

Au moindre appui sur la pédale de frein ou d’accélération, en revanche, votre control ‘saute’. Vous récupérez donc totalement le pilotage manuel. Attention, si vous accélérez pour dépasser et que vous relâchez pensant récupérer automatiquement votre vitesse de croisière, vous risquez de vous trouver dans une situation bizarre de celui qui voit repasser devant lui le camion énorme que vous venez de dépassez, alors que vous admiriez a nouveau calmement le paysage.

Non, il faut absolument appuyer sur le bouton ‘REMOVE’

De ce point de vue, non seulement le Cruise est totalement sur, mais en plus il économise vos forces. A mon avis, les arrêts conseillés toutes les deux heures peuvent être un peu plus espacés, car l’esprit comme le corps force moins.

Pourquoi ça change la CONDUITE

Il suffit d’avoir conduit ne serait-ce qu’une demi-journée sur les longues autoroutes (gratuites) américaines pour se rendre rapidement compte d’un changement total des règles de circulation.

Je cite, dans le désordre :

> Le doublement par la gauche ou la droite

> La non –obligation de se rabattre sur la droite

> La nécessité quasi-impérative de déboîter sur la gauche avant une entrée d’autoroute vous arrivant par la droite

> La conduite voisin a voisin pendant des kilomètres a vitesse identique

En effet, la limitation , par exemple a 65 miles a l’heure (parfois elle est supérieure, mais ne dépasse que rarement ou jamais 75 miles a l’heure) est respectée. Celui qui ne la respecte pas ne peut pas passer entre les mailles du filet, et, que ce soit depuis un hélicoptère ou a l’aide d’une de ces très nombreuses voitures de polices ou banalisées qui circulent, il ne pourra guère espérer qu’un répit de quelques heures.

En conséquence, tout le monde roule a la même vitesse ou presque c’est-à-dire a 65 miles a l’heure si c’est la limitation, quelques un roulant plus lentement, et d’autres, comme les français en vadrouillent la-bas, allant jusqu’au maximum pratique, soit a peu près dix pour cent de plus que la limite théorique.

La conduite sur autoroute ressemble alors a un concours de grosses voitures, lesquelles roulent toutes a la même vitesse, toutes ayant leur cruise control, les différence entre les unes et les autres étant minimes. Vous pouvez ainsi mettre deux kilomètres a doubler une Buick avec votre petite japonaise, alors qu’un SUV (un gros pick-up) va a son tour vous dépasser, par la droite cette fois, mais ce n’est pas interdit, pendant trois kilomètres.

Le conducteur n’a qu’une crainte : désactiver son cruise control. Aussi, a chaque nouvelle entrée, comme il se peut que des véhicules arrivent par la droite, tout le monde se rabat lentement mais sûrement sur la gauche.

Certes, il y a des côtés négatifs à ce type de conduite, tel le doublement par la droite, mais la sérénité qui roulent en général sur les autoroutes nord-américaines n’a rien de commun avec les vrombissements nerveux des notre.

Le régulateur de vitesse, ou cruise control, est une option très utile, que je me félicite d’utiliser sur de longs trajets monotones. Je déplore toujours sa quasi inexistence sur les véhicules européens, les quelques rares tentatives de l’implanter sur de rares modèles ayant fait chou blanc.

C’est pourtant une fonction qui, au même titre que la climatisation, et certainement plus que l’ABS, participe a la sécurité de la conduite.

Le titre parle de régulateur-limiteur. Je ne pense pas que la fonction limiteur soit nécessaire. Il existe de nombreux pays au monde ou, contrairement a chez nous, les limites sont respectées. Je ne pense donc pas que le respect des limitation soit un problème technique, mais un problème de respect des lois et de sanction des excès. Ne mélangeons pas !

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.