Partir vivre aux USA

1 381

L'idée que les USA est un pays d'immigrants est préconçue puisque seuls 13% des résidents sont nés à l'étranger, soit à peu près autant qu'en Allemagne et en Suède, mais moins qu'au Canada, en Suisse et en Australie.

En 2012, 40 millions de personnes nées à l'étranger vivaient aux États-Unis, soit 9 millions de plus qu'en l'an 2000.

Cependant, à la suite des attaques terroristes du 11 Septembre 2001, les politiques de visa et d'immigration ont connu de nombreux changements (par exemple, plusieurs pays ont été ajoutés à la liste des pays associés avec un haut risque de terrorisme), et pour certaines catégories de visa, le nombre de demandes a diminué à cause des conditions plus strictes. Mais malgré tout, on estime à près de 9 millions le nombre de visas accordés en 2012.

Conditions pour entrer aux États-Unis

A l'exception de certaines catégories de personnes, tout étranger non-résident souhaitant entrer aux États-Unis doit faire une demande de visa, même s'il n'y reste qu'en transit avant de rejoindre sa destination. Les États-Unis possèdent tant de visas différents que c'en est déconcertant. On peut les diviser entre visa immigrant (résident permanent) et non immigrant (résident temporaire). Un visa immigrant vous donne le droit de voyager aux États-Unis pour y vivre et y travailler (et de changer librement de travail) de manière permanente, avec la possibilité de demander la citoyenneté Américaine après 5 ans de résidence permanente. Il est compliqué d'obtenir un visa de travail pour les États-Unis car vous aurez besoin d'un sponsor qui vous propose un emploi. La deuxième option est de faire une demande de carte verte, qui revient à jouer à la loterie et de croiser les doigts. 

Un visa non immigrant vous donne le droit de voyager aux États-Unis de manière temporaire (par exemple de 6 mois à 5 ans), voire de travailler dans certains cas. On ne vous donnera pas de permis de travail puisque le visa approprié le remplacera. Un visa ne vous donne pas le droit d'entrer sur le territoire américain, mais simplement de voyager dans le pays dans un but précis. Les visas sont en effet émis par le bureau consulaire du Département d'État, qui peut seulement pré-approuver les étrangers pour leur voyage. Les services consulaires délivrent chaque année 4 millions de visas.

Pendant de nombreuses années, c'était le Service d'immigration et de naturalisation (INS), du Département de la justice des États-Unis, qui s'occupait de faire respecter les lois d'immigration et de naturalisation. Après les attaques terroristes, le service de sécurité du territoire, ou Department of Homeland Security (DHS) a été crée pour coordonner les différents services liés à la sécurité nationale.

2 342

Le 1er Mars 2003, l'ancien INS a été séparé en 3 nouveaux départements sous le DHS : le Service de citoyenneté et de l'immigration (USCIS) qui s'occupe des statuts d'immigration et des permis une fois qu'un immigrant est sur le territoire ; le service d'application de l'immigration et des douanes (ICE) responsable des enquêtes, incarcérations et expulsions liées à l'immigration, et du nouveau système d'enregistrement pour étudiants et visiteurs d'échange (SEVIS) ; le service des douanes et protection des frontières (CBP) qui patrouille aux frontières et aux points d'entrée (et décide d'accorder ou non l'entrée aux étrangers en possession d'un visa).

Comme l'ancien INS, l'USCIS maintient quatre centres régionaux et plus de 60 bureaux locaux aux États-Unis. Une fois admis dans le pays par le CBP, c'est à l'USCIS et à l'ICE d'enregistrer et de suivre les étrangers. Ceci implique de s'assurer qu'ils respectent les termes de leurs visas et qu'ils rentrent chez eux à la date prévue.

Pas de garantie d'entrée

Être en possession d'un visa ne garantie pas l'entrée aux États-Unis. L'entrée est strictement contrôlée, et quiconque ne respecterait pas les conditions d'immigration (comme prouver qu'ils respectent les termes de leur visa) peuvent recevoir une amende, être emprisonné ou expulsé. En général, les États-Unis essayent de restreindre l'entrée aux individus "indésirables", c'est-à-dire ceux qui représenteraient une menace pour la santé, le bien-être ou la sécurité aux États-Unis.

Seuls les détenteurs d'un visa permettant de travailler aux États-Unis peuvent travailler. Les détenteurs d'autres catégories de visa ne peuvent pas accepter un emploi, même informel comme nourrice ou fille au pair. De plus, votre passeport doit être valide pour une période de six mois minimum après la fin de votre séjour. Si votre passeport expire bientôt, vous devez le renouveler avant de partir aux États-Unis.

Pour plus d'information, consultez les sites du Département d'État (www.state.gov  et http://travel.state.gov ) et le site de l'USCIS . 

L'immigration est un domaine complexe et les informations contenues dans ce chapitre peuvent changer avec le temps. Ne basez vos décisions seulement sur l'information trouvée ici sans confirmer préalablement avec une source officielle, comme l'Ambassade américaine.

8 RAISONS DE NE PAS VENIR VIVRE AUX ETATS-UNIS

8 raisons de ne pas venir vivre aux Etats-Unis

Les US, c’est génial, c’est l’American Dream garanti. Nope! Tu le sais bien puisque je t’en ai parlé, ici et encore . Sans grosse introduction, je te donne une petite liste non exhaustive des raisons pour lesquelles il ne faut pas venir vivre aux US.

1. Tu n’aimes pas conduire

Bah c’est pas de bol mon gars. À part si tu vis à New York, San Francisco ou une autre ville super piétonne, tu l’as d’en l’os. Ton permis c’est un peu ton seul moyen de rejoindre la civilisation si tu vis en banlieue ou si tu vis en ville et que tu as besoin de faire des grosses courses par exemple. C’est tellement un mini-graal ici que ton permis est ta carte d’identité. Sans rigoler. Si tu n’aimes pas conduire, oublie les road trips, les allers-retours chez Metro, Walmart et compagnie. Oublie aussi tes amis qui vivent en banlieue.
La mère du beau-frère de Mr Mine n’a pas son permis et bah je peux te dire que devoir faire chauffeur pour elle, gonfle tout le monde dans sa famille. Pas nous bien sûr parce que je suis pas serviable, je suis une grosse égoïste donc on me demande rien à moi. Je rigole (si peu…) Don’t be her, ne vient pas aux US si tu refuses de conduire. Aussi, ici « c’est pas loin » veut dire plusieurs trucs. New York, c’est à 1h30, it’s pretty closeLancaster aussi c’est pretty close. Mais mon Metro (BJ’s Wholesale club) est aussi pretty close et il est à 30 minutes en voiture. Tu sais ce que y est pretty close aussi : Raleigh, NC si tu veux bien croire le meilleur ami de Mr Mine. C’est 8h de route et parfois il vient en Pennsylvanie pour 3-4 jours. Voilà, ne viens pas au Etats-Unis si tu n’aimes pas conduire.

2. Tu refuses de mettre plus de 200$ dans un billet d’avion/train pour voyager dans le meme pays

Du coup tu dois te dire que la super bonne idée suivante c’est de prendre le train et l’avion pour bouger ? Bien sûr. Je t’invite à faire une petite recherche pour un Philadelphie / New-York en avion et cela te donne : 250$ . Bon qu’on se l’avoue c’est complètement débile de faire ça sachant qu’il y a d’autres alternative moins chères, telles que Greyhound et Megabus. Tu peux t’en sortir pour 1$ (sans déc) mais il faut s’y prendre à l’avance. Ou encore le train, mais ça monte vite, Amtrak c’est minimum 80$ l’aller-retour. Ou alors tu conduis, cf #1.
Mais pour d’autres destinations, genre aller d’une côte à l’autre, à part si un road-trip de 39 h non-stop ne t’effraie pas, il faut bien monter dans un avion. Et c’est combien ça ? 348$ pour un Philadelphie-Los Angeles. Alors moi je suis un peu immunisée je t’avoue parce qu’à des fins de recherches pour cet article, j’ai regardé et ça m’a en fait pas paru si cher que ça. Par contre quand tu as l’habitude d’un Easyjet à 80e pour faire Paris-Nice ou même un RyanAir à 65e pour ParisBeauvais-Marrakech ça fait tout drôle. En comparaison, un New York-Dublin est à 578$ pour les mêmes dates.

3. Tu espères te poser à 20h pour voir les infos pendant le diner

Depuis 2012 que je suis ici, je m’égosille encore devant ma télé quand je ne trouve pas la chaîne sur laquelle je peux voir des infos à une heure raisonnable. À part CNN, et encore faut la trouver parmi les 800 chaînes de Comcast, trouver une chaine d’information qui donne des news internationales c’est le parcours du (con)battant. C’est à 18h pour l’édition locale puis 23h pour l’autre édition locale sur la même chaîne où il parle du zoo de la ville ou alors 22h sur une autre chaîne pour à peine une info internationale ou encore 17h sur une autre. Et si, par chance, tu tombes sur une bonne chaîne d’info complète et tout le toutim, ne t’attends surtout pas à tout voir d’un coup ! Ah noooon, il faut caller des pubs ! Et des petits effets suspense genre « when we come back, you’ll find out what incredible thing this little girl did and how the community responded » pour bien te garder en haleine. Comme dans les séries, tu sais. Genre la vie c’est un film. Je m’énerve toute seule, tout va bien !

4. Voir des boobies à la télé fait partie de ton quotidien

Tu te souviens dans « Taxi », la scène d’ouverture où tu vois le corps de Marion Cotillard sortir du lit dans son plus simple pappareil ? Si voir des seins ou une chouffe à la tele t’est tellement anodin, comme souvent dans le cinéma français, attend toi à être déçu si tu veux venir aux USA. À la télé, la nudité est tellement shocking que meme les fesses des bébés sont flouées. Je ne parle pas de HBO qui, malgré un avertissement en début d’épisode, sont les ROIS des séries où les gens sont à poil (helloooo Game of Thrones !). Si tu crois que je déconne, je t’invite à te souvenir du SuperBowl en 2004, baptisée de nos jours Nipplegate. L’amérique entière avait malencontreusement vu le téton COUVERT d’une étoile de Janet Jackson à la fin du show de mi-temps. Tremblement de terre dans les chaumières, le monde s’écroule, les enfants ont vu des seins bordel, qu’on lui coupe la tête à Janet! S’enchaînent des excuses publiques, une amende et un plan de contingence global. AUCUNE émission en direct n’est en direct pour de vrai. Ils ont instauré un retard de 7 secondes au cas où le téton rafraîchit d’une pécheresse perverse sans soutif tenterait une percée sous une chemise. Ça ou le fait de donner le sein en public, débat qui fait rage ici. Si tu aimes voir des boobies, ne vient pas vivre ici.

5. Tu aimes aussi entendre « putain », « merde » et « enculé » à la télé

Dois-je vraiment te convaincre vu ce que je viens de t’expliquer juste au dessus ? Les mots et images jugés «indécents» sont interdits à l'antenne entre 6 heures du matin et 22 heures. Rentre dans cette catégorie «ce qui touche au sexe et aux matières fécales.» En revanche, ceci ne s'applique pas aux chaînes du câble (comme HBO, Showtime ou FX), qui ne se privent pas pour montrer des seins et proposer des dialogues colorés (CalifornicationTrue BloodLes SopranosDeadwood, The Shield etc).

Problème, la définition de la FCC reste vague. La cour relève que dans le même épisode de NYPD Blue «bullshit» (conneries) fut jugé indécent mais pas «dick» (couillon). De même, l'emploi de «fucking» pour renforcer un adjectif (comme «fucking brillant» par Bono, aux Golden Globes 2003) n'est pas toujours traité de la même manière par la FCC.

Conséquence, «les scénaristes s'autocensurent souvent, par crainte d'une amende», explique à Scott Miller, script coordinator, à Hollywood. Mais même en attendant que les termes de la FCC soient révisés, il serait surprenant de voir Hollywood se lâcher. Il existe en effet un pouvoir encore plus dissuasif que les amendes: les sponsors publicitaires, peu enclins à payer pour des spots diffusés entre un «shit» et un «fuck».

6. Tu aimes débattre entre amis

Tu aimes faire l’avocat du diable dans les débats entre potes où après s’être traité de communistes autour d’un blanc vous pouvez tous les deux passer à autre chose et déconner. Ici, pas vraiment, oublie un peu les grands débats enflammés en famille ou en amis. Les américains sont pas trop confrontations et tu vas passer pour un grincheux, celui qui se plaint trop, qui est jamais d’accord et un peu weird. Après, si ça te dérange pas, pourquoi pas mais si on arrête de t’inviter à des endroits sois pas surpris! Ceux qui ont vu les débats avec Trump ont bien vu le level des come-back. Et il a gagné donc c’est pour dire…

7. Ton nain n’est doué en rien

Si tu comptes venir ici avec tes nains et les envoyer à l’école privée ou à l’université, assure-toi qu’ils aient un talent: sport, math, etc. Pourquoi? Parce que ça leur permettra peut-être de décrocher une bourse.Tu comprends maintenant pourquoi les petits américains ont tant d’activités extra-scolaires. Oui sinon c’est tout pour ta tronche et on parle en dizaine de milliers de dollars. Genre $20 000 l’année pour la petite section de maternelle dans l’école privée à coté de chez moi. Bon à cet age là, j’imagine que ton nain doit être Picasso Crayola ou être un master en sieste pour pouvoir décrocher une bourse mais si tu as la chance de l’envoyer dans le public pour l’élémentaire, attends toi à sortir ton rein pour l’université. Ou alors tu peux lui prendre un prêt et le faire sortir de l’université avec un total à rembourser à 6 chiffres. Dilemme dilemme.

8. Tu vas chez le docteur pour une toux

Je t’en avais parlé ici mais vu que c’est la saison, je préfère te faire une petite piqure de rappel (haha, joke!)

Sarah conte Philly

Merci

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×