Votre assurance santé indispensable

Les Etats-Unis sont loin d'être une société libre, encore moins "ultralibérale" comme certains le prétendent. A titre d'exemple, les dépenses publiques y représentent près de 40% du PIB, un pourcentage certes nettement moins élevé qu'en France (environ 55% - et encore, les chiffres sont certainement sous-estimés), mais tout de même important. La majeure partie de ces dépenses publiques concerne le secteur militaire, en raison des "guerres contre le terrorisme" menées à l'étranger.

En particulier, le système de santé et d'assurance maladie est loin être un système libre, et présente de nombreux dysfonctionnements qui sont non pas une conséquence du marché libre, mais des interventions étatiques. Des règlementations coûteuses sur les assurances ou l'exercice de la médecine, des montants délirants accordés en dommages-intérêts pour les patients (donc des assurances responsabilité civile faramineuses pour les médecins et hôpitaux), des pratiques inefficientes (telles que la césarienne systématique pour les accouchements...), etc.

La France a tendance à s'inspirer de ce qu'il y a de pire aux Etats-Unis : les systèmes de type "HMO" (Health Maintenance Organizations), avec généraliste et réseau de soins imposés au patient. Ce n'est heureusement pas l'unique système qui existe aux Etats-Unis, de plus ce système, apparu il y a une trentaine d'années, est aujourd'hui vivement critiqué et tombe dans le discrédit, puisque les économies réalisées sont plus que douteuses et qu'une liberté fondamentale a été retirée au patient. Il produit les effets suivants, visibles aussi en France : pénurie accentuée, "flicage" des médecins et des patients, les riches et les pistonnés trouvant les moyens de "sauter les queues", développement d'un marché noir, incitation supplémentaire à l'expatriation des plus productifs (médecins ou patients), etc.

On avance souvent comme preuve de la faillite de ce système que des dizaines de millions de personnes ne sont pas assurées. Or on sait que c’est presque toujours par choix : elles savent qu'elles peuvent compter sur un système d'assurance santé public gratuit (Medicaid), destiné à l'origine aux handicapés.

Autre argument peu convaincant : les dépenses de santé seraient beaucoup plus élevées aux Etats-Unis qu'en Europe (15% du PIB contre 8% en moyenne dans l'OCDE). Or cela ne prouve absolument rien quant à l'état de santé de la population (de même, les Américains dépensent plus pour leurs automobiles que les Européens, cela ne prouve pas qu'elles soient moins bonnes, mais plutôt qu'ils ont des moyens que les Européens n'ont peut-être pas). Il est impossible de distinguer entre les dépenses de santé qui sont en quelque sorte du confort et de l'amélioration de la qualité de vie, et celles qui relèvent d'une morbidité réelle. Des dépenses de santé élevées ne signifient pas un état de santé général inférieur (au contraire).

Il faut signaler que la liberté de choix de Caisses de Sécurité Sociale privée (autrement dit d'assurance maladie, aux Etats-Unis) existe. Les contraintes étatiques ne visent, principalement, que le secteur médical (du fait de l'existence d'un juridisme très important aux Etats-Unis lié aux risques d'opérations chirurgicales et à leur conséquences éventuelles ou probables), en raison du caractère extrêmement procédurier des Américains.

Georges Walker Bush, lors de son intronisation au poste de Président des Etats-Unis, en 2000, avait promis de libéraliser la " Social Security " (autrement dit, la retraite par répartition, aux Etats-Unis ), mais les élections de 2006, où les Démocrates ont obtenu la majorité à la Chambre des Représentants et au Sénat, ont stoppé cette réforme.

Avec Barack Hussein Obama, cette libéralisation du système de l'assurance maladie a été abandonnée, puisque la réforme de l'assurance maladie obligatoire a été votée le 21 mars 2010, par 219 voix contre 212. Cette réforme, basée sur des conceptions keynésiennes, non seulement coûtera environ 1000 milliards de dollars sur dix ans, mais aussi sera assortie de fortes amendes pour les personnes refusant d'appliquer cette réforme. Or, dans le contexte de l'endettement très important, cette réforme peut être un des éléments qui concourra un peu plus à la stagnation économique des Etats-Unis. En effet, Robert Higgs, Senior Fellow en économie à l'Independent Institute a réalisé une étude "Vers une nouvelle décennie perdue aux Etats-Unis !" qui confirme cette analyse de cette perte de puissance économique des Etats-Unis, se situant aussi, dans le contexte de la Crise financière de 2007-2008.

En outre, des états de plus en plus nombreux semblent contester le bien fondé de cette réforme, puisque l'obligation à souscrire une assurance a trois conséquences directes :

  • la première consisterait à acheter de façon forcée une assurance, en contradiction avec l'usage libéral des transactions économiques, financières et commerciales, aux Etats-Unis.
  • la deuxième implique nécessairement une entrave à la liberté d'action des états des Etats-Unis, puisque cette réforme contreviendrait aux orientations juridiques, politiques et donc économiques que chaque état a prises de façon spécifique dans chaque domaine. Cette réforme aurait pour conséquence, donc, de réduire de façon importante les flux financiers, économiques et commerciaux entre les états, puisque la concurrence entre ces états et entre les différentes entreprises serait, alors, entravée par cette réforme, l'Etat fédéral se substituant aux états, de façon presque autoritaire.
  • la troisième est directe aussi. Comme le coût de cette réforme sera très important, soit donc de 1000 milliards de dollars, sur dix ans et comme cette réforme est assortie de pénalités ou fortes amendes si l'on refuse de l'appliquer, il est évident que la masse financière destinée à l'application de cette réforme ne sera pas utilisée pour moderniser de façon libre et particulière les entreprises, les industries, les services et les systèmes financiers et bancaires, d'où une perte de compétitivité pour le système économique des Etats-Unis et aussi un accroissement supplémentaire de la dette des Etats-Unis, avec le risque qui pourrait devenir très inquiétant, non seulement, d'une perte plus importante de la souveraineté des Etats-Unis, par rapport à la Chine, qui est le principal créancier des Etats-Unis, mais aussi, et surtout, de la dégradation de la note d'évaluation des capacités de remboursement de la dette, visant les Etats-Unis par les agences de notations.

En outre, on apprend que la réforme du système de santé envisagée par Barack Hussein Obama, a été contestée aussi bien politiquement que juridiquement. En effet, cette réforme a été, non seulement, abrogée par la Chambre des représentants, devenue majoritairement républicaine, lors des élections de mid-term, en novembre 2010, mais aussi considérée comme anticonstitutionnelle par des juges fédéraux, qui ont accepté la recevabilité de la plainte de 26 Etats contre cette réforme.

Voir l'article racine : Abrogation du monopole de la Sécurité Sociale.

Liens

Les hôpitaux et autres prestations médicales sont parmi les meilleures du monde aux Etats-Unis. Encore faut-il avoir les moyens de s'offrir ces prestations car elles sont également les plus chers du monde! Comptez par exemple, pour une banale visite chez le médecin généraliste, la maudique somme de 150 $ en moyenne! Imaginez alors que vous vous fouliez la cheville, que vous ayez un accident de voiture...

3 282

Nous ne sommes jamais à l'abri de ce genre de problème, et c'est dans de telles ciconstances que beaucoup de nos compatriotes se rendent compte qu'ils ne sont pas couvert par notre très chère sécurité sociale ...! Et oui, aux Etats-Unis, vous ne bénéficiez plus de la couverture de la sécurité sociale, et quand bien même elle fonctionnerait, le remboursement serait dérisoire comparé à ce que vous devrez payer.

Il est donc indispensable de prendre une assurance santé lorsque l'on part aux USA, à plus forte raison lorsque l'on désire s'y expatrier !

2 324

Quant à votre carte de crédit, elle ne vous offre pas une assurance santé adaptée au coût médical américain.

Les assurances accompagnant votre carte de crédit (Visa, Mastercard, American Express) ressemblent plus à des contrats d’assistance qui vous assiste en cas d’incidents, pour une courte durée sans vous offrir une véritable assurance santé et en aucun cas si vous restez plus de 3 mois consécutifs aux Etats-Unis. 
De manière générale, les garanties d’assurance (principalement assurance contre les risques de décès accidentels ou invalidité) s’appliquent seulement si vous avez acheté votre titre de transport avec la carte. Concernant le remboursement des frais médicaux, les plafonds des assurances de carte de crédit sont très bas et dérisoires par rapport au coût très élevé des frais médicaux aux USA ou si le plafond des remboursements est plus élevé (ex : Carte Visa Premier), vous aurez à payer une franchise élevé pour tout soin engendré.

 1 360

A savoir aussi qu'aucun hôpital ou médecin américain, à moins que vous soyez à l’article de la mort, n’acceptera de vous soigner si vous ne pouvez présenter une carte de crédit ou une prise en charge d’assurance.

Avant de vous administrer tout soin médical aux Etats-Unis, on vous demandera de prouver que vous êtes « solvable » (montrer une prise en charge d’assurance, votre carte de crédit…etc.). Si vous devez être hospitalisé, cela pourra vous coûter très cher et si vous n’avez pas d’assurance, vous pourrez en subir les conséquences parfois toute votre vie… Choisissez donc une assurance qui s’engage à vous communiquer une prise en charge dans les plus brefs délais et qui ait des relais aux Etats-Unis ou une plate-forme de contact disponible 24h/24h et 7 jours sur 7.

Les Etats-Unis ont le système de santé le plus coûteux des pays de l’OCDE.

Il n’existe pas de système national obligatoire d’assurance maladie comme en France.

Leur système de santé repose sur :

  • Le financement public pour certaines populations uniquement. Il se concentre essentiellement sur deux programmes : le programme fédéral Medicare pour les plus de 65 ans et les personnes gravement handicapées (soit 15 % de la population) et le programme Medicaid qui s’adresse aux familles pauvres avec enfants et touche 11 % de la population.
  • Le financement privé pour le reste de la population, l’assurance est donc majoritairement privée aux Etats-Unis. Les Américains sont assurés en général via leurs employeurs ou sinon de manière individuelle lorsque leur employeur ne propose pas d’assurance ou qu’ils travaillent en indépendant. La composante « assurance médicale » dans le choix d’un emploi est donc un critère important.

Après la mise en place de la réforme de l'assurance médicale aux USA (au 1er janvier 2014), on estime à environ 40 millions le nombre d'Américains toujours sans assurance médicale et 80 à 100 millions d’Américains ne bénéficient que d’une assurance aux remboursements limités. La réforme portée par Barack Obama n'a pas encore eu l'effet escompté même si elle a permis d'assurer près de 10 millions d'Américains en plus. Les contrats d'assurances basiques inclus dans la réforme ne permettent toujours pas une prise en charge satisfaisante en cas de gros problèmes de santé.

Depuis 1950, les dépenses en termes de santé des Américains ont été multipliées par 5. Dans les années 1950, l'alimentation constituait l’une des plus grosses dépenses pour un Américain (environ 22% sur le total des dépenses d'un foyer) ; les soins et la santé étaient loin derrière (environ 3% des dépenses). En 2010, le budget de l'alimentation se retrouve divisé par 3 (7% des dépenses d’un Américain) et le budget de la santé représente aujourd'hui 16 % des dépenses d'un foyer américain. (Source : The price of civilization, Jeffrey D.SACHS, octobre 2011)

Les frais médicaux étant de plus en plus importants, souscrire une assurance aux USA même pour une courte durée en tant que touriste est indispensable.

Partir aux Etats-Unis sans assurance santé et responsabilité civile est un risque que nous vous déconseillons fortement de prendre pour différentes raisons :

  • Première raison : Les frais médicaux sont parmi les plus élevés du monde, donc si vous avez un accident ou si vous tombez malade, vous pourrez en subir les conséquences financières pendant très longtemps voire toute votre vie.
  • Deuxième raison : Avant de vous administrer tout soin médical, on vous demandera de prouver que vous êtes « solvable » (montrer une prise en charge d’assurance, votre carte de crédit…etc.) à moins que vous ne soyez à l’article de la mort. Pour la « petite anecdote », c’est à la suite du décès d’une personne célèbre devant un hôpital que le Congrès américain a voté une loi obligeant les hôpitaux à soigner toute personne à l’article de la mort même si cette dernière n’a pas les moyens financiers pour assurer sa prise en charge.
  • Troisième raison : Les procès en justice sont devenus le sport national, et vous n’êtes pas à l’abri même pour un court séjour de vous retrouver « sued at law» ou assigné en justice, ce qui peut au tarif pratiqué par les avocats américains, facturant pour certains US$400/heure, vous coûter vite très cher…

Vous n’êtes pas couvert par la sécurité sociale française quand vous voyagez aux USA.

La couverture de la sécurité sociale ne vous remboursera pas vos frais à hauteur des sommes très élevées pratiquées par les hôpitaux et les médecins américains.  

Votre mutuelle complémentaire ne vous remboursera pas vos dépenses de santé aux USA.

Dès que vous arrivez sur le territoire américain, que ce soit pour visiter le pays ou pour vous installer définitivement, votre mutuelle complémentaire ne prendra pas en charge à moins que vous ayez un contrat spécifique mentionnant cette couverture, ce qui est extrêmement rare. 

Les frais médicaux sont parmi les plus élevés du monde.

Les frais de santé sont sans commune mesure avec ce que nous connaissons en Europe. Si vous avez un accident ou si vous tombez malade, vous pourrez en subir les conséquences financières pendant très longtemps voire toute votre vie. 
Les consultations aux US chez un medecin généraliste commencent à partir de $70 pour atteindre plus de $300. Les consultations chez un spécialiste sont encore beaucoup plus élevées. Les médicaments sont beaucoup plus chers et une simple analyse de sang peut vous coûter facilement $150. 

Le processus médical devient vite très couteux.

Aux Etats-Unis, si vous tombez malade avec une grippe, qui n’est pas ce qu’il y a de pire…, votre première consultation chez le médecin vous coûtera en général un minimum de $150 (les consultations suivantes sont souvent moins chères mais restent autour de $100), il vous prescrira par exemple des antibiotiques qui seront beaucoup plus chers et non remboursés par la Social Security américaine.

Le système social américain est très différent du modèle européen et plus particulièrement de la sécurité sociale française. N’oubliez pas que la Social Security américaine n’est pas une assurance maladie au sens où nous l’entendons en France avec la sécurité sociale.

Aucun hôpital ou médecin américain, à moins que vous soyez à l’article de la mort, n’acceptera de vous soigner si vous ne pouvez présenter une carte de crédit ou une prise en charge d’assurance.

Avant de vous administrer tout soin médical aux Etats-Unis, on vous demandera de prouver que vous êtes « solvable » (montrer une prise en charge d’assurance, votre carte de crédit…etc.). Si vous devez être hospitalisé, cela pourra vous coûter très cher et si vous n’avez pas d’assurance, vous pourrez en subir les conséquences parfois toute votre vie… Choisissez donc une assurance qui s’engage à vous communiquer une prise en charge dans les plus brefs délais et qui ait des relais aux Etats-Unis ou une plate-forme de contact disponible 24h/24h et 7 jours sur 7. 

Votre carte de crédit ne vous offre pas une assurance santé adaptée au coût médical américain.

Les assurances accompagnant votre carte de crédit (Visa, Mastercard, American Express) ressemblent plus à des contrats d’assistance qui vous assiste en cas d’incidents, pour une courte durée sans vous offrir une véritable assurance santé et en aucun cas si vous restez plus de 3 mois consécutifs aux Etats-Unis. 
De manière générale, les garanties d’assurance (principalement assurance contre les risques de décès accidentels ou invalidité) s’appliquent seulement si vous avez acheté votre titre de transport avec la carte. Concernant le remboursement des frais médicaux, les plafonds des assurances de carte de crédit sont très bas et dérisoires par rapport au coût très élevé des frais médicaux aux USA ou si le plafond des remboursements est plus élevé (ex : Carte Visa Premier), vous aurez à payer une franchise élevé pour tout soin engendré.

 En quoi consiste l'assurance voyage via votre carte de crédit ?

On ne plaisante pas avec la santé.

Selon l’adage « mieux vaut prévenir que guérir », prenez toutes les dispositions pour prévenir un pépin de santé sinon il vous en coûtera cher tout particulièrement aux Etats-Unis.

Voici quelques indicateurs qui vous permettront de mieux choisir votre assurance…

- Les remboursements du « gros risque » : hospitalisation
- Les remboursements de la maternité
- Les plafonds et limites pratiqués ou « limits »
- Les franchises à payer ou « deductibles » ou « excess »
- Les remboursements des frais optiques, dentaires.
- Les personnes assurées (le contractant seul, les personnes accompagnant le contractant…etc.)
- Les conditions d’application (âge, durée, lieu géographique, lié à l’utilisation d’un véhicule, lié à un achat de votre billet de transport…)
- Les tarifs

Aussi quelques explications sur le jargon spécifique aux contrats d’assurance…

- La franchise : montant que vous aurez à payer dès que votre assurance interviendra. Ex : l’assurance vous rembourse vos consultations avec une franchise de 50€. Vous allez chez un médecin où vous payez la consultation 100€. Vous aurez à payer 50€ et l’assurance vous remboursera les 50€ restant.
- Le plafond : maximum des frais remboursés (pour les Etats-Unis, nous vous conseillons minimum 500.000 euros)
- L’assurance individuelle accident : il s’agit en général des sommes versées en capital à la suite d’un accident ayant provoqué décès ou invalidité
- La responsabilité civile : vous êtes responsable des dommages que vous causez à autrui. En général, les assurances distinguent les dommages corporels et les dommages matériels.

A partir de ces explications, comment savoir quelle sera la meilleure assurance ?

Une bonne assurance est une assurance qui vous rembourse bien par rapport à vos dépenses effectives (ou frais réels) avec des conditions d’application et des exclusions qui n’ont pas pour effet de ne jamais vous couvrir… ! Tout cela à un coût compétitif.
Chaque produit d’assurance vous offrira des conditions différentes et c’est en fonction de votre situation et de votre destination, en l’occurence les Etats-Unis, que vous pourrez déterminer l’assurance la plus adaptée pour vous.

Les assurances accompagnant votre carte de crédit (Visa, Mastercard, American Express) ressemblent plus à des contrats d’assistance qui vous assiste en cas d’incidents, pour une courte durée sans vous offrir une couverture assurance santé très importante et en aucun cas si vous restez plus de 3 mois consécutifs aux Etats-Unis.

Si vous voulez être bien couvert, nous vous conseillons de les utiliser en complément d’une assurance spécifique. Sans rentrer dans trop de détails, nous allons vous donner les grandes lignes des prestations proposées. 
 

Les principales prestations via votre carte de crédit   

Attention : Cette analyse n’est pas exhaustive et n’a aucune valeur juridique. Par ailleurs, certaines garanties ont pu être mises à jour par les organismes bancaires sans être encore intégrées dans notre présentation. Nous vous conseillons de toujours contacter votre organisme bancaire pour connaître le détail de vos garanties.

Voici les grandes lignes de la couverture concernant :

Personnes assurées  
Il s’agit en général du titulaire de la carte, de son conjoint ou concubin, des enfants à charge fiscalement âgés de moins de 25 ans et des ascendants et descendants. A noter concernant les cartes Visa que le conjoint et enfants à charge sont couverts même s’ils n’accompagnent pas le détenteur de la carte. Alors que pour la carte Mastercard « standart » notamment, la famille du titulaire doit l’accompagner pour bénéficier de la prestation.

Etendue territoriale de la couverture
Pour les cartes Visa « standards » et « premier », vous serez couvert dans le monde entier, sans franchise kilométrique pendant vos séjours professionnels ou privés, dans votre pays de résidence (si vous êtes résident français : France métropolitaine dont la Corse, Monaco, Andorre, DOM TOM et COM) ou hors de votre pays de résidence, pour la garantie assistance. En ce qui concerne la garantie assurance, elle s’applique à plus de 100 Km du domicile ou du lieu de travail habituel. Pour les cartes Mastercard et American Express, l’assistance ne nécessite pas de franchise kilométrique, sauf pour la « Gold » Amex avec laquelle vous serez couverts qu’à partir de 50 Km de chez vous pour l’assistance de votre véhicule, l’assistance médicale et les frais de rapatriement, et à partir de 100 Km de votre domicile dans le monde entier pour la garantie véhicule de location. 

Durée de la couverture
Les garanties des cartes de crédit prennent effet le jour de la souscription (sous certaines conditions) à ces cartes pendant toute la durée de validité de celles-ci jusqu’à résiliation automatique ou renouvellement de la part du titulaire dans le pays de résidence. Lors de déplacements à l’étranger, les garanties d’assistance sont applicables les 90 premiers jours du séjour. Cette condition peut varier d’une carte à l’autre selon le type de garantie (assistance ou assurance) si le séjour doit durer plus longtemps pour des raisons spécifiques (décès, invalidité dus à un accident pendant le séjour), pour la « Visa Premier », les garanties d’assurances s’appliquent les 180 premiers jours du séjour.   Attention : si votre séjour dépasse 3 mois votre carte de crédit « standard » ne vous couvrira pas. 

Conditions d'application  
Comme mentionné précédemment, les garanties offertes par les cartes de crédit s’appliquent en général dès la possession de celles-ci mais sous réserve de certaines conditions. Il y a deux types de garanties, l’assistance et l’assurance. La première s’applique dès la souscription de la carte de crédit, en cas de maladie ou blessure, décès, poursuites judiciaires à l’étranger et aide à la poursuite du voyage. La seconde, s’applique dès lors que vous avez réglé vos prestations de voyages et autres achats liés à celui-ci avec votre carte de crédit, en cas d’incidents de voyage (retards avions, train, bagage) et d’accidents de voyage (décès, invalidité). Cela peut varier d’une carte à l’autre. 

Montant des frais de santé pris en charge  
Les plafonds proposés par les cartes de crédit sont dérisoires par rapport aux frais médicaux qui peuvent être engagés dans certains pays étrangers comme aux USA, c’est pourquoi il est vivement conseillé de prendre une assurance complémentaire. Vos frais de santé vous seront remboursés jusqu’à un plafond de 11.000€ pour Visa et Mastercard avec en plus une franchise de 50€ pour l’une et 75€ pour l’autre. La carte Visa Premier dispose d’un plafond plus élevé (155.000€) avec une franchise de 50€. Les cartes Amex ont un plafond de remboursement de 9200€. Par exemple avec une franchise de 50€, si la consultation d’un médecin vous coûte 60€, vous ne serez remboursé qu’entre 0 et 10€ avec votre carte de crédit. 

Prestations d'assistance  
De manière générale, les garanties offertes par les différentes cartes de crédit couvrent quasiment les mêmes prestations : 
• La prise en charge des frais de transport et d’hôtel pour un proche en cas d’hospitalisation de l’assuré de plus de 10 jours (« Visa Premier » 125€/jour pendant 10 jours jusqu’à 375€ au-delà, « Platinum Mastercard » 250€/jour pendant 10 jours jusqu’à 750€ au-delà). A SAVOIR : avec des assurances santé complémentaires, il n’y a pas de plafonds. 
• Le rapatriement et accompagnement jusqu’au domicile ou lieu d’hospitalisation des enfants de moins de 15 ans. 
• Le retour anticipé en cas d’hospitalisation de plus de 24 heures ou de décès d’un proche (prise en charge des billets Aller/Retour). 
• L’envoi de médicaments. 
• Le rapatriement de corps en cas de décès au cours du séjour. 
• L’assistance juridique à l’étranger. 

Garantie annulation de voyages  
La garantie annulation de voyages n’est, en général, pas offerte avec les cartes « standards ». La carte Visa Premier offre cette garantie plafonnée à 5000€ avec un remboursement de 200€ par assuré si l’annulation est faite 30 jours avant le départ. Les frais d’annulation sont pris en charge par les cartes Amex Gold et Platinium à hauteur de 4500€ à 10.000€ par assuré et par an. La « Platinum Mastercard » rembourse jusqu’à un plafond de 10.000€. 

Garantie retard d'avion ou bagages  
Les cartes « standards » n’offrent en général pas de dédommagement pour couvrir les frais de première nécessité lorsque votre avion ou vos bagages sont retardés. La Visa Premier offre 250€ à partir de 4 heures de retard par voyage. Les cartes Amex vous dédommagent entre 150€ (« carte personnelle ») et 800€ (platinium) pour le retard des bagages, et entre 100€ et 200€ pour le retard des avions. L’assurance retard pour les Mastercards couvre les frais entre 250€ (Gold) et 500€ (Platinum). 

Vol ou détérioration de bagages  
Les cartes standards ne vous dédommagent pas. La carte Visa Premier vous couvre jusqu’à 800€ par bagage avec une franchise de 70€. La carte « Platinium » Amex, garantie les effets personnels en cas de vol, perte ou détérioration à hauteur de 2000€ par voyage. Pour la carte « Platinum » Mastercard, le plafond est à 3200€ par an. 

La responsabilité civile

Vous n’êtes pas couvert avec les cartes standards. La carte Visa Premier et Platinum Mastercard vous couvrent à hauteur de 1.525.000€ par événement pour tous les dommages matériels et corporels causés à des tiers. La carte Amex Platinium vous couvre jusqu’à 2.000.000€ pour des dommages matériels et corporels causés à autrui pendant un voyage.
N’oubliez pas que s’il y a accident, 1,5M€ dans certains pays comme les Etats-Unis partent très vite entre les frais médicaux, les frais juridiques…etc.

Le capital décès ou invalidité

L’application de cette garantie est en général soumise à l’utilisation de votre carte pour acheter votre titre de transport. L’accident ayant provoqué le décès ou l’invalidité doit être survenu pendant le voyage qui doit être un voyage « garanti » par l’assureur (vérifiez bien les conditions d’application pour chaque carte). Il peut s’agir d’un voyage en transports publics ou en véhicules de location. La carte Mastercard verse jusqu’à 95.000€ (transport public) et 46.000€ (véhicule de location). Les cartes Visa Premier et Gold Mastercard versent en cas de décès ou invalidité jusqu’à 310.000€ par famille et par événement.. Les cartes Gold Amex et Platinum Mastercard couvrent respectivement jusqu’à 300.000€ et 620.000€ par famille et par sinistre.

Garanties spécifiques

Pour bénéficier de ces garanties, vous devez souscrire en général à des assurances complémentaires.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×